Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont été formés par la Protection civile: Les élus n'ont pas retenu la leçon
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 09 - 2018

Alors que de nombreuses régions du pays subissent de plein fouet les aléas du climat, pluies, orages, vents violents, dont les conséquences sont souvent dramatiques, le citoyen est en droit de s'interroger sur l'utilité du plan Orsec, dont sont dotées toutes les communes et wilayas.
En effet, au cours du mois de janvier de cette année, la Protection civile a organisé une formation sur l'élaboration et la mise en œuvre du plan communal d'intervention, portant organisation des secours en cas de survenue de catastrophes, connu communément sous l'intitulé «Plan Orsec», et ce, en ciblant les présidents d'APC de l'est du pays et des secrétaires généraux de mairie. L'objectif était de former les personnels des collectivités locales à réagir et à s'organiser pour faire face à des situations particulières, telles que les catastrophes naturelles, séismes, inondations ou autres, à travers le Plan Orsec. Les responsables de ces localités ont assisté à des communications orales avec supports vidéos pour mieux appréhender et organiser la prévention des risques majeurs et la gestion des catastrophes, en organisant des interventions de secours aux victimes de ces phénomènes. La loi 04.20 définit ces fléaux, en précisant leur type, soit les séismes, inondations, feux de forêt, risques géologiques, industriels, énergétiques, climatiques, radiologiques et nucléaires, ou ceux portant sur la santé humaine, animale et végétale, aux pollutions atmosphériques, telluriques, marines et hydriques, ainsi qu'aux catastrophes dues à des regroupements humains. Un plan interne d'intervention modèle a été mis en place par les organisateurs, en mobilisant tous les moyens humains et matériels dont dispose la collectivité «pour faire face de la façon la plus énergique à toute éventualité, et prendre en charge les conséquences qui en découlent de la manière la plus effective», a précisé l'APS. Or, les récentes inondations enregistrées dans l'Est du pays, et l'absence de gestion effective des conséquences induites par ces pluies torrentielles, amènent les citoyens à penser qu'il n'y a eu aucune préparation ni stratégie d'intervention au niveau des collectivités locales.
Qu'est-ce qu'un plan Orsec ?
Pourtant, lors d'une catastrophe naturelle, le plan Orsec est censé être appliqué en usant de tous les moyens humains et matériels des collectivités locales et du privé dont dispose la wilaya concernée pour prendre en charge les conséquences de la catastrophe. La zone touchée par la catastrophe est alors déclarée sinistrée, et toutes les interventions seront coordonnées entre tous les services concernés. Dans le cadre du plan Orsec, une cellule de crise est installée, chapeautée par le wali qui conduit les opérations. Cette cellule comporte tous les directeurs de l'exécutif de wilaya, les services de sécurité, éventuellement même de l'ANP, les chefs de daïra et les présidents d'APC. Le wali décidera des sites à réquisitionner, les maisons de jeunes ou les établissements scolaires. Il faut souligner que le même plan est appliqué s'il s'agit d'une commune.
Aussi, la loi énonce que les plans d'organisation des secours peuvent se combiner, notamment lorsqu'il s'agit d'une catastrophe nationale. Les modalités de mise en place, de gestion et de règles particulières de déclenchement des plans Orsec, sont fixées par voie réglementaire. Selon l'article 54, «l'organisation et la planification des opérations de secours doivent être conçues de manière à prendre en charge, par ordre de priorité, les segments d'intervention suivants : le sauvetage et le secours des personnes, la mise en place de sites d'hébergement provisoires sécurisés, la gestion rationnelle des aides, la sécurité et la santé des sinistrés et de leurs biens, l'alimentation en eau potable, la mise en place d'alimentation en énergie». Selon l'article 55, les plans ORSEC sont organisés et planifiés selon les trois phases suivantes : la phase d'urgence ou phase «rouge», la phase d'évaluation et de contrôle, la phase de réhabilitation et/ou de reconstruction. Dans ce sens, l'article 56 précise qu'outre les moyens mobilisés par l'Etat au titre des plans Orsec lors de la survenance d'une catastrophe et en vertu du caractère d'utilité publique de la gestion des catastrophes institué par les dispositions de l'article 5 ci-dessus, l'Etat procède à la réquisition des personnes et des moyens nécessaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.