Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SOIT DIT EN PASSANT
Quand Daesh pèse sur l'humeur estivale d'élus locaux !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 09 - 2016


Par Malika Boussouf
[email protected]
Il est des jours comme ça où les choses, quand elles ne sont pas maîtrisées, finissent par prendre une allure loufoque.
En France, essentiellement, vivement critiquée pour sa mauvaise appréhension du problème, où la perspective des prochaines présidentielles fait faire n'importe quoi à de futurs candidats en mal de sujets à débattre, de problèmes à résoudre, d'engagements à prendre et surtout convaincus de combattre Daesh en partant en campagne contre une tenue qui rappelle plus une combinaison de plongée qu'un voile.
A observer la façon dont se comportent les élus locaux de certaines villes du pays dit des droits de l'Homme, on en arrive à se demander qui des femmes voilées ou de ceux qui les pourchassent est en panne d'inspiration, qui est en mal d'identité ou qui a le plus de problèmes avec le fameux vivre-ensemble que durant tout l'été on a relégué à l'arrière-plan. Les évènements de cet été m'ont rappelé un échange, très enrichissant, que j'ai eu la chance d'avoir à Beyrouth, il y a deux années de cela, avec une célèbre anthropologue, aujourd'hui rédactrice en chef d'un grand quotidien libanais.
La belle Nahla Chahal, respectable et respectée chef de guerre comme la qualifient, aujourd'hui, encore ceux qui ont survécu à la sanglante guerre civile libanaise, n'était plus à Paris au moment où le débat houleux et improductif sur le port du voile battait son plein. Sa fille, par contre, vivait encore en France, où, avec une amie, elle étudiait le cinéma.
Excédées par la brutalité du débat autour du foulard, car on n'en était pas encore à parler de djilbeb ou de burka, la jeune fille appelle sa mère et lui annonce que son amie et elle sont très tentées de porter le voile, non par conviction mais par réaction.
Elle abandonne le projet en rentrant chez elle pour les vacances. Mais je ne sais plus, par contre, si son amie est allée au bout de sa décision. Cette anecdote avait pour but de dire combien il est facile de basculer vers une cause qui n'est pas la nôtre et combien, parce que l'on croit combattre ce qui nous paraît injuste, on est prêt à renoncer à ses idéaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.