Explosions de Beyrouth : des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Covid-19 : prolongement du confinement partiel à El-Kala dans la wilaya d'El-Tarf    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Niveau «yet'karkar» !    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Pas d'Algériens parmi les victimes des explosions survenues à Beyrouth    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Gouasmia, nouveau commandant de la gendarmerie    Un pays à déconfiner    3 649,5 hectares du massif forestier et arbres fruitiers partis en fumée    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    "Des mesures inadaptées", selon le Game    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    La crise des déchets persiste à Constantine    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont été formés par la Protection civile: Les élus n'ont pas retenu la leçon
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 09 - 2018

Alors que de nombreuses régions du pays subissent de plein fouet les aléas du climat, pluies, orages, vents violents, dont les conséquences sont souvent dramatiques, le citoyen est en droit de s'interroger sur l'utilité du plan Orsec, dont sont dotées toutes les communes et wilayas.
En effet, au cours du mois de janvier de cette année, la Protection civile a organisé une formation sur l'élaboration et la mise en œuvre du plan communal d'intervention, portant organisation des secours en cas de survenue de catastrophes, connu communément sous l'intitulé «Plan Orsec», et ce, en ciblant les présidents d'APC de l'est du pays et des secrétaires généraux de mairie. L'objectif était de former les personnels des collectivités locales à réagir et à s'organiser pour faire face à des situations particulières, telles que les catastrophes naturelles, séismes, inondations ou autres, à travers le Plan Orsec. Les responsables de ces localités ont assisté à des communications orales avec supports vidéos pour mieux appréhender et organiser la prévention des risques majeurs et la gestion des catastrophes, en organisant des interventions de secours aux victimes de ces phénomènes. La loi 04.20 définit ces fléaux, en précisant leur type, soit les séismes, inondations, feux de forêt, risques géologiques, industriels, énergétiques, climatiques, radiologiques et nucléaires, ou ceux portant sur la santé humaine, animale et végétale, aux pollutions atmosphériques, telluriques, marines et hydriques, ainsi qu'aux catastrophes dues à des regroupements humains. Un plan interne d'intervention modèle a été mis en place par les organisateurs, en mobilisant tous les moyens humains et matériels dont dispose la collectivité «pour faire face de la façon la plus énergique à toute éventualité, et prendre en charge les conséquences qui en découlent de la manière la plus effective», a précisé l'APS. Or, les récentes inondations enregistrées dans l'Est du pays, et l'absence de gestion effective des conséquences induites par ces pluies torrentielles, amènent les citoyens à penser qu'il n'y a eu aucune préparation ni stratégie d'intervention au niveau des collectivités locales.
Qu'est-ce qu'un plan Orsec ?
Pourtant, lors d'une catastrophe naturelle, le plan Orsec est censé être appliqué en usant de tous les moyens humains et matériels des collectivités locales et du privé dont dispose la wilaya concernée pour prendre en charge les conséquences de la catastrophe. La zone touchée par la catastrophe est alors déclarée sinistrée, et toutes les interventions seront coordonnées entre tous les services concernés. Dans le cadre du plan Orsec, une cellule de crise est installée, chapeautée par le wali qui conduit les opérations. Cette cellule comporte tous les directeurs de l'exécutif de wilaya, les services de sécurité, éventuellement même de l'ANP, les chefs de daïra et les présidents d'APC. Le wali décidera des sites à réquisitionner, les maisons de jeunes ou les établissements scolaires. Il faut souligner que le même plan est appliqué s'il s'agit d'une commune.
Aussi, la loi énonce que les plans d'organisation des secours peuvent se combiner, notamment lorsqu'il s'agit d'une catastrophe nationale. Les modalités de mise en place, de gestion et de règles particulières de déclenchement des plans Orsec, sont fixées par voie réglementaire. Selon l'article 54, «l'organisation et la planification des opérations de secours doivent être conçues de manière à prendre en charge, par ordre de priorité, les segments d'intervention suivants : le sauvetage et le secours des personnes, la mise en place de sites d'hébergement provisoires sécurisés, la gestion rationnelle des aides, la sécurité et la santé des sinistrés et de leurs biens, l'alimentation en eau potable, la mise en place d'alimentation en énergie». Selon l'article 55, les plans ORSEC sont organisés et planifiés selon les trois phases suivantes : la phase d'urgence ou phase «rouge», la phase d'évaluation et de contrôle, la phase de réhabilitation et/ou de reconstruction. Dans ce sens, l'article 56 précise qu'outre les moyens mobilisés par l'Etat au titre des plans Orsec lors de la survenance d'une catastrophe et en vertu du caractère d'utilité publique de la gestion des catastrophes institué par les dispositions de l'article 5 ci-dessus, l'Etat procède à la réquisition des personnes et des moyens nécessaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.