Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





VIREE A MOSTAGANEM
Au pays du mystique et des mille et un myst�res
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 07 - 2007

R�gion mystique par excellence, le Dahra s��rige fi�rement sur le pi�destal des cultes du savoir et des croyances. Musistaga, Echtet Ghanem, Mostaganem, Mestghanem ou encore Mesk El Ghanayem, compte actuellement jusqu�� 120 stations pr�historiques recens�es � travers cette wilaya.
TRACES DE CIVILISATION DIVERSES
Aussi, � certains endroits du plateau de Mostaganem, entre Sidi Amar chez les Ouled Safi, Sakhra et les Sablettes-Plage, il a �t� fait le constat que ces endroits auraient �t� peupl�s et habit�s depuis, au moins plus d�un million d�ann�es, alors que l�ancienne ville romaine de Kiza pourrait �tre l�ancienne ville du royaume de Syphax qui, � l��poque, produisait du raisin, de l�huile d�olive, grains et fruits, d�o� les traces encore visibles d�usines, stocks et autres moulins. Les trouvailles de pierres frapp�es d��crits romains en 1866 sur les bords de Sidi Mejdoub-Plage attestent en fait de la pr�sence des Romains dans la r�gion � une �poque bien d�termin�e et ce, au moment o� les localit�s de Ould Boughalem, � Cha�cha et Cha�bia, se r�v�lent �tre d�anciennes stations d�origine romaine. Cela �tant, beaucoup de vestiges historiques, d�un endroit � un autre au c�ur de la ville de Mostaganem, t�moignent si besoin est du passage � travers les �ges de cultures, peuples et civilisations divers et ce, � la faveur de croisades et invasions, guerres et batailles que conna�tra la r�gion du Dahra � travers les �ges. Ainsi, Bordj Tork, qui fut l�ancien tribunal de la ville au XIe si�cle, faisait office de v�ritable cercle des po�tes, ou encore la mosqu�e Sidi Yahia (1292) et la Grande Mosqu�e (1340), s��rigent jusqu�� nos jours en d�authentiques rep�res historiques et civilisationnels.
DE LA BATAILLE DE MAZAGRAN AUX ENFUMADES DU DAHRA
Cela �tant, Mostaganem subira l�influence de la civilisation ottomane bien ancr�e par endroits au moment o� certains pans architecturaux �pousent parfaitement le style typiquement mauresque ou encore arabo-andalou. L�actuelle Ecole des beaux-arts, les pittoresques quartiers du Derb et de Tabbana, ou du moins ce qu�il en reste, El Karya, l�ancienne ville de Tigditt et l�oued A�n Sefra qui, jadis, coupait carr�ment la ville de Mostaganem en ses deux rives, demeurent d�s lors autant d�escales ou de points de chute charg�s d�histoire. Aussi, faut-il savoir que les Arabes avaient livr� bataille � plusieurs reprises aux Espagnols dans la vieille et pittoresque ville de Mazagran � trois bornes de Mostaganem. La plus c�l�bre est celle qui avait vu alors la cavalerie arabe infliger une cuisante d�faite aux envahisseurs espagnols sous le r�gne d�Alcaud�te. Bien plus tard, au d�but de l��poque coloniale, entre 1833 et 1847, les populations de la tribu des Ouled Riah subiront alors les pires supplices par les officiers de l�arm�e fran�aise et ce, � la faveur de massacres coloniaux et d�un g�nocide d�une rare cruaut�. Des crimes commis contre l�humanit�, perp�tr�s sous l�ordre des P�lissier, Cavaignac, Saint-Arnaud et leurs pairs. Un millier de personnes avaient �t� alors asphyxi�es volontairement, entass�es dans la grotte des Ouled Riah � Nekmaria dans la da�ra de Acha�cha. Encore faut-il savoir que les l�gendaires r�volutionnaires Si Bendani et Bouma�za se r�v�leront, � une �poque donn�e, de farouches guerriers et d�fenseurs de la r�gion du Dahra aux c�t�s de l��mir Abdelkader.
MOSTA, TERRE DE CULTURE ET DE MILITANTISME
Ceci �tant, Mostaganem, � travers la r�gion du Dahra, compte plus de 2 305 martyrs de Novembre 1954, originaires tous de la r�gion, alors que le valeureux chahid Benabdelmalek Ramdane fut le premier martyr alg�rien tomb� au champ d�honneur le 4 novembre 1954. Il est, par ailleurs, de notori�t� publique que Mostaganem fera �cole du militantisme nantie jadis d�une culture spirituelle des plus prosp�res. C�est � Mostaganem toujours que na�tront les pr�mices du th��tre alg�rien avec la premi�re pi�ce th��trale, �crite en 1911 au sein de la zaou�a, Alawiya par cheikh Ahmed Benalioua Ibn Mostefa, fondateur du rite alaoui et premier guide de cette confr�rie dont les adeptes se trouvent un peu partout dans le monde. Par ailleurs, l�actuel Nadi Hillal Ettakafi, association de musique andalouse, c�l�bre en Alg�rie, est issu du cercle des �tudiants musulmans cr��, rappelons-le, en 1912 et qui fut jadis le point de chute des intellectuels alg�riens jusqu�aux environs des ann�es 1958.
