COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ICI MIEUX QUE LA- BAS
ELOGE DE L�ESPOIR RAISONNABLE Par Arezki Metref [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 10 - 2006

Je b�n�ficie de ce supr�me privil�ge de ne fr�quenter que des gens optimistes. C�est fatigant. Ils passent leur temps � trifouiller les abysses de l�actualit� pour y d�nicher le rachitique rai d�espoir. Les ayant vus faire, je peux en t�moigner, ils creusent parfois loin dans les couches successives d�opacit� qui forment la g�ologie de la d�prime alg�rienne. Et, en orpailleurs touchant la ran�on de la patience, ils trouvent, les bougres ! Ils trouvent.
Quand tout est barbouill� de gris, ils finissent pas localiser sur la toile du d�sespoir (cette �forme sup�rieure de la critique�, selon la jolie formule de L�o Ferr�) le point lumineux cens� faire trembler la monochromie. Mais aucun d�eux � nul n�est parfait, h�las ! � ne saurait paraphraser l��minent matheux de l�Antiquit� en promettant : �Donnez-moi un petit point lumineux et j��clairerai le monde !� Ils se contentent, eux, mes potes optimistes, d��tre optimistes, ce qui est d�j� quelque chose. Optimistes � l��tat brut, en quelque sorte. Qu�ils aient besoin de passer cette rare mati�re premi�re qu�est l�espoir � la raffinerie, ils le savent. Mais ! Ce sacr� mais ! Quand je la ram�ne, moi, avec mon humeur massacrante, mes doutes tenaces, mon scepticisme increvable, un filtre t�n�breux pos� sur la monture de mes lunettes, ils me d�busquent net : �Toi, tu travailles pour une officine, un clan, un arch, une arche, une assibaa, le gouvernement, le gouvernorat, la gouverne. Ce n�est pas possible autrement. On ne peut pas broyer autant d��b�ne si on n�est pas pay� pour d�sesp�rer !�. Textuel. Je ne peux m�me pas cuver mon Camus ou mon Cioran sans �coper de ces infamies dou�es de la l�gitimit� de me stigmatiser en tra�tre ou, pis, en l�che. Ceux parmi mes potes qui ont, en plus de cet optimisme fonctionnel, un peu de tact ou un peu moins de cambouis sur les parois c�r�brales que leurs pairs, mettent de l�eau dans le vin : �Parle de bouquins, tiens, ce sera mieux pour tout le monde. Laisse la politique � ceux qui savent traduire les sentiments et les attentes en action�. Tu parles de traducteurs ! Enfin, il y a ceux-l�. Ils ont encore plus de tact que les pr�c�dents. Ils me gratifient de ce conseil qui ne mange pas plus de pain que depuis que Jean Cayrol l�a donn� au jeune Kateb Yacine venant de d�poser le manuscrit de �Nedjma� au Seuil : �Pourquoi n��crivez-vous pas sur les moutons. Il y a de si beaux moutons en Alg�rie.� En un mot, faut pas te m�ler de ce qui ne te regarde pas. Sauf que je ne sais pas qui en d�cide, et au nom de quoi. Toute la pertinence du d�bat d�mocratique est enferm�e dans cette question ! A tout prendre, c�est de l�admiration que je ressens pour les capacit�s de mes amis optimistes � trouver de l�espoir partout. Je n�y arrive pas, pour ma part. Pas du tout ! Et je me dis que s�ils trouvent, eux, et moi pas, ce ne peut �tre que pour l�une de ces deux raisons. Soit, ils trouvent parce qu�ils cherchent et que moi, je ne trouve pas parce que je ne cherche pas. B�te ! Soit encore, ils trouvent parce qu�ils ont quelque chose que je n�ai pas. Plus b�te encore ! Ce serait quoi, ce plus ? Le talent pour l�espoir, �a existe ? En v�rit�, dans la masse informe des optimistes, il y a des cat�gories. Eh, oui, c�est comme en tout ! Tiens, par exemple, lui. Lui, l�, le petit brun � la grande chaussure blonde. Il est optimiste parce qu�il est chef de parti. Tu le vois venir dire � nos amis r�unis dans la cabine t�l�phonique: �Zagat, il n�y a rien � tirer de ce syst�me ! Partez, flinguez-vous, faites du skate-board � Aokas, lisez des d�pliants touristiques sur le Taj Mahal, �coutez en live chab Habhab�. Il ne peut pas parler ainsi d�abord parce que, du point de vue individuel, plus zagat, plus il y a � tirer de ce syst�me amateur de puces, qui rach�te