Barcelone : Messi aurait lâché une bombe sur son avenir en interne !    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un incendie au quartier les Babors crée une panique générale
Béjaïa
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 01 - 2010

Un incendie d'une grande ampleur s'est déclaré tôt hier, vers 6h, au quartier les Babors à El Khemis, dans la wilaya de Béjaïa, près du marché de poissons, engendrant des dégâts considérables et créant une panique générale parmi les habitants de cette cité. Selon les premières estimations des services concernés, pas moins de vingt locaux commerciaux ont été la proie des flammes.
Selon les témoignages que nous avons recueillis sur place dans la matinée d'hier, il était environ 06 heures lorsque les habitants ont été surpris par une fumée qui s'est infiltrée dans leurs appartements alors que la majorité d'entre eux dormaient encore. En sortant pour chercher la provenance de cette fumée, ils découvrent qu'un incendie s'est déclaré dans les locaux commerciaux situés à l'intérieur de ce même bâtiment.
Les habitants quittent précipitamment leur domicile
Il a fallu attendre l'arrivée des services de la Protection civile pour éteindre le feu et permettre l'évacuation des gens qui se trouvaient en difficulté. Suite à cela, une panique générale s'est emparée des citoyens qui habitent les lieux, au point où certains d'entre eux ont été choqués par l'ampleur de cet incendie.
Selon les premiers éléments d'information qui sont en notre possession, un court-circuit électrique dans l'un des locaux commerciaux serait à l'origine de cet incendié qui, fort heureusement, n'a pas engendré de dégâts humains. Il est à signaler aussi que cette cité située au chef-lieu de la ville de Béjaïa regroupe environ 40 familles qui y habitent depuis maintenant plusieurs années.
3 blessés et 20 locaux commerciaux dévorés par les flammes
Les services de la Protection civile diront qu'aucune perte humaine n'est à déplorer. Trois personnes ont été évacuées vers l'hôpital de la ville. Les premières estimations des différents services concernés font part de dégâts matériels énormes. La majorité des locaux commerciaux qui se trouvent à l'intérieur de la cité sont partis en fumée.
Il est à signaler que ces locaux commerciaux appartiennent à l'ex-société Aswak; ils ont été cédés aux travailleurs depuis maintenant quelques années. Selon les commerçants de la cité des Babors, «un manque énorme en matière de sécurité a été constaté sans pour autant que les services de l'APC n'interviennent pour éviter des incidents comme celui qui a eu lieu dans la matinée d'hier». De leur côté, les responsables de l'APC de Béjaïa, qui se sont déplacés sur les lieux, ont tenu à affirmer que ces locaux n'appartiennent pas à l'APC.
Panique générale chez les habitants
Bien qu'aucun mort n'ait été enregistré lors du déclenchement de cet incendie, il n'en demeure pas moins qu'une panique générale s'est emparée de la population, d'autant qu'une grande majorité d'entre eux dormaient lorsque l'incendie s'est déclaré.
Ce que nous ont affirmé certains d'entre eux : «Nous avons été choqués par l'ampleur de cet incident dont la fumée nous a causé des difficultés respiratoires.»
En plus de la panique qui s'est emparée de cette cité, les habitants ont tenu à afficher leur colère envers les autorités locales, qui à leur avis, n'ont rien fait pour sécuriser le quartier en question, puisqu'ils sont confrontés à des problèmes énormes en ce qui concerne la sécurité et le manque d'hygiène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.