Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Le décret publié au Journal officiel    Belhimer souligne l'urgence de les réguler    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    Concert de Hasna El Becharia    Le Barça perd un joueur avant d'affronter Naples    Communiqué du Conseil des ministres    Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Andy Delort répond encore à Neymar !    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Gros risques sur les banques    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le Chabab, un leader bien fragile    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Des potentialités inexploitées    Le saviez-vous… ?    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La Guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. Des romanciers au service de l'histoire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 02 - 2019

Un essai appuyé sur une lecture critique d'une centaine de romans d'auteurs français sur «la Guerre d'Algérie» a été publié récemment par Rachid Mokhtari, sous le titre «La guerre d'Algérie dans le roman français». L'ouvrage est édité en deux tomes, «Esthétique du bourreau» et «Elégie pour une terre perdue», par Chihab. Dans le premier tome, «Esthétique du bourreau» (461 pages), l'auteur -pour qui le terme «Guerre d'Algérie» renvoie à toute la période coloniale (1830-1962) – s'intéresse d'abord aux écrits ayant accompagné la colonisation de l'Algérie, particulièrement à l'œuvre d'Eugène Fromentin, artiste peintre et auteur de «Un été dans le Sahara» (1857), et celle de André Gide auteur de «Les nourritures terrestres» (1897). Rachid Mokhtari compare ces deux ouvrages et croit déceler une volonté de «poétiser la conquête», c'est-à-dire la colonisation de l'Algérie. Il souligne également le contraste entre deux grandes sagas de la littérature française : «Les chevaux du soleil» publiée en six volumes par Jules Roy à partir de 1967 et la trilogie «C'était notre terre» (2008), «Les vieux fous» (2011), et «Un faux pas dans la vie d'Emma Picard» (2015) publiée par Mathieu Belezi, pour confronter des conceptions différentes d'une de ce qu'il appelle la «fresque de l'Algérie pré 1954».
Un autre chapitre est également dédié à «la victime en uniforme», l'image littéraire du militaire français (engagé volontaire, parachutiste, appelé du contingent…) qui «se donne à lire dans sa misère de victime de guerre». Dans le même ordre d'idées, l'universitaire s'intéresse à l'image littéraire du parachutiste français, antithèse du soldat du contingent. Une image passant du «spécialiste de la gégène» au «symbole de l'honneur de la nation» donnant naissance au «mythe du para», «une nébuleuse qui entrave le témoignage des victimes au profit des propos fantasques du bourreau». Le second tome de cet essai, «Elégie pour une terre perdue» (288 pages), se penche sur les écrits de «pieds-noirs» qui ont entamé des retours, réels ou imaginaires au «paradis perdu». Dans ces écrits, «la guerre s'efface pour ne devenir qu'un écho», analyse l'auteur. Dans cette production d'écrivains pieds-noirs, l'universitaire signale les rares écrits évoquant la guerre et les horreurs dont les auteurs étaient témoins directs et parfois impliqués eux-mêmes. Rachid Mokhtari a également sélectionné deux autres groupes de romans, les carnets de retour en Algérie et les récits de «retour généalogique» sur les parcours intimes de familles pieds-noirs. Universitaire, romancier et journaliste, Rachid Mokhtari a publié plusieurs ouvrages consacrés à la littérature algérienne dont «Tahar Djaout, un écrivain pérenne», «Le nouveau souffle du roman algérien» ou encore «La graphie de l'horreur».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.