RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La femme, c'est toujours la famille
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 14 - 03 - 2015

Il y a quelques mois, un haut responsable du tourisme algérien est venu parader fièrement au micro de l'ENTV pour annoncer l'ouverture d'un luxueux hôtel sur la côte ouest. Parmi les «innovations» de cet établissement censées frapper les esprits, une «piscine couverte pour femmes» ! Plus récemment, quelqu'un de particulièrement inspiré a décidé d'ouvrir un café «exclusivement réservé aux femmes» du côté de Batna.
On ne sait pas si c'est une simple coïncidence de calendrier ou une conjoncture choisie pour le «symbole», c'est dans la foulée du 8 Mars, Journée internationale pour les droits des femmes, que le café a été inauguré… C'est fou ce que les hommes pensent à «libérer» nos femmes. En les enfermant un peu plus.
On veut bien leur concéder quelques discrètes récréations, on leur crée des piscines réservées. Elles peuvent aller faire trempette sur les plages ? Oui, en attendant de leur attribuer des parcelles sablées en enclos, elles peuvent toujours être sur les plages… en hidjab.
La plage est d'ailleurs définitivement fermée à leurs semblables qui oseraient le maillot de bain ou toute autre forme de détente liée à la liberté d'être… bien dans sa peau.
On tient tellement à l'émancipation de la femme par le travail qu'on a songé à lui créer du travail… à la maison. Ce n'est pas une mauvaise chose qu'elle gagne de l'argent, qu'elle «contribue» au budget de la famille, mais il n'est pas question qu'elle s'épanouisse en défrichant d'autres champs, il est encore moins question qu'elle aspire à son indépendance financière. Ça donne des idées, l'indépendance financière.
On tient tellement à leur confort, on veut tellement les voir voyager dans de bonnes conditions qu'on veut les isoler des hommes dans les transports publics. Le FIS n'était pas loin de créer des séparations dans les bus. Aujourd'hui, on a fait mieux, c'est-à dire pire, puisqu'un ingénieux Oranais a lancé il n'y a pas longtemps le «taxi rose» pour le bonheur de ces dames ! D'autres sont plus ingénieux. Ils ont inventé le restaurant, l'hôtel ou le café «familial».
Et ça pousse beaucoup plus que les champignons. Entre l'arrière-pensée commerciale devenue une certitude même si elle n'est pas évidente et la reproduction du discours ambiant, on a décidé que la femme, même quand elle est dans l'espace public, ne peut s'arracher à la «famille» dont elle est en quête permanente de protection.
Par protection, il faut entendre «tutelle», bien évidemment. On veut bien de leur argent dans le commerce, on leur concède même de petites sorties… en famille mais il n'est pas envisageable pour elles de siroter un café loin de l'ombre protectrice du papa, du mari ou de la fratrie. On leur veut tout le bien du monde, les femmes. Sauf l'essentiel. Alors on leur crée ce qu'on veut bien leur concéder. Et quand c'est rentable qui plus est…
Slimane Laouari


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.