Arrivée à Alger du Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés de Palestine    Attaf reçoit un appel téléphonique de son homologue rwandais    Clôture des travaux de la 8e Conférence internationale des parlementaires à Oslo    66e anniversaire de l'équipe du FLN : le président de la FAF rend hommage à tous ses valeureux footballeurs    Campagne 2024 de pêche au thon rouge: réception de 34 demandes de participation    Accidents de la route: 19 décès et 1013 blessés durant les trois jours de l'Aïd    Ghardaïa: début de la nouvelle édition du traditionnel "Moussem de Ziyara" dans le M'Zab    Décès de la journaliste Houria Ayari: Laagab présente ses condoléances    Muhannad Hadi nouveau Coordinateur humanitaire de l'ONU pour les territoires palestiniens occupés    L'Etat de Palestine demande à la CPI d'engager des poursuites judiciaires contre les colons sionistes    Coupe d'Algérie: le CRB premier qualifié en demies, l'USMA dernier à rejoindre les quarts    «Macron est un politicien fou mais très rationnel»    Le QG des forces terrestres de l'Otan en Finlande sera à 140 km de la frontière russe    65.000 exploitations agricoles seront raccordées à l'électricité    Saïd Chanegriha préside une cérémonie d'échange de vœux à l'occasion de l'Aïd El Fitr    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    JS Kabylie : Séparation à l'amiable avec l'entraîneur Azzedine Aït Djoudi    Maghnes Aklouche sera-t-il le prochain Fennec ?    Le programme respecté    Appel à la vigilance des agriculteurs contre le Mildiou    Et à Chlef secousse tellurique    La fête célébrée dans une atmosphère de joie et de compassion    Conférence nationale pour l'évaluation de la gestion du 3e trimestre de l'année scolaire    Prélude à une escalade annonçant la fin d'une colonisation anachronique ?    Un universitaire de renom    Ecrivain encyclopédiste arabe hors pair des 8e et 9e siècles    « L'islam rationnel de Souleymane Bachir Diagne »    Commerce: respect quasi-total du programme de permanence au 3e jour de l'Aïd El Fitr    Hand/Championnat d'Afrique des vainqueurs de coupe: les Congolais du BMC 1ers arrivés à Oran    Téléphonie mobile: taux de pénétration de 116,5% en 2023 en Algérie    Agrément du nouvel ambassadeur d'Algérie en Egypte    8e IPCI à Oslo: présentation de l'expérience de l'Algérie en matière de protection de la santé et de la population    La journaliste à la chaîne "Echourouk News" Houria Ayari n'est plus    Zaalani visite la Faculté de médecine à Alger    Arrivée du président de la République à Djamaâ El Djazaïr pour accomplir la prière de l'Aïd El Fitr    Le contenu pendant le Ramadhan adaptés aux spécificités de ce mois sacré        Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    L'ORDRE INTERNATIONAL OU CE MECANISME DE DOMINATION PERVERSE DES PEUPLES ?    L'imagination au pouvoir.    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cinéma chkoupi de Bahia Allouache
L'humour comme tremplin à la réflexion
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 12 - 2015

La première question qui nous vient à l'esprit en sortant de Cinéma chkoupi de Bahia Allouache est de savoir si le public algérien pourra un jour le voir en salle. Rien n'est moins sûr car ce long-métrage satyrique risque de ne pas plaire aux distributeurs des visas d'exploitation. et pour cause...
En compétition officielle dans la section «Première œuvre» aux 26es Journées cinématographiques de Carthage, Cinéma chkoupi de Bahia Allouache n'a pas eu les faveurs du jury présidé par Lyès Salem et pourtant, il a apporté une bonne dose de fraîcheur et d'insolence à une sélection plutôt indolente. C'est le premier long-métrage de la réalisatrice qui n'est autre que la fille de Merzak Allouache dont on décèlera d'ailleurs une certaine empreinte. Comme dans Normal signé par le paternel en 2011, Cinéma chkoupi est une poupée russe filmique où l'acteur principal n'est autre que Nadjib Oulebsir qui campe le rôle de Djamel, un réalisateur frondeur et marginalisé. Nous sommes en 2013 et le président Bouteflika vient d'être transporté en urgence à Paris suite à un AVC. Il y demeurera quatre-vingt jours et les rumeurs empliront les rues d'Alger et stimuleront l'imagination du jeune cinéaste qui demande alors à Yasmine, sa femme (Amina Bendjoudi), avec laquelle il est en instance de divorce, de préparer un scénario sur l'après-Bouteflika avec l'ambition d'immerger sa caméra et ses comédiens dans le décor réel des funérailles. C'est une idée fixe, voire une obsession, et c'est à la scénariste de broder autour un film politiquement incorrect. Or, la jeune femme s'amusera à élaborer un script délirant qui lui sert davantage à régler ses comptes avec son mari infidèle.
En parallèle, les «services» du ministère de la Culture ont eu vent du projet de Djamel et comptent tout faire pour empêcher le tournage du film : d'abord, un journaliste corrompu et agent occasionnel du système se déguise en femme pour infiltrer l'équipe mais suite à ses échecs, une cadre du ministère tente de soudoyer le réalisateur en lui proposant une méga-production d'un film historique sur le budget duquel il se sucrerait au passage. A cette écriture acidulée qui n'est pas sans rappeler quelques «leitmotive» de la littérature allouachienne (presse culturelle véreuse, ministère composé d'incultes et de corrupteurs), vient se superposer l'univers kafkaïen de Yasmine où une histoire de pension alimentaire non payée vient se mêler à des situations politiques ubuesques et une réflexion profonde sur la réalité du cinéma en Algérie, le tout dans une confusion entretenue par Bahia Allouache qui brouille ainsi les limites entre son propre film et l'imaginaire de son personnage féminin. Cette structure dramaturgique permet à Cinéma chkoupi d'accéder à une grande souplesse et de proposer un rythme dont la fluidité n'a d'égal que l'intelligence. En effet, malgré la lourde charge politique du film et la volonté claire d'émettre une série de critiques directes à l'encontre du régime en place, la réalisatrice fait souvent preuve de subtilité sans pour autant édulcorer son propos. Son arme : l'humour au vitriol. Bahia Allouache, également auteure du scénario, a un indéniable talent en la matière et l'utilisation du rire relève chez elle de l'art de la subversion, lequel se manifeste dans toute sa splendeur à la fin du film lorsque la radio énumère une série de résolutions «utopiques» du président Bouteflika dès son retour de France... Cinéma chkoupi dure 100 minutes mais il aurait pu s'étaler au-delà tant est palpable la capacité de la cinéaste de maintenir le souffle du récit sans jamais verser dans la redondance ou la banalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.