L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pédophiles, passeurs, délinquants, dealers écument les quartiers: Attention à vos enfants !
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 03 - 2018

L'insécurité est partout. Dans les villes comme dans les villages. Un enfant qui sort de la maison peut faire l'objet, au détour d'un immeuble, d'une agression, d'un enlèvement ou tomber entre les griffes des différents réseaux de criminalité. Et s'ils sont envoyés dans les mosquées apprendre le saint Coran, ils risquent d'être victimes de pédophilie de la part d'imams véreux qui n'ont de croyants que l'apparence. Des cas pareils meublent la vie des Algériens. D'autant plus que des bandes organisées écument les quartiers, attendant la moindre opportunité pour passer à l'acte. Il ne passe plus aucune semaine sans que l'on annonce la disparition d'un enfant, la mort d'un autre dans des conditions troubles, et tout récemment, les enfants commencent à être touchés par le phénomène de la harga, ou l'immigration clandestine. En effet, Mardi dernier, trois enfants âgés entre 11 et 15 ans ont disparu à Bab Ezzouar (Alger). Ils ont laissé des messages à leurs parents, les informant de leur décision d'effectuer la traversée périlleuse et clandestine de la mer. Si ces enfants-qui heureusement ont été retrouvés- sont passés à cet acte, c'est que les réseaux de passeurs écument les villes. Et pour «s'offrir» la chance de risquer leur vie, ces enfants ont dû casquer des sommes importantes. Selon certaines sources, une harga dans une embarcation de fortune, qui risque de couler à tout moment au large, coûte jusqu'à 60 millions de centimes. Comment se les procurer ? Ils ont volé les biens de leurs parents ! Ces phénomènes qui menacent la vie des enfants prennent des proportions alarmantes, en l'absence d'une véritable protection et d'une grande implication de la société civile dans l'œuvre de sensibilisation. C'est le cadre de vie en général qui génère ces fléaux. Mais abstraction faite des conditions et des motifs qui ont poussé les trois enfants à la harga, leur acte démontre que le phénomène a pris des proportions très alarmantes. Justement, plusieurs enfants ont payé de leur vie les frais de cette aventure à l'issue incertaine. Un épluchage des communiqués du ministère de la Défense concernant les tentatives avortées d'émigration clandestine donne une idée sur la portée de la harga qui est revenue en force ces derniers temps, annonçant un été chaud en la matière.
Des chiffres effarants...
L'une des tentatives les plus spectaculaires est enregistrée le 23 janvier dernier à Oran dans laquelle figurait un couple avec deux enfants de 3 et 5 ans. Malheureusement, la fillette de 3 ans a été portée disparue alors que les 12 autres candidats ont été sauvés in extremis par une unité de gardes-côtes d'Oran. Le même jour, une tentative d'émigration clandestine de huit autres personnes à bord d'une embarcation pneumatique a été déjouée à Ain Témouchent. Dans plusieurs cas, les tentatives ont failli tourner au drame. Ainsi, le 16 janvier, une unité relevant du groupement territorial des gardes-côtes d'Oran/2e RM a réussi à porter secours à quinze (15) candidats à l'émigration clandestine et à repêcher le cadavre d'une personne ayant été à bord de la même embarcation, ainsi que l'évacuation d'une femme, dans un état critique, par un hélicoptère de recherche et de sauvetage relevant des Forces navales, vers l'hôpital d'Oran où elle est décédée. Le 17 janvier, ont été mises en échec, à Oran et Ain Témouchent, des tentatives d'émigration clandestine de 12 personnes à bord d'embarcations de construction artisanale. Une semaine plus tard, une unité des gardes-côtes relevant de la façade maritime Ouest/2e Région militaire a réussi une opération de sauvetage de dix-neuf (19) émigrants clandestins, et ce, suite au chavirement de leur embarcation pneumatique. Les naufragés ont été évacués vers le port de Béni Saf, wilaya d'Aïn Témouchent, tandis qu'une autre unité a déjoué une tentative d'émigration clandestine de 7 personnes à bord d'une embarcation de plaisance à Oran/2e RM. Le 25 janvier, une tentative d'émigration clandestine de 48 personnes à bord d'une embarcation de fabrication artisanale a été déjouée par des gardes-côtes à Ain Témouchent/2e RM, alors que deux jours plus tard, les gardes-côtes ont secouru quatre 4 harraga. Le 29 janvier, pas moins de 70 personnes ont tenté la traversée avant qu'elles ne soient interpellées. Cela pour ne tenir qu'au bilan du premier mois de l'année en cours. En 2017, c'est un bilan noir qui a été dressé. Plus de 3 000 tentatives de harga ont été enregistrées cette année. On évoque un chiffre de 8 000 harraga qui ont réussi la traversée et qui seraient dans des centres de détention en Europe, notamment en Italie et en Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.