Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Redéfinir le rôle de l'Etat dans l'économie lui permettre de jouer son rôle de régulateur (expert)
Economie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 04 - 2014

L'économiste et expert international, Mustapha Mekideche, s'est prononcé lundi a Constantine en faveur d'une "redéfinition" du rôle de l'Etat dans le domaine économique afin qu'il puisse jouer "son rôle de régulateur et d'être de moins en moins gestionnaire".
M. Mekideche qui s'exprimait à l'ouverture du colloque international sur "L'administration publique en Algérie, entre les impératifs de la modernisation et les défis de l'évaluation, regards croisés sur les bonnes pratiques internationales", a affirmé que "la réforme de l'administration est tributaire directement de la réforme de l'Etat qui a fait défaut pour faire aboutir les premières grandes réformes économiques lancées après 1988".
Auteur d'un livre récent, intitulé "L'économie algérienne à la croisée des chemins", M. Mekideche qui a intitulé sa communication "A propos de la gouvernance publique en Algérie (1988 – 2014) : sur quoi bute la nécessaire réforme de l'Etat?", a expliqué que les "constitutions de rupture de février 1989 et de 1996", n'avaient pas levé certaines ambiguïtés pour favoriser l'émergence d'une administration efficace et d'un secteur privé performant.
Pour le conférencier, cette carence était à l'origine d'une transition économique et institutionnelle inachevée qui s'était noyée dans la généralisation de l'économie informelle, ajoutant que celle-ci perdure "sans donner de capitaines d'industrie".
Dans son analyse des retards accumulés dans la mise en place d'une économie de marché régulée dans une situation de bonne gouvernance, M. Mekideche a fait état de deux périodes, "de 1988 à 2000, au cours de laquelle 360.000 emplois ont été détruits, des milliers d'entreprises dissoutes, les systèmes de santé et d'éducation en crise, le marché informel se développe".
Selon le même intervenant, la deuxième période s'ouvre en 2000 "sur fond d'amélioration progressive des capacités financières d'intervention budgétaire de l'Etat (...) ", ajoutant que "pour suggérer des pistes de sortie de crise, l'instauration d'un nouveau régime de croissance et le passage
vers une économie productive diversifiée inscrite dans la mondialisation, il faut produire une redéfinition du rôle de l'Etat, appelé à jouer son rôle de régulateur et d'être de moins en moins gestionnaire".
M. Belmihoub Mohamed Chérif, directeur de l'école nationale supérieure du management (ENSM, Alger), a intitulé sa communication "L'administration au service de l'économie ou l'inverse ?", dans laquelle il a traité des questions liées à l'investissement des entreprises et comment les administrations publiques offrent le cadre institutionnel aux investisseurs.
Cette première journée du séminaire s'est poursuivie avec la présentation de plusieurs autres communications, données par Mokhtar Lamari et Johann Jacob, respectivement du centre d'expertise et de recherche en évaluation de programme (CREXE), et de l'école nationale d'administration publique (ENAP, Québec), Rémy Trudel, Bachir Mazouz (ENAP Quebec), ainsi que d'autres intervenants algérien et étrangers.
Cette rencontre, organisé avec le Laboratoire Grand Maghreb : Economie et Société de l'Université Constantine 2, le Centre de recherche et d'expertise en évaluation (CREXE), du Québec (Canada) et le Centre algérien de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), se tient en présence de chercheurs venus de plusieurs universités algériennes, de France, du Canada, de Centrafrique et d'Egypte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.