Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Double bombe, chitana, volcan...: Un Mawlid explosif
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

A quelques jours de la célébration du Mawlid Ennabaoui echarif, prévu jeudi, le bruit assourdissant des pétards rappelle, comme chaque année, que la vente des produits pyrotechniques est toujours florissante malgré son interdiction.
Les quartiers populaires, les grandes artères commerciales à l'image du 1er Mai, de la place des Martyrs, Djamaâ Lihoud, La Casbah, Bab El Oued… Aucune artère de la capitale n'échappe à cette frénésie commerciale. Ces pétards, que les fabricants chinois rendent chaque année plus «détonantes» en matière de bruit et plus attirantes sur le plan de l'emballage, comme «double bombe» et «chitana» pour inciter les jeunes à l'achat de ces produits. De nouvelles marques de pétards sont même proposées cette année. Il s'agit du «Volcan», un produit qui n'est pas explosif mais qui illumine la nuit avec différentes couleurs. Destiné principalement aux enfants, il est cédé à 200 DA. Un autre nouveau produit, qui a du succès auprès des parents qui n'aiment pas les explosifs et les risques de danger, est également proposé.
Il s'agit du «Bouq» dont le prix est de 120 DA. Si certains optent pour des feux d'artifice et des pétards de couleur, d'autres préfèrent des produits qui font plus de bruit et de dégâts comme les «bombes» traditionnelles cédées à 5000 DA. Elles ont la forme d'un oignon et sont beaucoup plus dangereuses et explosives. Sur les tables des revendeurs à la sauvette, on y trouve des produits pyrotechniques de toutes sortes. L'interdiction de ces produits et le danger qu'ils comportent ne semblent pas déranger les nombreuses personnes qui se bousculent devant ces étals. Les enfants venus accompagner leurs parents, repartent souriants avec un sachet plein de pétards. Les parents semblent insouciants et même… heureux. «Le plus important est de faire plaisir aux enfants», indique un père accompagné de ses deux bambins.
Le vendeur tente également de rassurer toute personne hésitante. «Il n'y a aucun danger madame», lance-t-il à une potentielle cliente. Les consignes de sécurité restent orales : «Tu allumes le feu d'artifice et tu t'éloignes, c'est aussi simple que ça, il n'y a donc aucun danger pour l'enfant», insiste un des vendeurs. En dépit des risques que ces produits présentent, ils sont vendus au su et au vu de tout le monde, services de sécurité y compris. Or, les pétards sont interdits par la réglementation car étant potentiellement dangereux, et font l'objet de saisies régulières des services de douanes. Mais comment ces produits parviennent-ils à passer nos frontières ?
Des quantités échappent aux Douanes
Contacté à ce sujet, le chargé de communication de la direction générale des Douanes, Yacine Tanem, affirme que ces produits sont généralement acheminés via les frontières terrestres par transit du Maroc et surtout de la Tunisie. Il reconnaît toutefois qu'au niveau des ports, notamment au port d'Alger, de petites quantités échappent parfois au contrôle des agents des Douanes. «Les importateurs frauduleux émettent de fausses déclarations et parviennent à dissimuler des quantités de ces produits à l'arrière des conteneurs», nous a-t-il confié, ajoutant que «les agents ne peuvent pas contrôler tous les conteneurs car il leur faut au minimum 3 à 4 jours pour le faire». Un total de 2 681 000 unités de pyrotechniques pour une valeur de 23 681 000 DA ont été saisies de janvier à septembre 2015. La police et la gendarmerie mettent aussi la main à la pâte et procèdent à des saisies sur la voie publique. Plus de 215 000 pétards ont été ainsi récupérés ces derniers jours dans plusieurs wilayas du pays.
Néanmoins, et malgré le renforcement des dispositifs de contrôle, les services des Douanes peinent à détruire les réseaux informels de contrebande. D'autant que ces réseaux, qui importent clandestinement d'Asie notamment, arrivent facilement à se reconstituer, à faire entrer ces produits sur le territoire national par le biais de faux registres du commerce et de fausses déclarations, et les «distribuer» ensuite facilement. Cette incapacité à contrecarrer efficacement ce phénomène, plutôt cette «permissivité», s'avère dangereuse, dans la mesure où elle ouvre la voie à toutes les dérives possibles.
… Un décès déjà !
La célébration du Mawlid Ennabaoui n'a pas encore eu lieu que déjà on enregistre une victime. Abderrahmane, un père de famille a perdu la vie, avant-hier, alors qu'il était en plein exercice de sa fonction dans la commune d'Aïn Naâdja (Alger). Mécanicien de métier, il s'était penché sur le moteur d'une voiture, quand un groupe d'enfants lui a jeté un pétard qui a provoqué une explosion. Abderrahmane a rendu l'âme sur place.
Même si ce type de drame n'est pas très courant, l'usage de produits pyrotechniques présente des risques importants.
La Protection civile atteste, pour sa part, que l'année dernière il y avait moins d'accidents par rapport à 2014 où il y a eu un mort (un enfant de 12 ans) et une centaine de blessés. «Grâce aux différentes campagnes de sensibilisation, on enregistre moins de drames durant cette fête», nous a affirmé le colonel Zohir Benamzal. En 2015, poursuit-il, nous avions relevé seulement 4 blessés et 7 incendies a travers tout le territoire national. «C'est une avancée remarquable, car les gens ont pris conscience des dangers», a-t-il indiqué, soulignant toutefois la nécessité de lutter contre la commercialisation des produits pyrotechniques qui demeurent un risque pour la santé publique.
La réglementation est claire
La loi est claire, la fabrication et la vente des pétards et produits pyrotechniques sont interdites par le décret n°63-291 du 2 août 1963. Selon le premier article de ce décret, la fabrication, l'importation et la vente de pétards et tous les articles pyrotechniques du genre bombe cartouche ou bombe fantaisie sont prohibées sur le territoire national. Le jet de pétards sur la voie publique est également interdit (article 2). Les contrevenants aux dispositions des 1er et 2e articles sont passibles de peines pouvant aller jusqu'à deux mois d'emprisonnement et d'une amende, outre leur confiscation, selon le décret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.