Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sorcellerie fait des émules à Sidi Bel Abbès
Elle se pratique aussi bien en ville que dans les campagnes
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 02 - 2009

Le nombre d'adeptes de la sorcellerie à Sid Bel Abbès suscite l'effroi : la population, du moins une partie d'entre elle, s'adonne encore à des pratiques médiévales qui persistent de nos jours.
En effet, de nombreuses personnes souffrant d'un malaise social ou psychique se jettent facilement dans les bras des «talebs» sans vergogne qui les exploitent sur tous les plans. La pratique a pris une ampleur telle qu'il n'est pas rare de voir de jeunes citadines cultivées solliciter la "baraka" des saints et des marabouts, qui pour trouver un emploi, qui pour se marier et, le plus souvent,pour chasser le «mauvais œil».
A Sidi Bel Abbès, un saint homme, Sidi Zouaoui, est devenu le souffre-douleur des filles qui veulent se marier. Chaque mercredi, des dizaines de jeunes filles qui ont consulté auparavant un voyant, y affluent pour, croient-elles, contrecarrer le mauvais sort.
Malika, une jeune femme, âgée de 31 ans, nous raconte son histoire avec son «taleb» attitré qu'elle a consulté maintes fois. «Nous sommes sept filles à la maison et aucune de nous n'a eu la chance de se marier», explique-t-elle. «On entendait souvent les femmes dire à notre défunte mère que nous souffrions d'un «rebbate» (sorcier qui a le pouvoir de lier les gens).
Elles disaient aussi que nous devions obligatoirement rendre visite aux ‘'walis'' , les seuls habilités à défaire la malédiction qui nous empêche de nous marier.» Le rituel est stupéfiant : après l'invocation adressée au saint homme pour conjurer le mauvais sort, la fille dite «marbouta» (liée) doit allumer des bougies et tourner autour du mausolée plusieurs fois en prononçant des incantations.
Elle doit impérativement se purifier en prenant une douche avec l'eau du puits du mausolée ensuite laisser ses sous-vêtements sur une tombe pour que sa visite ait de l'effet.
Magie noire
Certaines personnes ont recours aux marabouts et sorciers pour envoûter les personnes qu'elles aiment afin de les conquérir. D'autres, n'étant pas rassurées de l'amour de leurs femmes ou de leurs maris, y ont aussi recours pour parvenir à leurs fins. Les raisons qui poussent les gens à aller chez les charlatans ne manquent pas.
Plusieurs crimes ont été enregistrés à cause de la magie noire. En 2005, à Sidi Bel Abbès, une femme a été condamnée à 8 ans de prison ferme pour avoir empoisonné son mari qui a rendu l'âme deux jours après avoir ingurgité la potion de magie noire qu'elle lui avait spécialement préparée. Des enlèvements d'enfants ont été enregistrés, comme ce fut le cas à Marhoum en 2006. Plusieurs enfants ont été enlevés par des adeptes de la magie noire.
Ils ont été retrouvés par la gendarmerie dans la forêt avoisinante affreusement mutilés. Pratiquement scalpés, sans langue, sans yeux et sans la lèvre inférieure, le corps à moitié dévoré par les chiens.
En fait, dans les régions rurales de la wilaya de Sidi Bel Abbès, où le taux d'analphabétisme avoisine les 80 %, exacerbé par un chômage endémique, le charlatanisme et la sorcellerie restent une pratique courante. Dans ces régions montagneuses, souvent difficiles d'accès et pratiquement isolées, l'invocation des djinns et démons est toujours pratiquée par les talebs et sorciers pour exorciser le «mauvais œil», favoriser la fertilité des femmes, provoquer le mariage des vieilles filles ou jeter le mauvais sort.
Un commerce florissant
Le plus étrange, c'est que dans la ville même, ces pratiques, quoique feutrées, dissimulées, restent de mise. A El Gerba, dans la vieille ville, une ribambelle de gamins prennent possession de la ruelle principale dès le crépuscule pour vendre des centaines de petites tortues. «Non, c'est pour les gens qui ont des jardins et qui aiment élever des tortues», répond un des gamins à la question de savoir qui lui achète ces animaux.
En fait, la sorcellerie, utilisait souvent les tortues comme rituel pour des actes sataniques ou pour jeter un mauvais sort. Au vieux souk de la ville, des échoppes obscures, dans lesquelles on entre le dos courbé, proposent plusieurs dizaines de variétés d'onguents, de matières premières et de végétaux pour les rites sataniques.
«Djaoui, fsoukhs, chham, plomb», plantes, écorces d'arbres, et tant d'autres matières et onguents pour la pratique de la sorcellerie sont disponibles, avec en plus des variétés très rares sinon disparues ailleurs.
La sorcellerie, qui n'est pas vraiment une pratique taboue ni un phénomène marginal rythme toujours le côté mystérieux d'une tranche de la population qui veut s'affranchir d'une époque médiévale très présente dans les régions rurales car faiblement développées et encore assujetties au rôle mystique des charlatans et des talebs. Sous le vernis de la modernité, on reste encore prisonnier des pratiques médiévales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.