ANIE: Six postulants ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    SYRIE: Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    AS Monaco: L'Algérien Slimani buteur et passeur face à Rennes (3-2)    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Souk Ahras: Hausse sensible de la production du liège en 2019    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Bensalah procède à un mouvement    Le coach Belatoui ne s'enflamme pas    Augmentation des cas de cancer du sein en 2019    Nouvelles publications du CRASC d'Oran    Rabehi met en garde contre les "fake news"    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La victime succombe à ses blessures    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    Gica, premier producteur en Afrique    Saâdani nargue le gouvernement    "C'est urgent", selon l'INESG    Projeté au Festival du court métrage de Nouakchott    Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition «Léonard de Vinci»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





13e mardi de manifestations des étudiants.. La présidentielle du 4 juillet rejetée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

A Alger, les étudiants, dont certains sont en grève depuis le 26 février dernier, sont venus par milliers à la place de la Grande poste, où ils ont observé un sit-in pacifique, jusqu'à satisfaction des revendications du peuple qui réclame le changement du système.
Déterminés, les étudiants ont observé hier, leur 13e mardi consécutif de marche pacifique contre le pouvoir en place, et pour l'avènement d'un Etat civil. La communauté estudiantine ne lâche pas prise, et se distingue par son implication massive dans le mouvement populaire que connaît l'Algérie depuis le 22 février dernier. Plusieurs wilayas du pays ont vécu hier, au rythme d'imposantes marches pacifiques des étudiants, à travers lesquelles des slogans contre les symboles du système, de la présidentielle du 4 juillet prochain, revendiquent le départ des anciennes figures. A Alger, les étudiants, dont certains sont en grève depuis le 26 février dernier, sont venus par milliers à la place de la Grande poste, où ils ont observé un sit-in pacifique, jusqu'à satisfaction des revendications du peuple qui réclame le changement du système.
Au centre d'Alger, contrairement aux manifestations précédentes, les étudiants sont parvenus à rompre le cordon sécuritaire des forces de l'ordre, et en dépit de plusieurs barrages installés sur les lieux, ils ont continué à marcher, affirmant leur détermination d'aller jusqu'au bout de leur revendications. Contrairement à la manifestation du dimanche 19 mai, les étudiants ont réussi à franchir le barrage de police, pour se diriger vers le Palais du gouvernement. Toutefois, les forces de sécurité ont installé un barrage avec les camions de police, pour empêcher les étudiants d'atteindre leur cible.
Lors de leur marche, les étudiants ont réitéré leurs refus de l'élection présidentielle prévue en juillet, en guise de réponse au discours du chef d'état-major de l'armée, qui a insisté lundi, sur la nécessité d'organiser la présidentielle à temps. Les étudiants ont scandé des slogans contre le régime et ses symboles, «dégage Bedoui, dégage Bensalah !». «Libérez l'Algérie», «Etat civil et non militaire», ont-ils demandé. Sur les pancartes levées lors de la marche, on peut lire: «pas d'élection, pas d'une longue période de transition». «Makanch Intikhabat ya Aissabat (Il n'y aura pas d'élections, bande de mafia)», scandent les étudiants. «Nous marcherons tous les mardis et même les vendredis, jusqu'à que ce vous partiez !», crient à tue-tête les étudiants à l'adresse des tenants du système. «L'erreur de ce pouvoir qui fait le sourd, c'est de vouloir imposer une élection présidentielle, à un peuple qui n'en veut pas», lâche-t-on. «Rupture intégrale avec le système, pour l'avènement de la deuxième république», affirme-t-on. «Nous sommes mobilisés, et nous le resterons jusqu'au démantèlement du système», scandent les manifestants. Certains manifestants ont scandé des slogans hostiles à Gaid Salah.
La police tire au gaz lacrymogène
Pour ce 13e mardi de mobilisation contre le système, la tension était très forte. Les milliers d'étudiants sortis pour manifester, ont fait face à un important dispositif sécuritaire, le plus important depuis le début du mouvement populaire. Le Centre de la capitale a été quadrillé dès les premières heures de la matinée. Les forces anti-émeute ont occupé et bloqué tous les endroits, où les étudiants avaient l'habitude de se rassembler et de marcher. Les policiers ont occupé l'esplanade de la Grande Poste, ils ont bloqué les rues menant vers l'APN et le tribunal de Sidi M'hamed, et également la rue Pasteur, menant vers le tunnel des facultés, à Place Audin.
Des échauffourées ont eu lieu entre les étudiants et les policiers, alors que les forces de l'ordre ont tenté de les empêcher de progresser dans leur marche. Les policiers ont usé des jets de gaz lacrymogènes sur les étudiants pour tenter de les faire reculer, et sans prendre en considération qu'ils ont jeûné. Ce gaz a provoqué l'évanouissement de certains étudiants, ce qui a nécessité l'intervention de certains volontaires pour les aider à reprendre conscience. Vers 14h50, la police a commencé à disperser les manifestants devant la Grande Poste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.