P�CHE, TOURISME ET AGRICULTURE, PRINCIPAUX ATOUTS
Ancien cinqui�me d�partement alg�rien du temps de la colonisation fran�aise, cette importante ville de l�ouest du pays, que demeure Mostaganem, est situ�e � 80 bornes d�Oran et � 350 de la capitale Alger. S��tendant sur une superficie de 2 269 km2, la wilaya en question compte pr�s de 800 000 �mes, dont pr�s de 200 000 vivent dans la seule commune de Mostaganem. Recelant d�importantes richesses halieutiques, cette r�gion qui est �galement � vocation agricole, a autant d�atouts � faire valoir. Entre crustac�s, poissons et fruits de mer, d�une part, et agrumes et produits mara�chers, de l�autre, le Dahra est en passe de devenir en outre un p�le touristique non n�gligeable � l�avenir et ce, � la faveur de l�importance de son port, de ses 15 zones d�expansion touristiques (ZET). Mosta et sa r�gion sont, en saison estivale, par�es de leurs plus beaux atours, � savoir la magnifique bande c�ti�re et les 124 km de littoral dont elles disposent. Sur la c�te est comme sur la partie ouest, une quarantaine de plages dont les plus pris�es sont A�n Brahim, Petit Port, Bosquet, Clovis, Our�ah, Kharrouba et les Sablettes c�toient all�grement la montagne. Comme quoi le m�lange est superbement buvable entre le bleu de la mer et le vert de la for�t surplombant f�eriquement l��tendue marine avec � la cl�, une fois sur place, cette sensation que peut avoir tout un chacun : investir un beau jour � bon escient pareils endroits paradisiaques� Dans ce m�me ordre d�id�es, la c�l�bre c�te mostagan�moise a d�j� d�croch�, deux ann�es cons�cutives, le prix de la meilleure plage d�Alg�rie et ce, � la faveur des pr�cieux atouts qu�offrent actuellement les Sablettes, autour de laquelle s�est �rig� d�ailleurs un v�ritable village touristique. Par ailleurs, il a �t�, ces dix derni�res ann�es, enregistr� une moyenne de dix millions d�estivants qui chaque �t� fr�quentent r�guli�rement cette partie du littoral alg�rien.
LOURD H�RITAGE CULTUREL ET ARTISTIQUE
Il faut dire que le tourisme touristique � Mostaganem est loin d��tre d�velopp� et ce, en d�pit d��normes potentialit�s que rec�le la r�gion. Mostaganem, c�est aussi son immense patrimoine culturel et artistique, th��tre, po�sie, cin�ma, cha�bi, folklore a�ssaoui, musique andalouse, chant mystique et liturgique et autre folklore f�minin genre medahate, telles sont les formes et facettes du terroir par lesquelles se distinguent Mostaganem et sa r�gion et ce, � la faveur de cet esprit de sauvegarde et de jalouse pr�servation de telles richesses. Il n�y a pas longtemps, Mostaganem vivait chaque �t� au rythme de sa dizaine de festivals avec � la cl�, th��tre scolaire, a�ssaouas, cha�bi, musique andalouse, th��tre amateur, Sidi Lakhdar Benkhlouf, musique et chants b�douis, et autres po�sies populaires. Mostaganem enfin, gr�ce � son valeureux club de football, l�ESM, aura eu l�insigne honneur d�inscrire son nom sur les tablettes de l�histoire du football alg�rien � l�occasion de la premi�re finale de l�Alg�rie ind�pendante, disput�e en 1963, face � l�Entente de S�tif. Ce m�me club, vieux de 68 ans, conna�tra des moments fastes dans les ann�es 1960, au temps o� les Ould-Bey, Zidane, Maouche, Ould-Moussa, Benameur, Soudani et tant d�autres faisaient les beaux jours du club phare du Dahra. Consid�r�e depuis toujours comme un des grands p�les de la culture alg�rienne, Mostaganem demeure ainsi jalousement attach�e � son riche patrimoine artistique� Une richesse qui, en r�alit�, n�a pas de prix. Tel pourrait �tre alors le plus s�r des gages de prosp�rit� pour les g�n�rations montantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.