Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Début de la révision des listes électorales    Les partisans de la transition reviennent à la charge    Le niet de Benbitour    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Impasse juridique en cas de victoire de Nabil Karoui    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    Plus de 2 000 armes saisies ces derniers mois détruites    Les autorités ordonnent une nouvelle enquête    Ce que disent les avocats sur la rencontre Toufik-Saïd Bouteflika    En quelques points    Quand ça bricole, ça coule !    NAHD-ESS, choc des malclassés    Bouchar risque 4 matches de suspension    Adrar : "Il ne reste que quelques détailsà régler"    Velud : "La JSK est sur une courbe ascendante"    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Lancement de la campagne à Naâma    Les syndicats chez le ministre    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    Le procès renvoyé au 29 septembre    Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Bouira: Plus de 7.500 places pédagogiques à la formation professionnelle    GALETTE ET PETIT-LAIT    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portés par un marché mondial perturbé: Les cours du pétrole grimpent
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 07 - 2018

Les cours du pétrole ont de nouveau grimpé, emmenant le baril à son plus haut niveau depuis 2014 alors que se multiplient les sources de potentielles perturbations sur le marché mondial. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, dont c'est le dernier jour de cotation, a terminé à 79,44 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 1,59 dollar par rapport à la clôture de jeudi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance a pris 70 cents pour clôturer à 74,15 dollars. Sur la semaine, le Brent a gagné 5,1% et le WTI 8,1%.
«Les tensions géopolitiquesfont monter le risque de perturbations de l'offre, ce qui fait grimper les cours à court terme», a résumé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.
En particulier, les Etats-Unis ont durci le ton vis-à-vis de l'Iran en affirmant mardi que les pays qui importent du pétrole en provenance de ce pays pourraient être sanctionnés et qu'aucune exemption ne serait accordée. «La question est de savoir si les Etats-Unis cherchent à trouver un nouvel accord sur le nucléaire ou à paralyser l'économie et le gouvernement», estiment les analystes de JBC Energy. Selon eux, si la première hypothèse est la bonne, l'Iran pourra continuer à exporter une partie de son brut. Mais dans la deuxième hypothèse, les Etats-Unis ont les moyens de peser sur les importateurs, y compris la Chine et l'Inde.
Par ailleurs, «les problèmes de production du Venezuela et les perturbations des extractions de sable bitumineux au Canada ont participé à l'inquiétude des marchés», a commenté Tamas Varga, analyste chez PVM. La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé avant-hier qu'elle comptait suspendre à partir de dimanche ses opérations dans deux ports supplémentaires dans l'est du pays, ce qui porterait à 800.000 barils/jour la perte en production.
Aux Etats-Unis, les extractions pourraient baisser un peu dans les semaines à venir puisque le nombre de puits de forage en activité a baissé de 4 unités la semaine dernière à 858 puits selon le rapport hebdomadaire de Baker Hughes. Dans ce contexte, l'assouplissement de l'accord de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de dix autres producteurs, qui devrait permettre à ses participants d'augmenter leurs extractions, n'a pas rassuré les marchés.
Dans les prochains jours, «les éléments-clés à observer vont être le rythme auquel l'Arabie saoudite et la Russie vont faire grimper leur production ainsi que l'ampleur des efforts effectués par les principaux importateurs de brut iranien – dont la Chine, l'Inde et la Turquie – pour limiter leurs achats avant les sanctions américaines», a estimé Robbie Fraser de Schneider Electric.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.