Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





INAUGURATION DU SI�GE DE L�OFFICE CENTRAL DE R�PRESSION DE LA CORRUPTION
Il est temps de se mettre au travail
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 03 - 2013

Le ministre des Finances a inaugur� dimanche 3 mars 2013 � Alger le si�ge de l�Office central de r�pression de la corruption (OCRC), marquant ainsi le lancement effectif des activit�s de cet organisme. Situ� � Hydra � au niveau de la placette � le nouveau si�ge de l�Office est dot� de tous les moyens humains et techniques n�cessaires pour r�pondre � ses missions, a affirm� le ministre. Il a assur� que �l�Etat ne m�nagera aucun effort pour lutter contre la corruption et tout autre type de crime �conomique�.
De son c�t�, le directeur g�n�ral de l�OCRC a affirm� que l�am�nagement et l�inauguration du si�ge �traduit la volont� de l�Etat � lutter contre la corruption�. Selon les pouvoirs publics, l�OCRC constitue un outil op�rationnel dans le domaine de la lutte contre les atteintes aux deniers publics. Il est �rig� en service central de police judiciaire charg� des recherches et des constatations des infractions dans le cadre de la r�pression de la corruption et de d�f�rer les auteurs devant les juridictions comp�tentes, en vertu des dispositions de la loi 06-01 du 20 f�vrier 2006, relative � la pr�vention et � la lutte contre la corruption, dans sa version amend�e et compl�t�e en 2010. L�OCRC traitera les dossiers transmis par les instances officielles, en plus des lettres de d�nonciation �manant des citoyens, rel�ve la m�me source. L�OCRC constituerait un nouveau jalon dans la mise en place et le renforcement des instruments de lutte contre la corruption en Alg�rie, un fl�au ancien mais qui conna�t une ampleur exceptionnelle, selon les aveux de son chef. �En tant que magistrat, je connais les affaires de corruption depuis plus de 30 ans. Je pense que ce fl�au a pris une ampleur jamais �gal�e, vu le nombre et le pr�judice dans chaque dossier�, a reconnu le directeur g�n�ral de l�OCRC. D�s lors et dans un contexte marqu� par des scandales de corruption touchant m�me des compagnies publiques strat�giques, le r�le d�une telle institution s�av�re plus qu�utile en Alg�rie. �La corruption est av�r�e..., on est justement l� pour rem�dier � ce probl�me. Les textes existent, les moyens existent et la volont� politique existe... Il faut donc �tre serein sur cette question �, selon le chef de l�OCRC.
�Crime pr�judiciable qui ronge l��conomie nationale�
Le ministre des Finances, toujours lors de l�inauguration du si�ge de l�OCRC, a reconnu que la corruption repr�sente un �crime pr�judiciable qui ronge l��conomie nationale � et qui n�cessite le d�veloppement de nouveaux m�canismes de r�pression, d�o� l�importance de ce nouvel organisme. Il a surtout r�it�r� la d�termination des hautes autorit�s alg�riennes, � leur t�te le pr�sident de la R�publique, mener une lutte sans merci contre la corruption dans toutes ses formes, une lutte �permanente et non pas conjoncturelle�, a-t-il soulign�. La cr�ation de l�OCRC a �t� d�ailleurs d�cid�e dans le cadre de l�application d�une directive pr�sidentielle, en d�cembre 2009, relative � la dynamisation de la lutte contre la corruption. L�entr�e en activit� de l�OCRC est une �r�ponse � l�opinion publique nationale et internationale et une preuve que l�Etat alg�rien est d�termin� � combattre la corruption �, a insist� le premier argentier du pays en se disant confiant quant � �la capacit� de l�Office traiter les dossiers de suspicion de corruption avec rigueur et professionnalisme �. Mais pour r�ussir un tel challenge, les citoyens et les responsables � tous les niveaux doivent �tre �vigilants� pour pouvoir d�noncer tout d�passement touchant � l�argent public, a-t-il enfin