Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    4 établissements fermés !    Imposante marche populaire à Béjaia    Le projet approuvé par le CNI    Accord de pêche UE/Maroc : Le Polisario "consterné" par la décision du Conseil de l'UE    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    Chine-USA : Le négociateur américain n'entend pas prolonger la trêve de 90 jours    Coupe arabe (1/8 de finale - retour) : Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    Mondial-2018 en petit bassin: Nos espoirs reposent sur Sahnoune    La coordination syndicale hausse le ton!    Manifestations du 11 décembre 1960: "Attachement indéfectible du peuple algérien à sa révolution armée"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Six syndicats se retirent de la «charte d'éthique» de l'éducation: Le retour à la protesta se profile à l'horizon    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Réunion des ministres africains du Commerce: Djellab au Caire    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    Bedoui expose la position de l'Algérie    Un taux de 80% d'approvisionnement quotidien en eau potable    Affluence de visiteurs au Salon de l'automobile    Un dealer arrêté en possession de comprimés psychotropes    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    BRAS DE FER ENTRE LA COORDINATION DES IMAMS ET LE MINISTRE : Hedjimi menace de paralyser les mosquées    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Ouyahia contrarié ?    Benghabrit hausse le ton et menace…    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SOIT DIT EN PASSANT
Quand Daesh pèse sur l'humeur estivale d'élus locaux !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 09 - 2016


Par Malika Boussouf
[email protected]
Il est des jours comme ça où les choses, quand elles ne sont pas maîtrisées, finissent par prendre une allure loufoque.
En France, essentiellement, vivement critiquée pour sa mauvaise appréhension du problème, où la perspective des prochaines présidentielles fait faire n'importe quoi à de futurs candidats en mal de sujets à débattre, de problèmes à résoudre, d'engagements à prendre et surtout convaincus de combattre Daesh en partant en campagne contre une tenue qui rappelle plus une combinaison de plongée qu'un voile.
A observer la façon dont se comportent les élus locaux de certaines villes du pays dit des droits de l'Homme, on en arrive à se demander qui des femmes voilées ou de ceux qui les pourchassent est en panne d'inspiration, qui est en mal d'identité ou qui a le plus de problèmes avec le fameux vivre-ensemble que durant tout l'été on a relégué à l'arrière-plan. Les évènements de cet été m'ont rappelé un échange, très enrichissant, que j'ai eu la chance d'avoir à Beyrouth, il y a deux années de cela, avec une célèbre anthropologue, aujourd'hui rédactrice en chef d'un grand quotidien libanais.
La belle Nahla Chahal, respectable et respectée chef de guerre comme la qualifient, aujourd'hui, encore ceux qui ont survécu à la sanglante guerre civile libanaise, n'était plus à Paris au moment où le débat houleux et improductif sur le port du voile battait son plein. Sa fille, par contre, vivait encore en France, où, avec une amie, elle étudiait le cinéma.
Excédées par la brutalité du débat autour du foulard, car on n'en était pas encore à parler de djilbeb ou de burka, la jeune fille appelle sa mère et lui annonce que son amie et elle sont très tentées de porter le voile, non par conviction mais par réaction.
Elle abandonne le projet en rentrant chez elle pour les vacances. Mais je ne sais plus, par contre, si son amie est allée au bout de sa décision. Cette anecdote avait pour but de dire combien il est facile de basculer vers une cause qui n'est pas la nôtre et combien, parce que l'on croit combattre ce qui nous paraît injuste, on est prêt à renoncer à ses idéaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.