L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    PNJ: une démarche fondamentale pour la promotion de la jeunesse et des sports    Rassemblement de protestation des robes noires : Ils réclament le départ du ministre de la Justice    La révision constitutionnelle a consacré la démocratie participative et le rôle de la société civile dans la prise de décision    Premier League : Chelsea arrache un point face à WBA    Coronavirus: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Arsenal va revenir à la charge pour Aouar    Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Oran: 10 harraga interceptés    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Importation: Pas de retour aux licences    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 27 ans disparaissait Mohamed Boudiaf.. L'espoir assassiné
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 06 - 2019

La commémoration du 27e anniversaire de la mort de Mohamed Boudiaf a lieu au moment où l'Algérie est confrontée à une crise politique, comme en 1992, avec la différence que le caractère pacifique est, heureusement, respecté par les protestants qui exigent une nouvelle république et l'Etat de droit.
La commémoration du 29e anniversaire de la mort du président Mohamed Boudiaf a lieu cette année au moment où l'Algérie connaît une crise politique. Boudiaf est l'homme du 1er novembre, l'initiateur de la réunion des 22, participant au déclenchement de la guerre d'Indépendance, le coordinateur du Front de Libération Nationale en 1954, entre autres titres glorieux, écrivent de lui les médias. Il a été sollicité pour diriger l'Algérie attaquée par la crise financière, la crise politique et le terrorisme, il a accepté de se mettre de nouveau au service de son pays. Le 29 juin 1992, Mohamed Boudiaf a été assassiné. Mohamed Boudiaf dit «Tayeb El Watani», a tenté de remettre le pays sur les rails, mais il a été tué et l'opportunité de lancer sa politique de réconciliation ne lui a pas été accordée. Son projet de «rassemblement national» a séduit la majorité des algériens qui voyaient en lui le «messie» tant attendu. Les Algériennes et Algériens gardent de lui, le souvenir d'un homme courageux, patriote et dévoué pour son pays.
La mort de Mohamed Boudiaf a été suivie par la déferlante terroriste. Mohamed Boudiaf qui a milité pour l'indépendance de l'Algérie a accepté la dure mission de sauvegarde du pays au moment où les caisses de l'Etat étaient vides, que l'Algérie était boycottée et que le terrorisme attaquait. Le jour de son assassinat a été très triste pour les Algériennes et Algériens. La commémoration du 27e anniversaire de la mort de Mohamed Boudiaf a lieu au moment où l'Algérie est confrontée à une crise politique, comme en 1992, avec la différence que le caractère pacifique est, heureusement, respecté par les protestants qui exigent une nouvelle république et l'Etat de droit. En 1992, le travail du président Mohamed Boudiaf était ardu. L'Algérie étant confrontée à la violence lancée par le terrorisme. En août 1956, il devient membre du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA).
Le 22 octobre 1956, il est arrêté, avec d'autres chefs du FLN, par l'armée française. Il dirige alors depuis sa prison la fédération de France du FLN et est nommé en 1958 ministre d'Etat du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), à sa création, puis vice-président en 1961. Il est libéré le 18 mars 1962 après les accords d'Evian. Fonctionnaire de profession, membre fondateur du Front de libération nationale (FLN), un des chefs de la guerre d'indépendance algérienne et membre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), au poste de ministre d'Etat de 1958 à 1961 puis vice-président jusqu'en 1962, il entre en opposition contre les premiers régimes mis en place à l'indépendance de son pays, et s'exile durant près de 28 ans au Maroc. Rappelé en Algérie, en 1992, il est assassiné six mois après.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.