«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela.. Appels à la mobilisation contre toute intervention étrangère
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 02 - 2019

Le Venezuela est en proie à une vive tension politique depuis que Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale, s'est autoproclamé «président par intérim» le 23 janvier et a été reconnu à ce titre par les Etats-Unis et plusieurs autres pays d'Amérique latine et d'Europe.
Les autorités vénézuéliennes ont appelé le peuple à la «mobilisation et l'union» et à soutenir une pétition lancée afin de collecter 10 millions de signatures rejetant les «menaces interventionnistes des Etats-Unis» dans les affaires internes du Venezuela, parallèlement aux appels au dialogue lancés par le président légitime Nicolas Maduro pour sortir le pays de sa crise actuelle.
Le Venezuela est en proie à une vive tension politique depuis que Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale, s'est autoproclamé «président par intérim» le 23 janvier et a été reconnu à ce titre par les Etats-Unis et plusieurs autres pays d'Amérique latine et d'Europe. Dans ce contexte, le président légitime Nicolas Maduro, soutenu également par plusieurs pays, a dénoncé une «tentative d'usurpation de la fonction présidentielle» et une «atteinte à la constitution», accusant les Etats-Unis d'être les instigateurs d'un coup d'Etat. Dans le cadre du lancement d'une pétition soutenue par le gouvernement afin de montrer que la plupart des Vénézuéliens refusent toute intervention étrangère dans leur pays, la vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a appelé Juan Guaido à se placer «du bon côté de l'histoire» et à mettre fin à «la folie d'un appel à une invasion».
Ce dernier avait laissé entendre que l'idée d'autoriser les Etats-Unis à intervenir militairement pour renverser le président Maduro était «une action à ne pas exclure». Signant cette pétition sur la place Bolivar, au centre de la capitale Caracas, Mme Rodriguez a appelé le président américain Donald Trump à respecter la souveraineté du Venezuela et à lever les sanctions économiques frappant son pays, tout en reprochant à l'Assemblée nationale contrôlée par l'opposition d'avoir débattu de l'autorisation ou non d'une intervention militaire étrangère au Venezuela. «Le peuple vénézuélien a clairement indiqué ce qu'il voulait : il veut la paix, il veut la tranquillité et continuer d'être gouverné par la révolution bolivarienne», a-t-elle indiqué, faisant référence à la politique menée par le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV, au pouvoir). De son côté, l'ambassadeur du Venezuela auprès de l'Organisation des Nations unies, Jorge Valero, a invité tous les Vénézuéliens à rejoindre cette initiative, indiquant qu'«il importait à tous de défendre le pays contre les attaques politiques et les menaces interventionnistes des Etats-Unis». «Nous traversons un moment historique singulier, nous pourrions dire que nous sommes à l'époque de la seconde indépendance, car le destin du pays est en jeu», a déclaré Valero dans une vidéo diffusée par l'ambassade vénézuélienne via son compte officiel Twitter. L'ambassadeur s'est déplacé samedi sur la grande Place Bolivar à Caracas où il a signé la lettre ouverte du gouvernement vénézuélien à l'intention de la population américaine et dans laquelle il a exprimé le rejet des menaces d'intervention du gouvernement américain contre le Venezuela. «Aujourd'hui, il n'y a pas de place pour les ambiguïtés. Soit nous sommes avec la patrie, soit nous sommes avec la subordination, soit nous sommes avec la liberté du Venezuela ou avec l'esclavagisme d'autrefois», a-t-il souligné. Le gouvernement vénézuélien espère, à travers cette pétition nationale, collecter 10 millions de signatures et compte ensuite envoyer le document à la Maison-Blanche à Washington pour dénoncer «les actions interventionnistes et impérialistes», ont précisé les médias vénézuéliens.
Exercices militaires
Le président vénézuélien Nicolas Maduro a présidé dimanche des exercices militaires de grande envergure destinés à renforcer la défense anti-aérienne du pays. Avant le début des exercices, retransmis en direct à la télévision, Maduro a pris le soin d'examiner le matériel militaire, y compris les lance-roquettes utilisés par les forces armées vénézuéliennes. «Les exercices militaires vont durer jusqu'au 15 février et devraient ainsi être considérés comme les exercices les plus importants que Caracas ait jamais organisés au cours de son histoire vieille de 200 ans», a affirmé le président. Des soldats de l'armée de l'Air de la base de Fort Guicaipuro, dans l'Etat de Miranda (nord) ont déployé à cette occasion des missiles sol-air 9M317 et Igla-S. Le 9M317 est un missile à moyenne portée qui peut frapper des cibles jusqu'à 50 km de distance, tandis que l'Igla-S est un lance-missile portatif ayant une portée de six kilomètres. M. Maduro a en outre promis de faire les investissements suffisants pour son pays afin de renforcer les systèmes de défense anti-aérienne et anti-missile et même d'équiper la Milice bolivarienne avec «les missiles les plus modernes du monde». «Ces Igla-S, ainsi que des milliers et des milliers d'autres à venir, seront entre les mains du peuple (…) afin de rendre nos villes impénétrables», a-t-il lancé. La Milice bolivarienne est une force composée de volontaires civils fondée en 2008 pour suppléer les forces armées.
Ces exercices militaires, menés à l'occasion du 200e anniversaire de la bataille historique d'Angostura, se poursuivront jusqu'à vendredi et interviennent alors que les tensions entre le gouvernement et l'opposition ont pris de l'ampleur depuis que le président Maduro a prêté serment pour un nouveau mandat le 10 janvier dernier. L'opposition, qui a boycotté l'élection présidentielle de mai 2018, refuse de reconnaître la réélection de Maduro et réclame un nouveau scrutin.
Avec l'appui de Washington, elle a fait acheminer de l'aide humanitaire américaine aux frontières, mais s'en est vue refuser l'accès par les autorités locales, lesquelles soupçonnent qu'il s'agit là d'un «prétexte pour envahir le Venezuela». Nicolas Maduro accuse Washington de mettre en place une «coalition internationale» pour «commettre la folie d'intervenir militairement au Venezuela sous le prétexte d'une crise humanitaire inexistante».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.