Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réminiscence d'une mémoire triturée
« Mauvais sang » de Rachid Mokhtari
Publié dans Horizons le 03 - 06 - 2013

Paru aux éditions Chihab, « Mauvais sang », le nouveau roman de l'universitaire et critique littéraire, Rachid Mokhtari, mêle la petite et la grande Histoire. Le romancier, lui-même ancien responsable dans un quotidien national, aujourd'hui disparu, s'est servi d'une histoire personnelle, somme toute banale, d'un journaliste, pour dire, dans une œuvre de qualité, le drame de tout un pays. Le romancier entraîne, dès les premières phrases, le lecteur dans un univers où se mêlent horreurs, frustrations et quête de vérité. Face à une actualité difficile, meublée d'informations terrifiantes, le journaliste tente du mieux qu'il peut de se réfugier dans son passé, son enfance villageoise par le biais de voyage mnémonique et de réminiscences. Mais à force de solliciter et triturer sa mémoire, il finira par réveiller la vieille blessure, celle d'une enfance ratée. Le journaliste, orphelin de père, tombé au champ d'honneur, dévide dans son cœur le souvenir d'une enfance lointaine, le veuvage de sa mère et l'indigence dans laquelle il a grandi à Imaqar. Les personnages ont les mêmes préoccupations, la même angoisse et le même rêve : survivre. La serveuse du bar Tropique qui égaye de vieux briscards à l'heure de la cuvée, le journaliste qui noie son chagrin dans l'alcool, en solitaire, après le bouclage, les populations prisonnières des Minotaures. Les faux dévots inquiètent tout le monde. Certains passages du livre font penser à une œuvre autobiographique, surtout, parfois, des faits relatés sont directement inspirés d'articles déjà parus. L'auteur le souligne au début du livre. « On creusait jour et nuit, à la hâte, des trous, rien que des trous, tant et si bien que les aires des cimetières débordaient sur le terrain vague des cités-dortoirs ou venaient lécher le bitumes des autoroutes. Il en mourait de tous âges, égorgés, dépecés, éventrés, brûlés, émasculés, pendus. Tu étais toi-même devenu un croque-mort dans le rewriting des infos macabres », écrit-il, pour rappeler les tragiques évènements qui ont secoué notre pays durant les années quatre-vingt-dix. L'auteur a habitué ses lecteurs, depuis la publication de son premier roman, à une remarquable production littéraire. Ancien professeur de langue française, inspecteur à la retraite, le romancier a entrepris une sorte d'exploration romanesque pour offrir, en guise d'étrennes, une œuvre littéraire indéniable aux amoureux de belles lettres. Après avoir réussi une trilogie qui traite des origines, le romancier récidive, cette fois-ci, et dans la même veine littéraire, avec « Mauvais sang », quatrième roman qui évoque une partie de notre histoire contemporaine, à savoir la décennie noire. Si le style journalistique est omniprésent, il n'en demeure pas moins que, sur le plan esthétique, ce roman est d'une remarquable qualité littéraire. Certaines pages sont de véritables envolées lyriques et poétiques, même si, parfois, la phrase est réduite à ses constituants les plus élémentaires. Universitaire, journaliste et romancier, Rachid Mokhtari a, en plus des romans, publié plusieurs œuvres consacrées à la littérature et à la musique algérienne. « Mauvais sang » et son quatrième roman, après une trilogie des origines, commencée avec Elégie du froid.
Dj. O.
« Mauvais sang », Rachid Mokhtari, Chihab éditions. Prix public : 550 dinars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.