Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mangeaille et la spiritualité
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 08 - 2009

Demain, à moins que ce ne soit samedi, les Algériens, à l'instar des autres musulmans, entameront un mois particulier de l'année théoriquement tout dédié à la ferveur spirituelle et la solidarité. De ce rituel de dépassement de soi, de la mise à l'épreuve de la difficulté de son corps et de la transcendance de ses petits caprices quotidiens, il doit bien rester quelque chose.
Parce qu'à considérer la somme d'«efforts» déployée à la proche ou lointaine périphérie de la vocation première du Ramadhan, on se rendrait vite à l'évidence : c'est bien de résidus qu'il s'agit. A tout seigneur tout honneur, manger vient en tête des préoccupations - en fait d'angoisses qu'il s'agit de la majorité alors qu'il est question précisément de… jeûner. Des mois avant son avènement, Ramadhan est déjà sur toutes les lèvres.
On s'y prépare dans la spéculation verbale en attendant, ou en même temps, que ne rentre en scène la spéculation tout court.
Et pourquoi les prix de la viande et de la courgette ne flamberaient donc pas puisqu'il ne s'agit que de «ça», consommer ? Bien sûr, les augmentations sont souvent artificielles, mais il y a quand même un peu de cause à effet dans tout cela puisque le bon vieux principe de l'offre et de la demande n'est pas encore, quoi qu'on dise, tombé dans la désuétude.
S'il y avait plus de spiritualité et de solidarité que de fièvre de l'«empiffrage» dans nos mois de Ramadhan, ça se saurait. Comme il n'y a rien qui le suggère, regardons plutôt la réalité.
De braves pères de familles se saignent jusqu'à l'os pour pouvoir «manger dignement» pendant trente jours, des femmes se séparent de leurs bijoux quand ce n'est pas de leurs meubles pour la même «cause» et d'autres contractent des dettes dont ils ne reviennent parfois jamais.
A défaut de solidarité, Etat et particuliers organisent une aumône dérisoire et surtout dégradante pour ceux qui la sollicitent. A bien des égards, Ramadhan épouse les contours d'une supercherie nationale où tout le monde crie à la déviation, la bouche pleine et les mains avidement tendues.
On importera de la viande mais elle coûtera toujours plus cher, on mettra en garde contre la spéculation mais on spéculera encore, on fera semblant de garder son calme mais on fulminera à la moindre anicroche, on ira au travail sans travailler et on ignorera les pauvres comme avant. Et l'année prochaine on recommencera.
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.