35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il appelle au maintien de la présidentielle du 18 avril.. Le délire de Ghediri !
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 03 - 2019


La présidentielle est annulée, le peuple est dans la rue, le gouvernement a remis sa démission et un autre Exécutif composé de «technocrates» devra être installé dans une semaine : tout cela n'a pas infléchi Ali Ghediri. Le général à la retraite continue de se considérer comme candidat à un scrutin qui a disparu de l'agenda du pays, appelant au respect du cadre constitutionnel. «Nous constatons que le Conseil constitutionnel vient d'archiver les dossiers remis par les candidats au motif que l'annulation de l'élection présidentielle du 18 avril 2019 avait été annulée par une décision politique qui a trouvé en un décret présidentiel abrogeant celui par lequel le corps électoral a été convoqué, un semblant de fondement juridique», a écrit Ali Ghediri, dans un communiqué, commentant la décision du Conseil constitutionnel d'archiver les dossiers des candidats. Et de s'interroger : «Est-il utile de rappeler que le texte abrogé a déjà produit son effet ?». Pour lui, «le Conseil constitutionnel, institution suprême de l'Etat de droit garante du respect des lois, n'a fait qu'entériner une violation grave de la loi régissant la matière pour des considérations politiques subjectives». L'ancien général à la retraite, ne mâchant pas ses mots contre le régime politique, l'accuse d'«avoir usé et abusé des pouvoirs que lui confère la Constitution dans le seul but de sauver un système politique arrivé à son terme et que le peuple rejette». «Il prive de la sorte des citoyens qui n'ont fait que se conformer aux prescriptions de la loi, de leur droit constitutionnellement consacré», s'insurge Ghediri, qui se considère encore candidat à… la présidentielle. «Pour notre part, si nous prenons acte de cette violation flagrante de la Constitution, nous n'en exigeons pas moins que le cadre constitutionnel soit respecté et que l'élection prévue puisse se dérouler dans les délais impartis», a-t-il insisté, invitant ainsi Tayeb Belaiz à maintenir le scrutin du 18 avril 2019. Pour rappel, le Conseil constitutionnel, réuni les 12 et 13 mars 2019, a décidé que le fait de statuer sur la validité des candidatures pour l'élection du président de la République, qui était prévue pour le 18 avril prochain, est désormais «sans objet» en vertu du décret présidentiel 19-92 du 11 mars 2019 portant annulation des dispositions du décret présidentiel portant convocation du corps électoral en vue de l'élection du président de la République, et que «les dossiers des 21 candidats à la candidature pour la présidentielle, déposés au niveau du Secrétariat général du Conseil constitutionnel, seront gardés au niveau des archives du Conseil». Il faut dire que le peuple a, à travers ses manifestations de rue depuis le 22 février, rejeté et l'opération électorale, et le cinquième mandat de Bouteflika et le régime en place à qui il a demandé de «partir». Seulement, en déphasage avec la dynamique populaire et probablement rongé par le seul désir d'arriver au fauteuil du président de la République, Ali Ghediri s'enfonce dans un «délire» qui ne dit pas son nom. Organiser une présidentielle dans près d'un mois alors que l'urgence est de trouver une issue à la crise avec l'implication de tous les acteurs qui doivent s'asseoir autour de la table serait suicidaire. Ghediri, semble-t-il, veut coûte que coûte être président, et ne lâche rien !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.