Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES POSTIERS POURSUIVENT LEUR GR�VE
Fonctionnaires et ouvriers ne peuvent pas toucher leurs salaires
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2011

La col�re des citoyens monte. Fonctionnaires et ouvriers ne peuvent retirer leurs maigres salaires pour se nourrir, se d�placer et se soigner. Pour vivre. La situation devient impossible.
Irane Belkhedim - Alger (Le Soir) - Hier samedi, les guichets des bureaux de poste ont �t� pris d�assaut. Bousculade et queues interminables au niveau des guichets. Les citoyens qui esp�raient pouvoir enfin toucher leurs salaires ont �t� vite d��us. La plupart des bureaux de poste ont poursuivi la gr�ve, certains ont repris leurs activit�s avant de les suspendre quelques heures plus tard.
O� sont nos droits ?
�Je veux mes droits ! Je ne partirai pas d�ici tant que je ne les aurai pas eus. Je ne qu�mande pas quand m�me, c�est mon argent !� s��crie Akli, en tapant de ses grosses mains sur le comptoir en marbre de la poste de Hassiba- Ben Bouali. Ses cris de d�tresse r�sonnent dans les couloirs, sans que personne veuille lui r�pondre. Ce retrait� s�est d�plac� de Boumerd�s jusqu�� Alger, esp�rant trouver une poste pour retirer sa maigre pension et subvenir aux besoins de sa famille. Il a fait tous les bureaux de poste se trouvant sur son chemin, aucune n�assurait le service minimum. �Elles sont toutes en gr�ve ! Je suis sorti � 9h du matin, ce n�est pas possible, comment faire ? Un ami m�a pr�t� 1 000 DA, regardez ils sont l�, je ne peux plus tenir�, dit-il, en exhibant un billet d�argent. Fatigu� par sa course, le vieillard, encore coriace, raconte que vendredi, sa fillette, qui a r�ussi son examen de sixi�me, �tait venue r�clamer son cadeau tant promis. �Je l�ai repouss�e en lui disant que je n�ai pas d�argent ! Je ne pouvais faire autrement�, confie-t-il tristement, en poussant un long soupir. La petite salle grouille de monde. Tous les si�ges sont pris, les clients, la plupart des femmes, attendent d�sesp�r�ment depuis plusieurs heures que les postiers reprennent le travail. Non loin, une autre foule, des fonctionnaires et des ouvriers d�bout bloquent l�entr�e principale, ils attendent eux aussi. Au niveau des guichets, c�est la guerre. Les cris et les interrogations, les citoyens revendiquent le service minimum, des explications, une prise en charge� �Ce n�est pas vrai, ils ont pay� des policiers et puis ils ont tout arr�t�. Pourquoi sont-ils injustes !� pestent des citoyens � l�adresse des guichetiers. Cela s�est pass� sous leurs yeux, ils racontent que des policiers ont pu retirer leurs salaires alors que les postiers refusaient de les faire passer. Pour de plus amples informations, on demande � une employ�e de nous expliquer pourquoi la poste de Hassiba Ben Bouali (Alger) a arr�t� subitement ses activit�s alors qu�elle avait repris ce samedi matin. Difficilement, apr�s insistance, une employ�e pr�cise que tous les autres bureaux de poste sont en gr�ve. �On ne pouvait pas travailler seuls !�, l�che-t-elle, sans nous regarder avant de dispara�tre dans les couloirs.
Poste priv�e ou publique ?
Aux bureaux de poste de la place du 1er-Mai, les guichets sont vides. Aucune pancarte n�indique que dans cet �tablissement �tatique on est en gr�ve. Pour ne pas r�pondre aux clients qui affluent, les employ�s se sont cach�s dans une autre salle et ont ferm� la porte. Agglutin�s devant le comptoir, des citoyens d�sesp�r�s tentent de se renseigner, mais en vain, personne n�est l� pour les rassurer ou leur parler. Quelques postiers apparaissent furtivement de temps � autre, indiff�rents, ils ne daignent m�me pas r�pondre aux interrogations qui pleuvent. Les citoyens s�impatientent, ils supplient les travailleurs d�assurer un service minimum, de les aider � retirer leur salaire car ils sont condamn�s et ne peuvent rien faire sans argent. Leurs supplications ne trouvent aucun �cho. �Moi, je suis comme vous. Vous me prenez pour qui ? Je ne suis pas le ministre !� hurle un postier en gesticulant. C�est le seul postier qui a daign� r�pondre aux clients qui ont demand� � voir le responsable. Belkacem tente de lui expliquer l�urgence de sa situation, de le convaincre, mais en vain. Le postier est inabordable comme tous les autres avec qui il a essay� de discuter. �Dites-nous, c�est une poste priv�e ou �tatique ! Mais dans tous les pays qui se respectent, il y a un service minimum ! Vous n�allez pas nous condamner. Belkacem et son ami Halim sont sortis t�t le matin, de Bab El Oued, ils ont fait toutes les postes. Hydra, Staou�li, Didouche- Mourad, Bab El Oued, Sidi Fredj, A�n Benian et A�n Naadja, mais sans r�sultat. �On a �t� m�me � la poste de Club-des-Pins. L�acc�s nous a �t� interdit. Bien s�r, c�est une r�sidence d�Etat, nous, c�est le peuple�, l�che-t-il avec ironie. �Comment allons-nous faire nos achats, pour payer nos factures, acheter nos m�dicaments ? On va encore faire des pr�ts ? Ce n�est pas possible�, s�emporte Halim, d�pass�. S�ils disposent de leurs cartes, les clients peuvent retirer quelques billets des distributeurs automatiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.