L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Ramadhan devant la télé: Diversité et manque de bons scénarii
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 06 - 2017

Chaque année, en période de Ramadhan, les chaînes de télévision du secteur public et privé tentent de rivaliser de créativité et d'ingéniosité pour programmer un choix varié d'émissions, de feuilletons, de sketches et de caméras cachées .

Pour ce Ramadhan 2017, au regard de l'engouement des caméras cachées des années passées, il y a eu une pléthore au point d'avoir une overdose. Chaque chaîne a mis le paquet sur ce registre amusant, drôle et cocasse, et le téléspectateur a eu du mal à départager. Certaines ont été d'une grande subtilité et un moment de détente, alors que d'autres ont plaidé pour un manque de professionnalisme et de déontologie. Une caméra cachée n'est pas une couverture pour invectiver, ni faire des procès d'intention comme cela a été souvent le cas. Dans le volet des séries, l'insuffisance d'un bon scénario est toujours aussi perceptible. Dans les feuilletons, on retrouve un scénario bancal et un discours souvent rébarbatif et insipide. Le fil de l'histoire est ténu et ne tient pas la route. Et ce sont souvent les mêmes acteurs, parfois des cabotins, qui reviennent d'année en année. Seuls les décors ont été relookés, les lieux (maisons et intérieurs) de tournage plus modernes et les costumes sont plus tendance. Il y a, certes, un léger mieux mais l'assise est imparfaite. Dans ce lot, un seul feuilleton Achour El Acher se caractérise par un professionnalisme et un sérieux sans failles. C'est une belle satire sociale qui dénonce toutes les tares de la société, situation des femmes, gabegie, mauvaise gouvernance sans toutefois mettre quiconque à l'index. Cocasse et déjantée, cette série, qui semble être une suite de la saison précédente, est plus aboutie et techniquement mieux élaborée. Avec des décors en Tunisie, des costumes plus apprêtés et un verbe très percutant, ce feuilleton est une belle réussite et cette fois-ci, le producteur-réalisateur, Djaâfar Gacem, a fait grand. Dans le rayon des sketches, la diversité est là mais le contenu souvent peu alléchant, s'impose comme dans Crazy family, cette famille avec trois jeunes hommes tous des losers qui se bat dans son quotidien.
Détente
D'autres plus amusants et plaisants offrent des moments de détente et de divertissement, notamment avec Abdelkader Secteur dans Taht el mouraqaba , et sur la chaîne Numidia avec Zoheir pas de chance, un pauvre bougre dont on se gausse . Dans le sketch Edheif , il y a un quiproquo qui donne à cette version ce côté comique et hilarant. Quant au sketch Bibiche et Bibicha, ce jeune couple en proie au quotidien, il revient avec autant de fraîcheur et de punch que la saison passée. Plein d'humour et de drôlerie, il apporte gaité et rires. Les deux comédiens sont parfaits dans leurs rôles, particulièrement Bibicha qui s'éclate. A l'évidence, pour ce Ramadhan, toutes les chaînes ont tenté de cartonner avec un programme diversifié. Il y a eu une profusion de caméras cachées alors que pour les séries, le handicap des scénarii fausse la donne. A quand de beaux feuilletons qui nous font rêver comme les productions hollywoodiennes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.