PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Covid-19/Non-respect des mesures de prévention: procédures judiciaires contre 5.319 individus    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Journée de l'Afrique-Sahara occidental: le Zimbabwe appelle à la fin de l'occupation sur le continent africain    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Sonatrach bousculée en Europe    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Le décret exécutif publié au JO    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Une reprise graduelle et prudente    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chaos en Libye: Les pays voisins contre l'ingérence militaire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 03 - 2016

Les Etats voisins de la Libye ont refusé toute ingérence militaire étrangère en Libye, estimant que cette option «ne fera qu'aggraver la situation», notamment dans la région.
Dans leur communiqué final publié hier soir à l'issue de leur 8e réunion à Tunis, les ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye ont réitéré leur soutien au processus de règlement politique de la crise libyenne et souligné que la sécurité et la stabilité de la Libye sont
«impératives» pour garantir la sécurité des pays voisins, appelant toutes les parties libyennes à adhérer au processus politique.
Le communiqué a mis l'accent sur le soutien des pays voisins à l'accord politique sous les auspices de l'ONU et au Conseil présidentiel, conduit par Fayez Serraj, pour la formation d'un gouvernement d'entente nationale et l'importance du parachèvement des échéances restantes de l'accord politique signé le 17 décembre 2015.
Le texte a également souligné la nécessité d'accélérer la mise en place, à Tripoli, du gouvernement d'union nationale et permettre à ce dernier d'assumer ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l'immigration clandestine ainsi que dans la sécurisation des frontières et l'amélioration des conditions de vie du peuple libyen.
De plus, les ministres des Affaires étrangères des pays voisins ont exprimé «leur refus de toute intervention militaire en Libye», soulignant que toute action militaire dans le cadre de la lutte antiterroriste «doit intervenir à la demande du gouvernement d'entente nationale et conformément aux dispositions de la charte de l'ONU», compte tenu des répercussions de la situation sur la sécurité et la stabilité des pays voisins et de la région en général.
Dans son allocution à la réunion de Tunis, le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, a affirmé qu'il n'y avait pas d'«alternative» à la solution politique appuyée par la communauté internationale afin de contenir la crise libyenne assurant que la mise en place à Tripoli du gouvernement proposée par le Conseil présidentiel libyen est la seule issue pour réaliser un sursaut national.
M. Messahel a rappelé, dans ce contexte, que l'Algérie a
«moult fois exprimé son rejet d'une intervention militaire comme solution en Libye, car convaincue que ce moyen ne fera qu'aggraver la crise », écrit l'APS.
Les Libyens sont capables, d'après M. Messahel, «de dépasser leurs différends sans intervention étrangère dans leurs affaires à travers la solution politique à laquelle ils sont parvenus».
Il a, par ailleurs, souhaité que «les concertations entre les pays voisins de la Libye aident les Libyens à sortir de la crise qui menace directement la sécurité et la stabilité de leur pays et de la région».
L'Algérie a été la première à appeler à la mise en place d'un gouvernement d'entente nationale investi de la gestion de la transition et à exhorter les Libyens à appliquer l'accord politique, notamment l'établissement du gouvernement à Tripoli, a rappelé le ministre.
Outre l'Algérie et la Tunisie pays hôte, la réunion de Tunis, qui fait suite à la session d'Alger tenue en décembre 2015, a vu également la participation de l'Egypte, du Soudan, du Tchad, du Niger et de la Libye.
Cité par l'APS, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al Arabi, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, les représentants de l'Union africaine et de l'Union européenne ont également pris part à cette rencontre.
Le chef de la diplomatie tunisienne, Khemaies Jhinaoui, a appelé les pays voisins de la Libye à «davantage de coordination et d'efforts pour parvenir aux moyens susceptibles de mettre fin aux souffrances du peuple libyen et de l'aider dans le processus de rétablissement de sa sécurité, de sa stabilité et de son unité nationale».
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, a estimé quant à lui, que le processus politique en Libye était « précaire » car certains députés s'étaient abstenus de voter le gouvernement d'entente nationale outre les déclarations de certaines parties sur leur intention d'interdire ce gouvernement d'entrer dans la capitale pour la prise de fonctions.
Le chaos en Libye découlant de l'intervention militaire menée par l'OTAN, et la France, du temps de Sarkozy, profite à Daech qui a instauré des camps dans ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.