recommand�. L�OCRC, compos� d�officiers de police judiciaire, de magistrats, de greffiers et de repr�sentants de plusieurs autres administrations, est r�gi par le d�cret pr�sidentiel du 8 d�cembre 2011 ainsi que par la loi de pr�vention et de lutte contre la corruption du 20 f�vrier 2006. Il est charg� de la collecte, la centralisation et l�exploitation de toute information relevant de son champ de comp�tence, la conduite des enqu�tes et la recherche des preuves sur les faits notamment des �grandes affaires� de corruption et la pr�sentation de leurs auteurs devant le parquet. Il vise, en coop�ration avec les organismes similaires, � assurer une action �coordonn�e et compl�mentaire � en mati�re de s�curit� financi�re � travers une coordination renforc�e avec les autres organes de contr�le, tels que la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF), l�Inspection g�n�rale des finances (IGF) et les Commissions nationales des march�s publics, tous ces organes, dont l�OCRC, �tant sous la tutelle du minist�re des Finances. L�OCRC peut recourir � l�auto-saisine en exploitant les informations rapport�es par la presse ou par d�autres sources comme il peut �tre saisi par l�IGF, la CTRF, les services de police ou les simples citoyens.
Les inspecteurs de l�IGF mobilis�s
Afin de maximiser l�efficacit� des investigations qui seront men�es par l�OCRC, l�Inspection g�n�rale des finances (IGF) mettra ses inspecteurs � la disposition de l�office, a indiqu� son chef, pr�sent la c�r�monie inaugurale du si�ge de l�OCRC. �Nos relations avec l�Office vont �tre tr�s denses dans mesure o� nous sommes tous les deux sous tutelle du minist�re des Finances. Nous allons mettre nos inspecteurs � la disposition de l�Office en plus de l��change d�informations et de bases de donn�es �, a ajout� le chef de l�IGF. Ce dernier � se disant �optimiste� quant � l�efficacit� de la lutte contre corruption en Alg�rie � a rappel� que les actions de l�IGF ont �t� renforc�es � travers l��largissement de son champ d�intervention l�ensemble des institutions y compris les EPE (Entreprises publiques �conomiques). Toujours selon les pouvoirs publics, �dans un souci de pr�server les deniers publics et renforcer la lutte contre la corruption �, l�Alg�rie s�est dot�e ces derni�res ann�es d�une l�gislation des plus s�v�res dans ce domaine ainsi que de plusieurs m�canismes de pr�vention et de lutte contre ce fl�au qui gangr�ne l��conomie alg�rienne. La loi relative � la pr�vention et la lutte contre la corruption de 2006, s�inspirant de la convention de l�ONU adopt�e en 2003 et que l�Alg�rie a ratifi�e en 2004, a �t� ainsi r�vis�e en ao�t 2010 pour renforcer les actions dans ce domaine. Plusieurs lois en relation avec la gestion des deniers publics ont �t� �galement r�vis�es, comme la loi sur la monnaie et le cr�dit, la loi portant r�pression de l�infraction � la l�gislation et � la r�glementation des changes et des mouvements de capitaux vers l��tranger, la loi contre le blanchiment d�argent et la lutte contre le terrorisme ainsi que le code des march�s publics. Le renforcement de la Cour des comptes et du contr�le au sein du minist�re des Finances figurent �galement parmi les mesures prises dans la m�me perspective. Mais la l�gislation en mati�re de lutte contre la corruption sera renforc�e davantage pour prot�ger les d�nonciateurs des affaires de corruption, les t�moins et les victimes dans de tels cas, selon les affirmations � en d�cembre dernier � du ministre de la Justice. �Nous allons combattre ce fl�au avec plus de fermet� afin que personne ne songe � profiter en toute qui�tude des fonds extorqu�s, des fonds qui appartiennent au peuple alg�rien et qu�il doit r�cup�rer t�t ou tard�, avait affirm� ce m�me ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.