Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition «Un regard autrement» de Nacereddine Brahami: Authenticité et originalité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 08 - 2018

Inaugurée le 26 juillet dernier, l'exposition «Un regard, autrement» de l'artiste-peintre Nacereddine Brahami étonne et éblouit le visiteur au Bastions 23 où se tient cette expo-vente jusqu'au 15 août prochain.
Intitulée : «Regards, autrement», l'exposition qui compte une cinquantaine d'œuvres a été organisée au centre des arts et de la culture du Palais des Raïs-Bastion 23 à Alger. D'emblée, dès le premier regard, l'exposition accroche de suite le visiteur. Par son originalité et authenticité, «Regard, Autrement» s'articule autour de trois sujets principaux. Les personnages connus et méconnus, les édifices religieux, mosquées et mausolées faisant partie de l'histoire architecturale algérienne et enfin les symboles visuels exprimant la dimension intellectuelle et l'héritage civilisationnel, culturel et social algérien. Embarquant le visiteur dans une ambiance spirituelle et lointaine, les séries de toiles proposées font d'abord découvrir les monuments et le quotidien de la ville de Tlemcen, ville natale de l'artiste. «L'annonce», «La lecture du saint coran à Djamâa Lekbir», «La visite des proches», «La porte de l'éternité», ou encore «Le marché, rue Khaldoun»...sont autant de toile que le plasticien propose pour faire découvrir des monuments cultuels, des ruelles, des tranches de vie et des medersas de la ville de Tlemcen. Dans ces toiles, l'accent est mis, notamment, sur l'architecture traditionnelle des vieux quartiers de la ville, sur les costumes d'époque aujourd'hui patrimoine populaire ainsi que des lieux d'enseignement en reproduisant des étudiants dans leur accoutrement de l'époque. Nacereddine Brahami propose également au visiteur de découvrir les mausolées de la ville, la grande mosquée de Tlemcen dans des aquarelles semi figuratives comme «La porte du mausolée Sidi Boumediene», «Le repos, mausolée de Sidi El Ghomari», «Le retour de la ziara», «O'lustrale», «Ablution» ou encore «La prière de l'oubli».
Passion
Passionné de l'histoire de l'art et d'iconographie, Nacereddine Brahami est également collectionneur d'anciennes photographies et gravures qui lui servent de modèle de départ pour son travail. Par ailleurs, et dans une autre série de tableaux, l'artiste explore le portrait. Estimant que les expressions d'un visage restent «le meilleur moyen de véhiculer une émotion», pour traduire les «souffrances algériennes dues aux affres de la colonisation», mais aussi pour reproduire «l'espoir et l'innocence de l'enfance». «Le regard pour Brahami» est le caractère non verbal de nos émotions et comme certains le définissent, «le miroir de l'âme», nous fait-t-il savoir. En outre, et à travers cette faste exposition, l'artiste tente de «présenter avant tout – Un art de voir et de percevoir –. Une manière colorée de magnifier le souvenir par une pratique personnelle et par l'exercice d'une technique picturale moderne afin de consolider, par la magie et l'enchantement, une mémoire trop souvent escamotée. Le but est d'appréhender dans la culture visuelle les différents éléments et matériaux en sa possession pour exprimer notre lutte face à la platitude du quotidien et tenter de représenter les diverses perceptions de nos émotions, avec modestie», écrit par ailleurs l'artiste dans sa présentation.
Artiste-peintre autodidacte, Nacereddine Brahami avait exposé individuellement ses œuvres dans plusieurs villes algériennes ainsi qu'au Maroc dans les années 1980. L'artiste consacre 25 ans de sa vie à la recherche sur l'histoire de l'art dans sa ville natale de Tlemcen et publie trois ouvrages sur ce thème, avant de renouer avec les cimaises. L'exposition-vente : «Regards, autrement» se poursuit au Palais des Rais jusqu'au 15 août. Entrée libre et gratuite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.