Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    Protestation des Robes noires    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Premier League : Manchester United s'impose dans la douleur à Brighton    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Sit-in des médecins et infirmiers, devant le siège de la DSP    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Importation: Pas de retour aux licences    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





13e mardi de manifestations des étudiants.. La présidentielle du 4 juillet rejetée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 05 - 2019

A Alger, les étudiants, dont certains sont en grève depuis le 26 février dernier, sont venus par milliers à la place de la Grande poste, où ils ont observé un sit-in pacifique, jusqu'à satisfaction des revendications du peuple qui réclame le changement du système.
Déterminés, les étudiants ont observé hier, leur 13e mardi consécutif de marche pacifique contre le pouvoir en place, et pour l'avènement d'un Etat civil. La communauté estudiantine ne lâche pas prise, et se distingue par son implication massive dans le mouvement populaire que connaît l'Algérie depuis le 22 février dernier. Plusieurs wilayas du pays ont vécu hier, au rythme d'imposantes marches pacifiques des étudiants, à travers lesquelles des slogans contre les symboles du système, de la présidentielle du 4 juillet prochain, revendiquent le départ des anciennes figures. A Alger, les étudiants, dont certains sont en grève depuis le 26 février dernier, sont venus par milliers à la place de la Grande poste, où ils ont observé un sit-in pacifique, jusqu'à satisfaction des revendications du peuple qui réclame le changement du système.
Au centre d'Alger, contrairement aux manifestations précédentes, les étudiants sont parvenus à rompre le cordon sécuritaire des forces de l'ordre, et en dépit de plusieurs barrages installés sur les lieux, ils ont continué à marcher, affirmant leur détermination d'aller jusqu'au bout de leur revendications. Contrairement à la manifestation du dimanche 19 mai, les étudiants ont réussi à franchir le barrage de police, pour se diriger vers le Palais du gouvernement. Toutefois, les forces de sécurité ont installé un barrage avec les camions de police, pour empêcher les étudiants d'atteindre leur cible.
Lors de leur marche, les étudiants ont réitéré leurs refus de l'élection présidentielle prévue en juillet, en guise de réponse au discours du chef d'état-major de l'armée, qui a insisté lundi, sur la nécessité d'organiser la présidentielle à temps. Les étudiants ont scandé des slogans contre le régime et ses symboles, «dégage Bedoui, dégage Bensalah !». «Libérez l'Algérie», «Etat civil et non militaire», ont-ils demandé. Sur les pancartes levées lors de la marche, on peut lire: «pas d'élection, pas d'une longue période de transition». «Makanch Intikhabat ya Aissabat (Il n'y aura pas d'élections, bande de mafia)», scandent les étudiants. «Nous marcherons tous les mardis et même les vendredis, jusqu'à que ce vous partiez !», crient à tue-tête les étudiants à l'adresse des tenants du système. «L'erreur de ce pouvoir qui fait le sourd, c'est de vouloir imposer une élection présidentielle, à un peuple qui n'en veut pas», lâche-t-on. «Rupture intégrale avec le système, pour l'avènement de la deuxième république», affirme-t-on. «Nous sommes mobilisés, et nous le resterons jusqu'au démantèlement du système», scandent les manifestants. Certains manifestants ont scandé des slogans hostiles à Gaid Salah.
La police tire au gaz lacrymogène
Pour ce 13e mardi de mobilisation contre le système, la tension était très forte. Les milliers d'étudiants sortis pour manifester, ont fait face à un important dispositif sécuritaire, le plus important depuis le début du mouvement populaire. Le Centre de la capitale a été quadrillé dès les premières heures de la matinée. Les forces anti-émeute ont occupé et bloqué tous les endroits, où les étudiants avaient l'habitude de se rassembler et de marcher. Les policiers ont occupé l'esplanade de la Grande Poste, ils ont bloqué les rues menant vers l'APN et le tribunal de Sidi M'hamed, et également la rue Pasteur, menant vers le tunnel des facultés, à Place Audin.
Des échauffourées ont eu lieu entre les étudiants et les policiers, alors que les forces de l'ordre ont tenté de les empêcher de progresser dans leur marche. Les policiers ont usé des jets de gaz lacrymogènes sur les étudiants pour tenter de les faire reculer, et sans prendre en considération qu'ils ont jeûné. Ce gaz a provoqué l'évanouissement de certains étudiants, ce qui a nécessité l'intervention de certains volontaires pour les aider à reprendre conscience. Vers 14h50, la police a commencé à disperser les manifestants devant la Grande Poste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.