La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Oran abrite le championnat régional    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Arrestation de 12 narcotrafiquants et saisis de 11 qx de kif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    La CAF rejette le recours de la FAF    Bouteflika demain à Genève    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Plus de 11.000 infractions en 2018    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Bilel Naïli suspendu pour dopage    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Catastrophes naturelles Indemnisations de 7 milliards de dinars    Contestation à Sidi Lahcèn.. La liste des 327 logements sociaux gelée    Air Algérie.. Les vols vers l'étranger à moitié prix    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Conseil constitutionnel.. Belaiz prête serment devant Bouteflika    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    La main cachée du FIS    Inde et pakistan.. Le spectre d'une guerre au Cachemire    Espionnage économique.. Un franco-algérien condamné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    Blida.. Plus de 11 quintaux de kif traité saisis    MASCARA : Un homme s'immole à Tighennif    TIARET : Crash d'un avion militaire à Rechaiga    EMPLOI : 50.000 nouveaux postes pour les affaires sociales    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Manifestations contre le 5e mandat à Sétif et Bougaa (vidéo)    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    La CAF confirme les sanctions de Bahloul et Fertoul    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pédophiles, passeurs, délinquants, dealers écument les quartiers: Attention à vos enfants !
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 03 - 2018

L'insécurité est partout. Dans les villes comme dans les villages. Un enfant qui sort de la maison peut faire l'objet, au détour d'un immeuble, d'une agression, d'un enlèvement ou tomber entre les griffes des différents réseaux de criminalité. Et s'ils sont envoyés dans les mosquées apprendre le saint Coran, ils risquent d'être victimes de pédophilie de la part d'imams véreux qui n'ont de croyants que l'apparence. Des cas pareils meublent la vie des Algériens. D'autant plus que des bandes organisées écument les quartiers, attendant la moindre opportunité pour passer à l'acte. Il ne passe plus aucune semaine sans que l'on annonce la disparition d'un enfant, la mort d'un autre dans des conditions troubles, et tout récemment, les enfants commencent à être touchés par le phénomène de la harga, ou l'immigration clandestine. En effet, Mardi dernier, trois enfants âgés entre 11 et 15 ans ont disparu à Bab Ezzouar (Alger). Ils ont laissé des messages à leurs parents, les informant de leur décision d'effectuer la traversée périlleuse et clandestine de la mer. Si ces enfants-qui heureusement ont été retrouvés- sont passés à cet acte, c'est que les réseaux de passeurs écument les villes. Et pour «s'offrir» la chance de risquer leur vie, ces enfants ont dû casquer des sommes importantes. Selon certaines sources, une harga dans une embarcation de fortune, qui risque de couler à tout moment au large, coûte jusqu'à 60 millions de centimes. Comment se les procurer ? Ils ont volé les biens de leurs parents ! Ces phénomènes qui menacent la vie des enfants prennent des proportions alarmantes, en l'absence d'une véritable protection et d'une grande implication de la société civile dans l'œuvre de sensibilisation. C'est le cadre de vie en général qui génère ces fléaux. Mais abstraction faite des conditions et des motifs qui ont poussé les trois enfants à la harga, leur acte démontre que le phénomène a pris des proportions très alarmantes. Justement, plusieurs enfants ont payé de leur vie les frais de cette aventure à l'issue incertaine. Un épluchage des communiqués du ministère de la Défense concernant les tentatives avortées d'émigration clandestine donne une idée sur la portée de la harga qui est revenue en force ces derniers temps, annonçant un été chaud en la matière.
Des chiffres effarants...
L'une des tentatives les plus spectaculaires est enregistrée le 23 janvier dernier à Oran dans laquelle figurait un couple avec deux enfants de 3 et 5 ans. Malheureusement, la fillette de 3 ans a été portée disparue alors que les 12 autres candidats ont été sauvés in extremis par une unité de gardes-côtes d'Oran. Le même jour, une tentative d'émigration clandestine de huit autres personnes à bord d'une embarcation pneumatique a été déjouée à Ain Témouchent. Dans plusieurs cas, les tentatives ont failli tourner au drame. Ainsi, le 16 janvier, une unité relevant du groupement territorial des gardes-côtes d'Oran/2e RM a réussi à porter secours à quinze (15) candidats à l'émigration clandestine et à repêcher le cadavre d'une personne ayant été à bord de la même embarcation, ainsi que l'évacuation d'une femme, dans un état critique, par un hélicoptère de recherche et de sauvetage relevant des Forces navales, vers l'hôpital d'Oran où elle est décédée. Le 17 janvier, ont été mises en échec, à Oran et Ain Témouchent, des tentatives d'émigration clandestine de 12 personnes à bord d'embarcations de construction artisanale. Une semaine plus tard, une unité des gardes-côtes relevant de la façade maritime Ouest/2e Région militaire a réussi une opération de sauvetage de dix-neuf (19) émigrants clandestins, et ce, suite au chavirement de leur embarcation pneumatique. Les naufragés ont été évacués vers le port de Béni Saf, wilaya d'Aïn Témouchent, tandis qu'une autre unité a déjoué une tentative d'émigration clandestine de 7 personnes à bord d'une embarcation de plaisance à Oran/2e RM. Le 25 janvier, une tentative d'émigration clandestine de 48 personnes à bord d'une embarcation de fabrication artisanale a été déjouée par des gardes-côtes à Ain Témouchent/2e RM, alors que deux jours plus tard, les gardes-côtes ont secouru quatre 4 harraga. Le 29 janvier, pas moins de 70 personnes ont tenté la traversée avant qu'elles ne soient interpellées. Cela pour ne tenir qu'au bilan du premier mois de l'année en cours. En 2017, c'est un bilan noir qui a été dressé. Plus de 3 000 tentatives de harga ont été enregistrées cette année. On évoque un chiffre de 8 000 harraga qui ont réussi la traversée et qui seraient dans des centres de détention en Europe, notamment en Italie et en Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.