L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COMMERCE INFORMEL � ADRAR
Les trottoirs squatt�s
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 10 - 2009

Aller se pavaner � travers les art�res de la ville d�Adrar, mise � part la chaleur omnipr�sente, n�est pas d�sagr�able mais vous serez vite surpris par des objets h�t�roclites d�pos�s par les commer�ants � m�me les trottoirs qui sont devenus, par la force des choses, la devanture de leur commerce, une vitrine qui repr�sente � nos yeux une forme d�agressivit�.
Si la chauss�e est r�serv�e aux automobilistes, le trottoir, lui, est pour les pi�tons qui se retrouvent ainsi ballott�s dans tous les sens, oblig�s parfois � contourner ces barri�res pour s�exposer carr�ment sur la chauss�e avec les cons�quences que l�on conna�t. Les restaurants ont accapar� les trottoirs pour faire sortir leurs r�tisseries � braise qui sont � l�origine de salet�, de d�tritus laiss�s d�lib�r�ment � la merci des rongeurs et d�insectes volants et rampants. Des bacs de pain font aussi partie du d�cor et les cartons vides et emballages sont syst�matiquement jet�s dans la rue sans aucune retenue. Quant aux caf�s, il vaut mieux ne pas s�aventurer de leur c�t� lorsqu�on est en famille. La musique � fond vous brise les tympans avec des paroles obsc�nes. Les tables et les chaises ont monopolis� la surface du pi�ton qui encaisse le coup sans broncher. On est loin du compte et � ce rythme-l�, le pi�ton encore lui demeure l�unique victime. On n�est pas au souk o� chacun �tale sa marchandise, on est en ville et dans la ville, il y a les chauss�es et les trottoirs, et les commer�ants doivent comprendre que les squatter est un d�lit et que le commerce est un art. Il faut r�agir et mettre fin � ce dilemme qui d�figure compl�tement nos trottoirs. Des arcades ont �t� construites couvertes de roseaux pour nous permettre, nous qui nous d�pla�ons � pied d��tre prot�g�s du soleil et non une aubaine pour ces commer�ants aga�ants. A quand le d�nouement ? Il faut rendre � C�sar ce qui lui appartient et restituer les trottoirs � leurs propri�taires.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.