Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Saisie de plus de 10 quintaux de kif traité à Naâma (MDN)    Bordj Bou Arreridj: alimentation en eau potable avant l'été de 30 communes    CAN à Laâyoune occupée: appel à préserver le sport de l'instrumentalisation politique    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Ce que propose le PAD    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Ligue 1 - Mise à jour: Le PAC sur ses gardes face au CSC    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alimentation en eau potable à Tizi Ouzou: Des villageois ont toujours soif
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste à la montée au créneau de nombreux comités de villages à travers le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou pour réclamer de l'eau potable.
C'est devenu en effet un feuilleton interminable : chaque jour, des actions de protestation sont enregistrées un peu partout aux quatre coins de la wilaya par des citoyens en colère en quête de leur part d'eau potable dans une région considérée pourtant comme l'une des mieux loties en ressources hydriques. Mais paradoxalement, cette dernière demeure à la traîne en matière d'alimentation en ce liquide précieux. «A quoi sert-il d'avoir l'un des plus grands barrages du pays, si ce n'est de l'Afrique, si en parallèle l'eau ne coule plus de nos robinets depuis plus de trois semaines ?», s'interroge un citoyen de M'kira qui participait à un rassemblement de protestation dimanche dernier devant le siège de son APC en compagnie de centaines de ses concitoyens. Leur doléance : réclamer pour la énième fois l'alimentation de leur village en eau potable. Une revendication récurrente ces dernières semaines dans de nombreuses localités de la wilaya où des centaines de milliers citoyens font face depuis le début de la saison estivale au sempiternel problème de pénurie d'eau potable. Que ce soit à Maâtkas, Tizi Ghennif, Mekla, Fréha, Bouzeguene, Azeffoun, Illiltène ou Tigzirt, des villages entiers sont privés d'eau pour différentes raisons. Si dans certaines localités la raison de cette pénurie est due essentiellement à un problème de vétusté des conduites d'alimentation que les services communaux n'arrivent toujours pas à refaire en raison du coût élevé de ces opérations, dans d'autres localités, les raisons de cette pénurie sont à chercher dans la mauvaise distribution par les services de l'ADE. Certains citoyens n'ont pas hésité à pointer du doigt les responsables locaux de l'ADE. Ils l'accusent de faire du favoritisme dans la répartition des quantités d'eau à distribuer entre les villages de la même localité. Mais il faut dire que problème, comme ne cessent de le ressasser les responsables des services de l'hydraulique et de l'ADE, est lié essentiellement à la vétusté du réseau d'alimentation en eau potable (AEP) et au gaspillage. Un réseau dont la réalisation, à travers notamment les villages les plus reculés de la wilaya, remonte au début des années 1970, et qui nécessite une rénovation afin de mieux gérer l'alimentation des foyers. Surtout mettre fin aux nombreuses fuites d'eau qui font perdre à l'ADE des centaines de milliers de m3 par jour.
Les recommandations du wali sans suite
Une séance de travail consacrée à l'examen des problèmes d'alimentation en eau potable à travers le territoire de la wilaya s'est pourtant tenue le 20 juillet dernier au siège de la wilaya sous la présidence du wali. Cette rencontre a regroupé des chefs de daïra et des présidents d'APC des communes qui vivent une tension particulière en matière de distribution, à savoir les communes de Tizi Ouzou, Maâtkas, Tizi Gheniff, Mkira, Tigzirt, Azeffoun, Bouzeguene, Beni Zmenzer, Mekla et Aït khellili, indique un communiqué du cabinet du wali. Après un exposé du directeur des ressources en eau sur la situation de l'AEP dans les communes susmentionnées ainsi que les contraintes rencontrées notamment dans les localités de Maatkas, Tizi Gheniff et les villes côtières, en l'occurrence Azeffoun et Tigzirt qui subissent des perturbations en cette période estivale, un débat a eu lieu autour de cette question. La même source précise aussi que de nombreuses solutions ont été dégagées pour remédier aux insuffisances, comme l'augmentation des quantités de pompage, la réparation des réseaux détériorés et des pannes relevées dans les différentes stations (monobloc à Tizi Gheniff et station de dessalement de Tigzirt). Selon le même communiqué, le wali avait demandé l'application dans les meilleurs délais des solutions préconisées lors de cette réunion. «Ces solutions permettront d'améliorer la situation et de soulager les populations, de procéder à un diagnostic de l'AEP à travers toutes les localités de la wilaya et d'arrêter des solutions définitives pour mettre un terme à ce problème qui revient chaque été. Il a été demandé également un renforcement en moyens humains de l'Algérienne des Eaux en vue d'une meilleure prise en charge de tous les problèmes de distribution et d'entretien des réseaux. En conclusion, le wali avait instruit les services concernés à l'effet de travailler pour la mobilisation de la ressource, d'autant plus que la wilaya de dispose pas de ressources hydriques importantes, dont une grande partie se déverse dans la mer», lit-on dans le même communiqué, tout en affirmant que les cellules de veille doivent être maintenues jusqu'à la normalisation de la situation. Des recommandations dont les résultats ne sont toujours pas concrétisées sur le terrain, au grand dam des milliers de foyers qui continuent à subir les aléas du manque d'eau potable aux quatre coins de la wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.