Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





20e Festival européen.. L'ensemble hongrois «Source pure» séduit les algérois
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 05 - 2019

L'Ensemble hongrois Tiszta Forras «Source pure», qui s'est produit dimanche en soirée à Alger dans le cadre du 20e festival européen d'Algérie a séduit le public de la salle Ibn Zeydoun en ravivant des chants et danses du patrimoine ancestral hongrois.
La scène du 20e Festival culturel européen en Algérie a accueilli, dimanche soir à la salle Ibn Zeydoun à Riadh El Feth (Alger) l'ensemble hongrois Source pure qui a présenté des chants et danses du patrimoine de la Hongrie. Présent à l'avant-dernier soir du festival, Source pure a embarqué le public dans un voyage à travers le temps, au cœur de la «paysannerie archaïque hongroise». Figures éminentes de la scène folklorique hongroise dans ses dimensions, artistique et de recherche ethnographique, Zoltan Szabo, musicien polyvalent, sa femme, Katalin Juhasz au chant et son fils Pal Havasréti, également multi-instrumentiste, ont séduit l'assistance dès leur entrée avec un répertoire de vieux chants de paysans et une panoplie d'instruments du moyen-âge.
Instruments d'autrefois
Vielle à roue (ancêtre des cordes), flûte, hautbois, coboz (proche du luth), cithare, violoncelle, guimbarde (lamelle actionnée avec les doigts et dont les vibrations finissent dans la cavité buccale qui sert de caisse de résonnance), tilinko (flûte folklorique), ocarina (petit instrument à vent ovoïde) et clarinette, figurent parmi les instruments utilisés par ce groupe familial. Près d'une vingtaine de chants anciens de différentes régions hongroises ont été présentés au public dont Les mélodies des bergers (Ouest du Danube), Chants de l'Est du Danube (aux influences roumaines), Chant du Sud et Mélodies pentatoniques, ainsi que des chansons sur le printemps, l'eau, ou encore sur la récolte du raisin (les vendanges).
Le chant Tristesse de l'hiver (avec une pensée aux disparus) a été présenté à travers une voix très claire qui a mené le public dans un voyage lointain. Zoltan Szabo, accompagnait brillamment sa femme en doublant sa voix à travers une interprétation diphonique, pendant que Pal Havasréti donnait la cadence en pinçant les cordes de son vieux violoncelle et en les frappant avec son archet. Des projections en noir et blanc de vieilles photos et vidéos d'archives de différentes situations de vie des paysans hongrois, ont accompagné le trio le long de sa prestation, à l'instar du texte de la chanson Dil del dulda, affiché sur l'écran et que le public, invité par les artistes, a chanté.
Tradition hongroise
A l'issue de la prestation, les artistes ont invité des spectateurs à monter sur scène pour leur montrer la tradition hongroise de la Maison de la danse et les initier à des exercices du pas de deux, sous l'impulsion de quelques airs de la culture paysanne archaïque. La musique traditionnelle hongroise présente beaucoup de similitudes avec le patrimoine ancestral de plusieurs pays, dont l'Algérie qui a reçu la visite en 1913 du grand musicien et compositeur, Béla Bartok (1881-1945) à Biskra, où il est resté près de cinq ans, collectionnant plusieurs de ses chants folkloriques qu'il a enregistrés. Le 105e anniversaire du passage de ce grand compositeur dans la capitale des Zibans a été célébré en décembre 2018. Inauguré le 10 mai dernier, le 20e Festival culturel européen, animé par seize pays sous le slogan du «Vivre ensemble» à Alger, Béjaïa, Oran et Tizi Ouzou, devait être clôturé hier en soirée à la salle Ibn Zeydoun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.