tout. Il suffit que t�arrives sur le march� avec un peu de nuisance pour qu�on te rach�te dare-dare. Du pr�l�vement automatique ! Ensuite, faire de la politique, c�est faire dans la guidance. Le pasteur qui m�ne les moutons ne peut pas leur dire, sous peine de ne pas �tre suivi, que demain l�herbe sera moins verte. Tout le monde n�est pas Churchill promettant de la sueur et des larmes plut�t que les paradis artificiels de la d�magogie. L�autre cat�gorie, c�est celle des �optimistes� instinctifs. Ceuxl�, ils n�ont rien � gagner et rien � perdre. Ils traquent l�espoir pour cette raison primaire : ils ne peuvent s�en emp�cher. A l�instar de l�entomologiste qu�tant l�insecte rare l� o� les apparences ne l�y mettent pas, l�optimiste instinctif va trouver motif � aller de l�avant (l�espoir, c�est pr�cis�ment de classer les choses en avant et apr�s) dans le moindre fr�missement, le battement de cils le plus fugace. J�ai un pote qui est comme �a. Quand il voit un film, il lui trouve toujours des choses bonnes. Ca peut �tre l�ensemble ou le sc�nario, l�interpr�tation d�un ou de plusieurs acteurs, les dialogues, une s�quence en particulier, le g�n�rique. La fois o� il a �t� contraint de reconna�tre qu�il a vu un navet int�gral, il a exerc� son optimisme instinctif en disant : �Les fauteuils de la salle sont quand m�me confortables.� Il y a les optimistes �messianiques �. Ceux-l�, ce sont les pires. Ils sont persuad�s qu�ils sont l� pour nous faire part de leurs visions. Un sixi�me sens, ou un septi�me pour faire l�heptade magique, leur fait croire qu�ils voient ce que le lambda comme moi est incapable de zyeuter. Ils ont l�aptitude proph�tique de lire le Signe l� o� vous et moi ne voyons que du feu. Justement, le feu ! Et ils le disent comme un trag�dien dit ses emphases. Il y a les �conteurs�. Ceux-l�, ils rigolent. En priv�, ils avouent qu�ils ne voient pas comment s�en sortir. Ils reconnaissent qu�il n�y a rien � faire, que le jour qui vient est encore pire que celui qui s�en va. Mais, en public, ils trouvent tout de suite le ton juste pour dire tout le contraire de ce qu�ils pensent. Ils poussent la g�n�rosit� jusqu�� partager un espoir qu�ils n�ont pas. Il y a les �mim�tiques�. Eux, c�est tout simple. Les grands hommes qui ont fait l�histoire de l�humanit� sont ceux qui ont su garder espoir dans les pires moments. Eh, bien, eux aussi, ce sont de grands hommes ! Il y a enfin les optimistes �dialectiques �. Ce sont les plus calculateurs, et les plus �planteurs�. Ils font semblant de tirer les conclusions optimistes d�une lecture objective de la situation. En g�n�ral, ils ont souvent quelque chose � voir de pr�s ou de loin avec le syst�me. L�ennui avec les proph�ties qu�ils b�tissent en d�cortiquant le rapport des forces, c�est que ce ne sont, au mieux, que de pures constructions intellectuelles. Pas un des ces changements �positifs� dont ils n�ont eu de cesse de voir la pr�figuration dans des faits anodins ne s�est produit depuis l�ind�pendance. Avec une r�gularit� d�oracles, ils continuent � voir se muer leurs pr�visions. Ils t�annoncent l�embellie et c�est une couche de noir qui s�ajoute au bleu du ciel. Pire que �mauvais temps� de la t�l�, vous savez ! Je veux bien rejoindre les �optimistes �. Mais en m�accrochant � un espoir raisonnable et concret et non pas � cet espoir narcissique qui veut accr�diter que les choses vont changer parce qu�on le d�sire soi-m�me. Si, apr�s 200 000 morts, on en est encore au pal�olithique du genre, c�est parce que le syst�me rentier et corrupteur se renforce sur les d�combres des valeurs et que l�illusion continue � fonctionner que le changement r�side dans l�alternance des clans au pouvoir. Mais c�est aussi parce qu�on ne voit jamais ce qu�il faut voir au moment o� il faut le voir. Mon espoir, raisonnable, c�est de croire en ce changement in�luctable lorsque les Alg�riens seront vraiment le dos au mur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.