Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Calligraphie.. Qui se souvient du cahier d'écriture ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Pour se cacher de leur faiblesse, les mauvais élèves disaient que l'écriture est la science des ânes. Aujourd'hui, tout le monde sait que la calligraphie est un art et on regrette bien l'époque où l'écriture était une matière importante à l'école.
Autrefois, à l'école primaire, on avait tous un cahier d'écriture. Les élèves du cours d'initiation devaient se munir d'un cahier à interlignes, les autres pouvaient se permettre les pages à carreaux. Que ce soit en arabe ou en français les maitres d'école nous apprenaient comment bien écrire. Si à travers cette matière, tous les élèves se dotaient d'une écriture lisible, certains se spécialisaient pour devenir de véritables artistes, c'est-à-dire des calligraphes. C'est vrai que la calligraphie est, comme le chant et la peinture, une manière artistique pour s'exprimer, donc, réservée aux artistes mais autrefois, on apprenait à écrire des la première année de l'école primaire. Les maîtres d'école d'autrefois savaient que dans la vie, tout peut devenir un art. Il y a l'art d'écouter, de parler et de s'exprimer à travers plusieurs moyens et qu'il y a aussi cet art de l'écriture qui existe depuis fort longtemps et qu'on appelle la calligraphie.
La valeur d'un art
En Chine, au Japon et dans tous les pays arabes, on s'est toujours intéressé à la calligraphie. Chez nous, cet art quelque peu délaissé à une certaine époque est revenu en force dans les expositions mais pas dans les écoles. Cet intérêt a mené à la création d'un festival international de la calligraphie organisé à Alger. Plus d'une dizaine de pays dont la Turquie et l'Iran y participent à chaque édition. L'Algérie, à travers ses villes, accueille régulièrement des festivals et expositions à travers lesquels on constate le nombre de calligraphes présents et l'intérêt des visiteurs pour cet art qui est lui-même divisé en plusieurs spécialités. Pour la calligraphie arabe, on trouve notamment El Khett El Arabi (écriture arabe) et El Khett El Koufi dont l'origine est irakienne. Il y a aussi le Meghrabi qui est spécifique aux pays du Maghreb. Le Koufi qui tient son origine de la ville de Koufa dans le sud de l'Irak existe depuis le premier siècle de l'hégire. Le koufi a des règles spécifiques et se dessine à partir de traits géométriques. Ce qui n'est pas le cas pour les genres Neskhi, Diwani, Thoulthi et Meghrabi qui permettent le droit d'innover en donnant une certaine souplesse aux formes et en jouant sur les arrondis. C'est le cousin du prophète Ali Ibn Abi Taleb qui aurait créé le style Neskhi.
Sur la voie des maîtres
Les anciens grands dessinateurs et miniaturistes tels que Omar et Mohamed Racim, Mohamed Bouakkaz (Sfaxi), Mostefa Bendebbagh, Mohamed Temmam, M'hamed Haminoumna, et Abderrahmane Sahouli ont tous pratiqué la calligraphie. Omar Racim était connu pour les dessins décoratifs du Saint Coran qu'éditait au siècle passé la légendaire imprimerie de Mourad Rodossi, à ses belles calligraphies et miniatures ainsi que son appel à la prière dans un style andalou. Il faut rappeler que Omar Racim n'a pas eu le droit d'être mis en avant durant l'époque coloniale pour son nationalisme et sa notoriété d'homme de religion. Mostefa Bendebbagh dont un tableau était exposé dans l'atelier du dernier maître tisserand d'Alger Mohamed Hamlat au village des artistes de Riadh El Feth est également resté à l'ombre à cause de sa modestie. L'artiste était parmi les premiers professeurs de l'association des beaux arts d'Alger qui reste d'ailleurs, à ce jour, l'une des plus actives d'Algérie. Il est dommage qu'on ne rende que rarement un petit hommage à ces grands artistes. A notre connaissance, il n'y aurait aucune institution culturelle, école ou galerie d'art portant les noms de Mostefa Ben Debbagh, Haminouma, ou Sfaxi. Il faut noter que ce dernier a formé le brillant calligraphe Abdelkader Boumala qui active discrètement au village des artistes de Riadh El Feth. Le chanteur et miniaturiste Rabah Driassa est également un bon calligraphe mais a délaissé cet art pour la chanson et la musique.
De père en fils
Beaucoup de calligraphes tels que Reda Khouane ou Ali Ould Ramoul ont hérité cet art de leurs parents. A Médéa, on retrouve non seulement les membres de la famille Ould Ramoul qui sont le plus bel exemple de réussite mais aussi d'autres calligraphes tels que Skander qui ont laissé leurs noms. Mustapha El Haddaoui, Mohamed Bensaid Cherifi qui avait obtenu le prix du Sultan Qabous pour la culture, les arts et la littérature en 2015 sont aussi des artistes qui ont marqué de leurs empreintes la calligraphie algérienne en exposant en Algérie et à l'étranger. Il est à noter que la céramique a encouragé certains calligraphes puisque les gens n'hésitent pas à acheter les vases et divers ustensiles signés par ces artistes. Sur la lignée des anciens calligraphes, on retrouve des artistes tels que Zaphira Yacef qui expose ses œuvres en Algérie et à l'étranger. Les tableaux de Zaphira dédiés au soufisme et aux noms d'Allah sont sublimes. Comme en Iran, en Turquie et dans tous les pays arabes, l'Algérie a eu ses grands calligraphes et elle en aura d'autres, à condition que cette matière retrouve sa place à l'école.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.