Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chaos en Libye: Les pays voisins contre l'ingérence militaire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 03 - 2016

Les Etats voisins de la Libye ont refusé toute ingérence militaire étrangère en Libye, estimant que cette option «ne fera qu'aggraver la situation», notamment dans la région.
Dans leur communiqué final publié hier soir à l'issue de leur 8e réunion à Tunis, les ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye ont réitéré leur soutien au processus de règlement politique de la crise libyenne et souligné que la sécurité et la stabilité de la Libye sont
«impératives» pour garantir la sécurité des pays voisins, appelant toutes les parties libyennes à adhérer au processus politique.
Le communiqué a mis l'accent sur le soutien des pays voisins à l'accord politique sous les auspices de l'ONU et au Conseil présidentiel, conduit par Fayez Serraj, pour la formation d'un gouvernement d'entente nationale et l'importance du parachèvement des échéances restantes de l'accord politique signé le 17 décembre 2015.
Le texte a également souligné la nécessité d'accélérer la mise en place, à Tripoli, du gouvernement d'union nationale et permettre à ce dernier d'assumer ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l'immigration clandestine ainsi que dans la sécurisation des frontières et l'amélioration des conditions de vie du peuple libyen.
De plus, les ministres des Affaires étrangères des pays voisins ont exprimé «leur refus de toute intervention militaire en Libye», soulignant que toute action militaire dans le cadre de la lutte antiterroriste «doit intervenir à la demande du gouvernement d'entente nationale et conformément aux dispositions de la charte de l'ONU», compte tenu des répercussions de la situation sur la sécurité et la stabilité des pays voisins et de la région en général.
Dans son allocution à la réunion de Tunis, le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a affirmé qu'il n'y avait pas d'«alternative» à la solution politique appuyée par la communauté internationale afin de contenir la crise libyenne assurant que la mise en place à Tripoli du gouvernement proposée par le Conseil présidentiel libyen est la seule issue pour réaliser un sursaut national.
M. Messahel a rappelé, dans ce contexte, que l'Algérie a
«moult fois exprimé son rejet d'une intervention militaire comme solution en Libye, car convaincue que ce moyen ne fera qu'aggraver la crise », écrit l'APS.
Les Libyens sont capables, d'après M. Messahel, «de dépasser leurs différends sans intervention étrangère dans leurs affaires à travers la solution politique à laquelle ils sont parvenus».
Il a, par ailleurs, souhaité que «les concertations entre les pays voisins de la Libye aident les Libyens à sortir de la crise qui menace directement la sécurité et la stabilité de leur pays et de la région».
L'Algérie a été la première à appeler à la mise en place d'un gouvernement d'entente nationale investi de la gestion de la transition et à exhorter les Libyens à appliquer l'accord politique, notamment l'établissement du gouvernement à Tripoli, a rappelé le ministre.
Outre l'Algérie et la Tunisie pays hôte, la réunion de Tunis, qui fait suite à la session d'Alger tenue en décembre 2015, a vu également la participation de l'Egypte, du Soudan, du Tchad, du Niger et de la Libye.
Cité par l'APS, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al Arabi, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, les représentants de l'Union africaine et de l'Union européenne ont également pris part à cette rencontre.
Le chef de la diplomatie tunisienne, Khemaies Jhinaoui, a appelé les pays voisins de la Libye à «davantage de coordination et d'efforts pour parvenir aux moyens susceptibles de mettre fin aux souffrances du peuple libyen et de l'aider dans le processus de rétablissement de sa sécurité, de sa stabilité et de son unité nationale».
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, a estimé quant à lui, que le processus politique en Libye était « précaire » car certains députés s'étaient abstenus de voter le gouvernement d'entente nationale outre les déclarations de certaines parties sur leur intention d'interdire ce gouvernement d'entrer dans la capitale pour la prise de fonctions.
Le chaos en Libye découlant de l'intervention militaire menée par l'OTAN, et la France, du temps de Sarkozy, profite à Daech qui a instauré des camps dans ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.