PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une feuille de route a été tracée: Djellab «2019, l'année des exportations hors hydrocarbures»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 12 - 2018

Le premier responsable du secteur a appelé à l'impératif d'exploiter la croissance économique marquant le continent africain, pour la promotion des exportations algériennes.
La diversification de l'économie nationale passe par un plan «élaboré» pour promouvoir les exportations hors hydrocarbures. Et c'est ce que semble faire les pouvoirs publics, qui ont tracé une feuille de route pour l'année prochaine.
«L'année 2019 sera l'année de la promotion des exportations hors hydrocarbures, notamment à travers l'élaboration d'une feuille de route, pour la définition des grands axes de la stratégie nationale d'exportation», a affirmé le ministre du Commerce, Saïd Djellab, hier à Alger. Dans son allocution à l'ouverture d'une rencontre nationale, intitulée «Réussir les exportations pour diversifier les ressources», le ministre a indiqué que «les impressions relevées lors des manifestations commerciales organisées par le secteur du Commerce dans plusieurs pays, pour mettre en valeur la qualité des produits algériens, renforcent notre conviction que 2019 sera l'année de la promotion des exportations hors hydrocarbures». Dans ce contexte, le ministre a dit que les missions économiques des différentes ambassades algériennes à l'étranger, seront d'un appui non négligeable pour la promotion des exportations et l'accès aux marchés extérieurs, tel que tracé dans la stratégie sur la diversification fructueuse des partenaires économiques, aux niveaux international et africain, outre la création d'une zone de libre-échange approuvée en mars dernier, lors du sommet des chefs d'Etats de l'Union Africaine (UA) à Kigali (Rwanda). A ce propos, le premier responsable du secteur a appelé à l'impératif d'exploiter la croissance économique marquant le continent africain, pour la promotion des exportations algériennes. Il a également rappelé dans ce sillage, l'élaboration d'un programme riche, au titre de l'année 2019-2020, visant à ériger l'Algérie en porte de l'Afrique, pour le partenariat et le développement économique et commercial, avec les différents ensembles régionaux et internationaux. Ce programme, a-t-il expliqué, assurera la participation à 53 expositions internationales, dont 25 africaines, notamment avec l'ouverture des postes frontaliers avec la Mauritanie, le Niger et le Mali, et ce, dans le but de promouvoir les zones frontalières. «Nous nous attelons durant cette rencontre, à tracer une feuille de route permettant la définition des grands axes de la stratégie nationale d'exportation», a encore souligné M. Djellab. le ministre a également rappelé qu'«il a été procédé à l'élaboration de cette stratégie avec des entreprises internationales sur la base d'une vision claire, reposant sur des secteurs stratégiques prioritaires».
Le transport et la logistique, les contraintes des exportations
Par ailleurs, le ministre a évoqué différentes préoccupations et difficultés, soulevées par les entreprises d'export, précisant que des efforts sont en cours pour leur trouver des solutions. Dans le même contexte, le ministre a précisé que la réussite des opérations d'exportation n'est pas uniquement définie par le prix réduit du produit à la sortie d'usine, ou par les unités de production agricole, mais se définit de façon proportionnelle par le prix du transport, et de l'acheminement du produit aux marchés extérieurs, ainsi que par les coûts du marketing pour attirer les clients, en tenant compte de la relation prix-qualité, impliquant l'étude de l'aspect logistique, notamment le transport et les moyens de communication.
Durant la rencontre, l'insuffisance dans le transport et la chaîne logistique ont figuré parmi les principales contraintes évoquées. En matière de transport, les participants ont déploré, en présence du ministre du Commerce, Said Djellab, la cherté de l'acheminement des marchandises exportées, et la faiblesse du transport ferroviaire pour réduire les coûts, notamment lorsqu'il s'agit d'exporter des produits vers des pays africains et arabes. Selon eux, les transports aérien et maritime doivent, eux aussi, se mettre au diapason des besoins des exportateurs nationaux de différentes tailles, précisant que l'exportation est surtout une affaire de coût et de timing. Concernant la logistique, les opérateurs économiques ont relevé le manque important de voies ferrées, reliant les zones industrielles et les exploitations agricoles, aux ports et aéroports. Par ailleurs, la rareté des bureaux de liaison et de distributeurs connectés aux marchés étrangers, et l'absence d'équipements modernes, permettant les chargements et les déchargements des marchandises au niveau des ports et des aéroports, ont également été soulignées. Concernant le financement des opérations d'exportations et le transfert des devises, les opérateurs ont suggéré la généralisation du troc, lorsqu'il s'agit d'exporter vers des pays africains. Ces derniers ont aussi relevé la lenteur de rapatriement des devises, suite aux opérations d'exportations, ainsi que l'absence de la possibilité de paiement des services au niveau international, en raison des limites des Incoterm (droits et devoirs des acheteurs et des vendeurs participant à des échanges internationaux et nationaux). Les participants ont également soulevé le manque de laboratoires, chargés de l'accompagnement de la normalisation des produits exportés. Dans ce sens, ils ont appelé à «la mise en place d'un processus clair pour la certification de leur production, destinée tant au marché national qu'international».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.