Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Et les dégâts causés par les essais nucléaires français ?    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Arrestation de 2 individus recherchés par la justice    Générale de la pièce «Cadavre»    Rencontre sur la culture et l'exercice de la citoyenneté    Commémoration du 64e anniversaire de la mort du héros Larbi Ben M'hidi    Le MCA en quête de sa première victoire    Le stade de l'Unité-Maghrébine de Béjaïa homologué    Les derbies RCK-USMH et WAB-USMB à l'affiche    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Tizi Ouzou : Une rencontre du FFS perturbée par des militants contestataires    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Des milliers de citoyens ont marché hier à Bouira : « Nous irons jusqu'au bout »    Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !    Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Améliorer d'abord les conditions de vie    Huiles de table - Communiqué de Cevital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





20e Festival européen.. L'ensemble hongrois «Source pure» séduit les algérois
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 05 - 2019

L'Ensemble hongrois Tiszta Forras «Source pure», qui s'est produit dimanche en soirée à Alger dans le cadre du 20e festival européen d'Algérie a séduit le public de la salle Ibn Zeydoun en ravivant des chants et danses du patrimoine ancestral hongrois.
La scène du 20e Festival culturel européen en Algérie a accueilli, dimanche soir à la salle Ibn Zeydoun à Riadh El Feth (Alger) l'ensemble hongrois Source pure qui a présenté des chants et danses du patrimoine de la Hongrie. Présent à l'avant-dernier soir du festival, Source pure a embarqué le public dans un voyage à travers le temps, au cœur de la «paysannerie archaïque hongroise». Figures éminentes de la scène folklorique hongroise dans ses dimensions, artistique et de recherche ethnographique, Zoltan Szabo, musicien polyvalent, sa femme, Katalin Juhasz au chant et son fils Pal Havasréti, également multi-instrumentiste, ont séduit l'assistance dès leur entrée avec un répertoire de vieux chants de paysans et une panoplie d'instruments du moyen-âge.
Instruments d'autrefois
Vielle à roue (ancêtre des cordes), flûte, hautbois, coboz (proche du luth), cithare, violoncelle, guimbarde (lamelle actionnée avec les doigts et dont les vibrations finissent dans la cavité buccale qui sert de caisse de résonnance), tilinko (flûte folklorique), ocarina (petit instrument à vent ovoïde) et clarinette, figurent parmi les instruments utilisés par ce groupe familial. Près d'une vingtaine de chants anciens de différentes régions hongroises ont été présentés au public dont Les mélodies des bergers (Ouest du Danube), Chants de l'Est du Danube (aux influences roumaines), Chant du Sud et Mélodies pentatoniques, ainsi que des chansons sur le printemps, l'eau, ou encore sur la récolte du raisin (les vendanges).
Le chant Tristesse de l'hiver (avec une pensée aux disparus) a été présenté à travers une voix très claire qui a mené le public dans un voyage lointain. Zoltan Szabo, accompagnait brillamment sa femme en doublant sa voix à travers une interprétation diphonique, pendant que Pal Havasréti donnait la cadence en pinçant les cordes de son vieux violoncelle et en les frappant avec son archet. Des projections en noir et blanc de vieilles photos et vidéos d'archives de différentes situations de vie des paysans hongrois, ont accompagné le trio le long de sa prestation, à l'instar du texte de la chanson Dil del dulda, affiché sur l'écran et que le public, invité par les artistes, a chanté.
Tradition hongroise
A l'issue de la prestation, les artistes ont invité des spectateurs à monter sur scène pour leur montrer la tradition hongroise de la Maison de la danse et les initier à des exercices du pas de deux, sous l'impulsion de quelques airs de la culture paysanne archaïque. La musique traditionnelle hongroise présente beaucoup de similitudes avec le patrimoine ancestral de plusieurs pays, dont l'Algérie qui a reçu la visite en 1913 du grand musicien et compositeur, Béla Bartok (1881-1945) à Biskra, où il est resté près de cinq ans, collectionnant plusieurs de ses chants folkloriques qu'il a enregistrés. Le 105e anniversaire du passage de ce grand compositeur dans la capitale des Zibans a été célébré en décembre 2018. Inauguré le 10 mai dernier, le 20e Festival culturel européen, animé par seize pays sous le slogan du «Vivre ensemble» à Alger, Béjaïa, Oran et Tizi Ouzou, devait être clôturé hier en soirée à la salle Ibn Zeydoun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.