Les opérations de l'aéroport d'Alger n'ont pas été touchées par la panne mondiale des services de Microsoft    AADL 3: l'opération d'inscription reprendra après examen des demandes de souscription reçues    Avis consultatif de la CIJ: "une décision historique"    Kickboxing/ Ligue One Championship: Mahmoudi opposé au Japonais Taiki Naito le 3 août à Bangkok    L'OMS confirme la présence du virus de la polio dans les eaux usées de Ghaza    Aïn Temouchent: remise en service de la station de dessalement d'eau de mer de Beni Saf    Boughali s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Nicaragua    Les pratiques sionistes représentent une atteinte au droit du peuple palestinien à l'autodétermination    Présidentielle: le prétendant à la candidature Bouamrioune Slimane dépose son dossier    Présidentielle: le prétendant à la candidature Belkacem Sahli dépose son dossier    Présidentielle: le prétendant à la candidature Ahmed Gouraya dépose son dossier    Compétitions africaines interclubs 2024-2025: les représentants algériens obtiennent leurs licences africaines    Mondial 2025: la sélection algérienne en stage du 17 au 24 juillet à Alger    Les résultats de l'examen du baccalauréat annoncés jeudi à 16h00    Assurance agricole: des journées de sensibilisation contre la DNC bovine    Festival de la poterie de Maâtkas: un art et un métier ancestral à préserver    Transports: inauguration du musée de l'ETUSA    Présidentielle: le Califat général de la confrérie Tidjania appelle à une participation massive autour du projet d'Algérie nouvelle    Création de dix sites d'exploitation du corail rouge    Un nouveau chef de Sûreté de wilaya    L'inaccessibilité des jeux aux citoyens ordinaires ne fera que diviser davantage la France    Bentaleb préside la cérémonie de sortie de la 9e promotion    Un rapport partiel présenté devant Faid    Une vengeance sans limites ?    Riche programme au profit des enfants de la communauté nationale à l'étranger    Repêchage d'un noyé, porté disparu à la plage de Fenar, à Ben Abdelmalek Ramdhan    Démantèlement d'une bande spécialisée dans le vol de motos    L'aveu d'échec de l'armée sioniste à Ghaza    Manifestation grandiose pour exiger la fin de l'agression sioniste    « La politique d'exportation vise à consolider les efforts de l'Etat »    Les vestiges d'un combat légendaire découverts    Classée au patrimoine culturel matériel national    En Egypte, le taxi-bibliothèque de Mohammed véhicule la lecture    Accord trouvé entre Ittihad Djeddah et l'AS Rome pour le transfert d'Aouar    «Des médailles olympiques les plus chères au monde»    TIZI-OUZOU : « VILLAGE POTEMKINE »    L'agonie du peuple palestinien, c'est le déjà-là de notre propre mort (*)    Algérie : le 5 juillet 1962, l'indépendance sous le coup d'Etat permanent    La décision du président de la République de se présenter pour un 2e mandat saluée    62 ANS APRES L'INDEPENDANCE : DIRIGEANTS OU NOUVEAUX COLONS    Algérie assoiffée : Une nation riche en pétrole, perdue dans le désert de ses priorités    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cinéma chkoupi de Bahia Allouache
L'humour comme tremplin à la réflexion
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 12 - 2015

La première question qui nous vient à l'esprit en sortant de Cinéma chkoupi de Bahia Allouache est de savoir si le public algérien pourra un jour le voir en salle. Rien n'est moins sûr car ce long-métrage satyrique risque de ne pas plaire aux distributeurs des visas d'exploitation. et pour cause...
En compétition officielle dans la section «Première œuvre» aux 26es Journées cinématographiques de Carthage, Cinéma chkoupi de Bahia Allouache n'a pas eu les faveurs du jury présidé par Lyès Salem et pourtant, il a apporté une bonne dose de fraîcheur et d'insolence à une sélection plutôt indolente. C'est le premier long-métrage de la réalisatrice qui n'est autre que la fille de Merzak Allouache dont on décèlera d'ailleurs une certaine empreinte. Comme dans Normal signé par le paternel en 2011, Cinéma chkoupi est une poupée russe filmique où l'acteur principal n'est autre que Nadjib Oulebsir qui campe le rôle de Djamel, un réalisateur frondeur et marginalisé. Nous sommes en 2013 et le président Bouteflika vient d'être transporté en urgence à Paris suite à un AVC. Il y demeurera quatre-vingt jours et les rumeurs empliront les rues d'Alger et stimuleront l'imagination du jeune cinéaste qui demande alors à Yasmine, sa femme (Amina Bendjoudi), avec laquelle il est en instance de divorce, de préparer un scénario sur l'après-Bouteflika avec l'ambition d'immerger sa caméra et ses comédiens dans le décor réel des funérailles. C'est une idée fixe, voire une obsession, et c'est à la scénariste de broder autour un film politiquement incorrect. Or, la jeune femme s'amusera à élaborer un script délirant qui lui sert davantage à régler ses comptes avec son mari infidèle.
En parallèle, les «services» du ministère de la Culture ont eu vent du projet de Djamel et comptent tout faire pour empêcher le tournage du film : d'abord, un journaliste corrompu et agent occasionnel du système se déguise en femme pour infiltrer l'équipe mais suite à ses échecs, une cadre du ministère tente de soudoyer le réalisateur en lui proposant une méga-production d'un film historique sur le budget duquel il se sucrerait au passage. A cette écriture acidulée qui n'est pas sans rappeler quelques «leitmotive» de la littérature allouachienne (presse culturelle véreuse, ministère composé d'incultes et de corrupteurs), vient se superposer l'univers kafkaïen de Yasmine où une histoire de pension alimentaire non payée vient se mêler à des situations politiques ubuesques et une réflexion profonde sur la réalité du cinéma en Algérie, le tout dans une confusion entretenue par Bahia Allouache qui brouille ainsi les limites entre son propre film et l'imaginaire de son personnage féminin. Cette structure dramaturgique permet à Cinéma chkoupi d'accéder à une grande souplesse et de proposer un rythme dont la fluidité n'a d'égal que l'intelligence. En effet, malgré la lourde charge politique du film et la volonté claire d'émettre une série de critiques directes à l'encontre du régime en place, la réalisatrice fait souvent preuve de subtilité sans pour autant édulcorer son propos. Son arme : l'humour au vitriol. Bahia Allouache, également auteure du scénario, a un indéniable talent en la matière et l'utilisation du rire relève chez elle de l'art de la subversion, lequel se manifeste dans toute sa splendeur à la fin du film lorsque la radio énumère une série de résolutions «utopiques» du président Bouteflika dès son retour de France... Cinéma chkoupi dure 100 minutes mais il aurait pu s'étaler au-delà tant est palpable la capacité de la cinéaste de maintenir le souffle du récit sans jamais verser dans la redondance ou la banalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.