Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cinéma chkoupi de Bahia Allouache
L'humour comme tremplin à la réflexion
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 12 - 2015

La première question qui nous vient à l'esprit en sortant de Cinéma chkoupi de Bahia Allouache est de savoir si le public algérien pourra un jour le voir en salle. Rien n'est moins sûr car ce long-métrage satyrique risque de ne pas plaire aux distributeurs des visas d'exploitation. et pour cause...
En compétition officielle dans la section «Première œuvre» aux 26es Journées cinématographiques de Carthage, Cinéma chkoupi de Bahia Allouache n'a pas eu les faveurs du jury présidé par Lyès Salem et pourtant, il a apporté une bonne dose de fraîcheur et d'insolence à une sélection plutôt indolente. C'est le premier long-métrage de la réalisatrice qui n'est autre que la fille de Merzak Allouache dont on décèlera d'ailleurs une certaine empreinte. Comme dans Normal signé par le paternel en 2011, Cinéma chkoupi est une poupée russe filmique où l'acteur principal n'est autre que Nadjib Oulebsir qui campe le rôle de Djamel, un réalisateur frondeur et marginalisé. Nous sommes en 2013 et le président Bouteflika vient d'être transporté en urgence à Paris suite à un AVC. Il y demeurera quatre-vingt jours et les rumeurs empliront les rues d'Alger et stimuleront l'imagination du jeune cinéaste qui demande alors à Yasmine, sa femme (Amina Bendjoudi), avec laquelle il est en instance de divorce, de préparer un scénario sur l'après-Bouteflika avec l'ambition d'immerger sa caméra et ses comédiens dans le décor réel des funérailles. C'est une idée fixe, voire une obsession, et c'est à la scénariste de broder autour un film politiquement incorrect. Or, la jeune femme s'amusera à élaborer un script délirant qui lui sert davantage à régler ses comptes avec son mari infidèle.
En parallèle, les «services» du ministère de la Culture ont eu vent du projet de Djamel et comptent tout faire pour empêcher le tournage du film : d'abord, un journaliste corrompu et agent occasionnel du système se déguise en femme pour infiltrer l'équipe mais suite à ses échecs, une cadre du ministère tente de soudoyer le réalisateur en lui proposant une méga-production d'un film historique sur le budget duquel il se sucrerait au passage. A cette écriture acidulée qui n'est pas sans rappeler quelques «leitmotive» de la littérature allouachienne (presse culturelle véreuse, ministère composé d'incultes et de corrupteurs), vient se superposer l'univers kafkaïen de Yasmine où une histoire de pension alimentaire non payée vient se mêler à des situations politiques ubuesques et une réflexion profonde sur la réalité du cinéma en Algérie, le tout dans une confusion entretenue par Bahia Allouache qui brouille ainsi les limites entre son propre film et l'imaginaire de son personnage féminin. Cette structure dramaturgique permet à Cinéma chkoupi d'accéder à une grande souplesse et de proposer un rythme dont la fluidité n'a d'égal que l'intelligence. En effet, malgré la lourde charge politique du film et la volonté claire d'émettre une série de critiques directes à l'encontre du régime en place, la réalisatrice fait souvent preuve de subtilité sans pour autant édulcorer son propos. Son arme : l'humour au vitriol. Bahia Allouache, également auteure du scénario, a un indéniable talent en la matière et l'utilisation du rire relève chez elle de l'art de la subversion, lequel se manifeste dans toute sa splendeur à la fin du film lorsque la radio énumère une série de résolutions «utopiques» du président Bouteflika dès son retour de France... Cinéma chkoupi dure 100 minutes mais il aurait pu s'étaler au-delà tant est palpable la capacité de la cinéaste de maintenir le souffle du récit sans jamais verser dans la redondance ou la banalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.