Le temps de plus en plus compté    Condor Group sponsor de 6 start-up algériennes    L'USMA a son destin en main    Juventus : Allegri aurait une préférence pour son avenir    Tiaret : L'informel reprend le dessus    Du talent à revendre    La guerre des escaliers    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Furlan (Ent-Brest) «Pour un entraineur, Belkebla est un joueur précieux, Belmadi va vite l'apprécier»    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    CROYANCES ET CONVICTIONS    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    Le déclic    L'alternative de la dernière chance    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Le monde nous regarde    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Situation politique, économique et sociale : Réformes et défis    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Les étudiants ont marché    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Nouvelle attaque de Daech en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sortie de trois ouvrages chez Marguerite éditions
Nées de la collaboration avec d'anciens journalistes du quotidien "Le Matin"
Publié dans Liberté le 27 - 04 - 2016

Les éditions Marguerite ont collaboré avec plusieurs journalistes de l'ancien quotidien Le Matin, dont Mohamed Benchicou, ancien directeur de la publication, Hassan Zerrouky, journaliste à l'Humanité (ancien journaliste au Matin), et Youcef Rezzoug, ancien rédacteur en chef du journal.
Ces trois ouvrages, dont une réédition et deux travaux collectifs, traitent de l'actualité politique algérienne, des figures de l'indépendance, ainsi que de la décennie noire. Publié dans un premier temps en 2011 aux éditions Riveneuve en France, Le dernier soir du dictateur est une pièce théâtrale écrite par Mohamed Benchicou, sur une idée de Sid Ahmed Agoumi. Elle est la première création littéraire algérienne inspirée du mouvement révolutionnaire qui a traversé le Maghreb et le monde arabe. Que se passe-t-il dans la tête d'un chef d'Etat autocrate qui apprend qu'un soulèvement populaire menace le président d'un pays proche, quinze jours après la destitution du président d'un pays voisin à la suite d'une autre insurrection ? Dans le dernier soir du dictateur, on accompagne les derniers instants d'un autocrate qui n'a pas vu changer le monde ni grandir une nouvelle génération d'hommes et de femmes dont il ne saisit pas le profond désir de vivre une autre vie.
Dans l'ouvrage Sansal Khadra Boudjedra face au GIA séducteur, Rachid Mokhtari, universitaire, essayiste et ancien journaliste au quotidien Le Matin, nous propose dans cet essai une étude portant essentiellement sur la construction fictionnelle du terroriste dans les romans d'écrivains algériens publiés en France de 1989 à 2011. En préambule, Charlotte Lacoste (agrégée de lettres, enseignante en littérature française contemporaine à l'université de Nancy) explique la manière dont on arrive à faire du bourreau une victime, à travers l'écriture "puisque ce bourreau de papier (...) a été fabriqué de toutes pièces par un auteur qui l'a équipé de caractéristiques incitant le lecteur à se reconnaître en lui, avec toujours le même prétexte : le mettre en garde contre ses propres démons". L'auteur part d'une double interrogation : quelles images littéraires nos écrivains donnent-ils de leurs personnages terroristes affiliés au Groupe islamique armé (GIA), et comment ces derniers évoluent-ils dans la fiction ? Aussi, comment l'ancien maquisard de l'ALN de 1954, progressivement décrédibilisé, a cessé d'être un repère, un symbole, un père, un emblème, au profit du terroriste islamiste "émir" égorgeur et exterminateur. Promu en personnage sympathique, pathétique qui suscite auprès du lecteur une séduction morbide. C'est donc un travail sur près d'un quart de siècle, dans l'histoire littéraire contemporaine de l'Algérie après l'ouverture démocratique du 5 octobre 1988, qui nous est proposé. Dans la 3e publication, ce sont pas moins de sept auteurs qui ont participé à la réalisation de l'ouvrage collectif paru aux mêmes éditions, Novembre 54 et la faillite démocratique, dont Mediene Benamar, Mourad Bourboune, Sadek Hadjeres, et bien d'autres noms de scène littéraire et journalistique algériennes. Ce livre est dédié au moudjahid Abdelhafidh Yaha, co-fondateur du FFS, et à Hocine Aït Ahmed ainsi qu'à tous ceux qui ont refusé une indépendance sans la démocratie. Les auteurs font le bilan soixante ans après le déclenchement de la guerre de libération. "Novembre 1954 a apporté l'indépendance mais oublié la démocratie. Voilà 53 ans que l'Algérie vit sous la coupe d'un Etat policier propriété et groupe que personne n'a ému", peut-on lire dans la quatrième de couverture. Cet essai fait le constat d'une indépendance gâchée par les intérêts personnels et les convoitises de certains. Ceci est d'autant plus difficile à accepter, qu'"en 1962, on avait tous les moyens de réussir. On avait des têtes, des militants dévoués, un peuple prêt à tout pour faire de l'Algérie un pays moderne et prospère. Mais...", s'insurge feu Mohamed Mechati. Tout au long de l'ouvrage, les auteurs tenteront de répondre à la question : pourquoi et comment Novembre a-t-il débouché sur cette faillite démocratique ? Et feront parler des figures historiques, des intellectuels et historiens de renom.
Yasmine Azzouz

-Le dernier soir du dictateur, de Mohamed Benchicou,
Marguerite éditions, Alger 2015, 91 pages, 450 da.
-Sansal Khadra Boudjedra face au GIA séducteur, de Rachid Mokhtari,
Marguerite éditions, Alger 2015, 114 pages,
800 DA.
-Novembre 54 et la faillite démocratique, ouvrage collectif,
Marguerite éditions, Alger 2015, 149 pages,
850 da.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.