OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    Sonelgaz menace    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renforcement du contrôle aux frontières.. Nouvelle feuille de route
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 05 - 2019

«Le ministère du Commerce travaille sur l'élaboration d'une nouvelle feuille de route pour le renforcement du contrôle aux frontières», a indiqué hier, le ministre du Commerce, Saïd Djellab.
Cette feuille de route, qui offre des réponses à la question de «comment adapter, de façon continue, les inspections aux frontières aux mutations observées dans le monde, en matière de technologie et de multiplicité des produits et des dispositifs, touche à tous les aspects de ce contrôle», a précisé le ministre qui présidait une rencontre nationale des chefs d'inspections aux frontières du ministère. Il s'agit d'abord, selon lui, de revoir l'organisation du contrôle aux frontières de manière à relier les inspections aux autres services de contrôle (Douanes, ministères). Le deuxième aspect, poursuit M. Djellab, porte sur la numérisation du contrôle aux frontières pour permettre la mise en place d'un système d'alerte en temps réel qui permette de détecter rapidement les produits susceptibles de nuire à la santé du consommateur et à l'économie nationale. Une telle numérisation permettra également une interconnexion entre les inspections elles-mêmes. Il y aura, par la-même, une standardisation et une codification des procédures avant d'arriver à la numérisation. «Le troisième point du nouveau dispositif est relatif au renforcement des moyens humains et techniques des inspections, chacune selon son importance», a-t-il ajouté. «L'inspection d'Alger, par exemple, traite 60% des flux des importations, elle doit par conséquent avoir plus de moyens qu'une inspection moins importante», a-t-il dit. L'autre point inscrit dans ce cadre consiste à la formation et au recyclage des inspecteurs pour les mettre à niveau avec les nouvelles exigences en la matière. La cinquième réforme inscrite est l'élargissement de la nature de contrôle assuré par les inspecteurs aux frontières. Basé actuellement sur le contrôle documentaire à hauteur de 70%, ce contrôle devrait passer par des laboratoires de contrôle de la qualité et participer même au contrôle économique assuré par les services des Douanes. «Les inspecteurs ne doivent pas se limiter au contrôle de la qualité à travers le contrôle documentaire. Ce contrôle sera plus fiable puisqu'il passera par des laboratoires de contrôle de la qualité certifiés par l'organisme algérien d'accréditation ALGERAC», a avancé le ministre. En plus du LNE (Laboratoire national d'Essai), «Nous aurons un réseau de laboratoires publics et privés accrédités», a-t-il ajouté. Pour bien mener cette tâche, le ministère compte recourir à la procédure appelée «la reconnaissance mutuelle» des laboratoires, selon laquelle l'Algérie reconnaît le contrôle assuré par un laboratoire du pays du fournisseur en contrepartie d'une reconnaissance de ses laboratoires chez le même pays. Ce contrôle d'avant-expédition permettra ainsi d'alléger le contrôle aux frontières en Algérie, selon lui. L'Algérie importe annuellement pour 46 milliards de dollars dont 50% proviennent de l'Union Européenne. Le pays compte 35 points de contrôle frontalier au sein des ports, aéroports, frontières terrestres et zones sous-douane. Lors de la rencontre, les directeurs régionaux du Commerce d'Alger, Annaba, Sétif, Batna, Oran, Saïda, Béchar et Ouargla ont présenté des points de situation sur le contrôle aux frontières au niveau de leurs régions. Interrogé par ailleurs par l'APS pour savoir si le mécanisme juridique pour relancer l'importation des véhicules de moins de trois ans a été défini, M. Djellab a précisé que ce dossier était encore au stade d'ouverture. «Le Premier ministre nous a chargés de cette mission ; nous sommes dans l'étape d'ouverture du dossier. Il y a beaucoup d'intervenants sur ce dossier et, une fois que nous l'aurons préparé, nous passerons à l'étape suivante», a-t-il enchaîné.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.