Dans une ambiance tendue    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    La flamme de la révolution toujours intacte    Les Verts veulent confirmer leur suprématie africaine    Ifticène, nouvel entraîneur    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Benzema pose un problème de fond    Brahimi élu meilleur joueur de la période octobre-novembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    6 personnes d'une même famille, victimes du monoxyde de carbone, sauvées de justesse    Report d'une troisième affaire de Hacène Hammar    ACTUCULT    .sortir ...sortir ...sortir ...    Des artistes dénoncent leur marginalisation    "Notre société continue de nier sa propre culture"    Retour à Amoudé, la Brûlée    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    Les femmes chefs d'entreprises en Afrique : La parité homme-femme : un mythe !    Bilan des incendies survenus cet été : Signe alarmant du recul du niveau de conscience citoyenne    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Tiaret: Trois morts dans un carambolage    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    LES NECESSAIRES ARGUMENTS    Une campagne électorale pas comme les autres    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Une activité de proximité à Alger    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Promouvoir le devoir citoyen    élection présidentielle du 12 décembre Marches de soutien dans plusieurs wilayas de l'Est    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Intempéries: Plusieurs routes des wilayas de Tizi-Ouzou, Bouira et Jijel coupées à la circulation    Tizi-Ouzou: la commission pour la prise en charge des personnes sans abris installée    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Para-athlétisme / Mondiaux-2019 : La sélection algérienne de retour au pays, auréolée de 16 médailles, dont deux or    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Ramadhan devant la télé: Diversité et manque de bons scénarii
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 06 - 2017

Chaque année, en période de Ramadhan, les chaînes de télévision du secteur public et privé tentent de rivaliser de créativité et d'ingéniosité pour programmer un choix varié d'émissions, de feuilletons, de sketches et de caméras cachées .

Pour ce Ramadhan 2017, au regard de l'engouement des caméras cachées des années passées, il y a eu une pléthore au point d'avoir une overdose. Chaque chaîne a mis le paquet sur ce registre amusant, drôle et cocasse, et le téléspectateur a eu du mal à départager. Certaines ont été d'une grande subtilité et un moment de détente, alors que d'autres ont plaidé pour un manque de professionnalisme et de déontologie. Une caméra cachée n'est pas une couverture pour invectiver, ni faire des procès d'intention comme cela a été souvent le cas. Dans le volet des séries, l'insuffisance d'un bon scénario est toujours aussi perceptible. Dans les feuilletons, on retrouve un scénario bancal et un discours souvent rébarbatif et insipide. Le fil de l'histoire est ténu et ne tient pas la route. Et ce sont souvent les mêmes acteurs, parfois des cabotins, qui reviennent d'année en année. Seuls les décors ont été relookés, les lieux (maisons et intérieurs) de tournage plus modernes et les costumes sont plus tendance. Il y a, certes, un léger mieux mais l'assise est imparfaite. Dans ce lot, un seul feuilleton Achour El Acher se caractérise par un professionnalisme et un sérieux sans failles. C'est une belle satire sociale qui dénonce toutes les tares de la société, situation des femmes, gabegie, mauvaise gouvernance sans toutefois mettre quiconque à l'index. Cocasse et déjantée, cette série, qui semble être une suite de la saison précédente, est plus aboutie et techniquement mieux élaborée. Avec des décors en Tunisie, des costumes plus apprêtés et un verbe très percutant, ce feuilleton est une belle réussite et cette fois-ci, le producteur-réalisateur, Djaâfar Gacem, a fait grand. Dans le rayon des sketches, la diversité est là mais le contenu souvent peu alléchant, s'impose comme dans Crazy family, cette famille avec trois jeunes hommes tous des losers qui se bat dans son quotidien.
Détente
D'autres plus amusants et plaisants offrent des moments de détente et de divertissement, notamment avec Abdelkader Secteur dans Taht el mouraqaba , et sur la chaîne Numidia avec Zoheir pas de chance, un pauvre bougre dont on se gausse . Dans le sketch Edheif , il y a un quiproquo qui donne à cette version ce côté comique et hilarant. Quant au sketch Bibiche et Bibicha, ce jeune couple en proie au quotidien, il revient avec autant de fraîcheur et de punch que la saison passée. Plein d'humour et de drôlerie, il apporte gaité et rires. Les deux comédiens sont parfaits dans leurs rôles, particulièrement Bibicha qui s'éclate. A l'évidence, pour ce Ramadhan, toutes les chaînes ont tenté de cartonner avec un programme diversifié. Il y a eu une profusion de caméras cachées alors que pour les séries, le handicap des scénarii fausse la donne. A quand de beaux feuilletons qui nous font rêver comme les productions hollywoodiennes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.