Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flambée des prix de la viande à Tamanrasset
Alors que le marché est approvisionné à partir du Niger et du Mali
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 07 - 2010

A Tamanrasset, région pastorale par excellence, la viande de dromadaire frôle les 450 DA/kg, alors que le «demane», le mouton soudanais, s'écoule entre 600 et 700 DA/kg. Une situation jamais vécue dans cette ville du grand sud, qui fait craindre le pire durant le mois de Ramadhan.
Conséquence du déclin de l'élevage local et de l'accroissement des besoins d'une population en constante progression – la seule ville de Tamanrasset compte près de 100 000 habitants – l'envolée des prix de la viande est, somme toute, un phénomène logique lorsqu'on sait que cette viande est importée du Niger et du Mali.
Mohamed Malek Benmalek, président de la chambre d'agriculture de la wilaya de Tamanrasset, confirme que «la région dépend quasi exclusivement des élevages de ces deux pays». Mais, précise-t-il, bien que le prix des viandes rouges y est des plus bas au monde, les cours ne font qu'augmenter au niveau des marchés de la wilaya. M. Benmalek explique l'incohérence du marché par l'impossibilité, à l'heure actuelle, d'importer de la viande équarrie et débitée.
«Ni le Mali ni le Niger ne disposent d'abattoirs dans les normes qui pourraient éventuellement approvisionner Tamanrasset, voire le nord du pays», fait remarquer le président de la chambre d'agriculture qui indique que «pour l'instant, seuls quelques chevillards s'adonnent au commerce de bétail vivant entre les deux pays amis et l'Algérie».
Mais les quantités qu'ils ramènent sont juste suffisantes pour la ville de Tamanrasset et In Salah, ajoute-t-il en précisant que «l'Algérie autorise uniquement l'importation des dromadaires et des ovins». Pourtant, dit-il, le potentiel bovin dans ces deux pays voisins est impressionnant, et si des investisseurs s'intéressent à ce créneau, en investissant notamment dans des abattoirs conformes aux normes sanitaires, la viande bovine fraîche se vendrait au quart de son prix actuel.
Bonne pour Tamanrasset, mauvaise au-delà !
M. Benmalek révèle que des centaines d'éleveurs algériens vivent depuis des décennies au nord du Niger et du Mali, et que la plupart disposent de troupeaux immenses constitués de centaines de milliers de têtes d'ovins, de camelins et de bovins.
Ce sont ces derniers qui approvisionnent la wilaya de Tamanrasset. Les bêtes sont transportées depuis le Niger jusqu'à In Guezzam où elles subissent un contrôle vétérinaire avant d'être acheminées vers Tamanrasset et le reste des villes de la wilaya. De la wilaya, parce que la loi interdit la vente de ces bêtes dans le nord du pays.
M. Benmalek avoue ne pas comprendre les raisons de cette décision irrationnelle. «Si cette viande n'est pas bonne pour les gens du nord, pourquoi le serait-elle pour les habitants du sud ?», s'interroge-t-il, ajoutant que si le cheptel malien ou nigérien est malade, «alors, qu'on interdise son entrée sur le territoire national car nous refusons qu'il y ait deux Algérie».
M. Benmalek nous apprend, en outre, que les éleveurs algériens présents au Niger et au Mali essuient à chaque fois le refus des autorités à leurs demandes réitérées de vendre leur cheptel bovin en Algérie. «Aucune explication ne motive ce refus, les autorités persistent à croire, sans le prouver, que les troupeaux sont malades», ajoute notre interlocuteur qui trouve ridicule l'attitude des autorités.
Pour Hamza Dahmane, membre de l'APW de Tamanrasset, «les régions frontalières et en particulier Tamanrasset ne peuvent se passer du Niger et du Mali pour leur approvisionnement en viandes rouges». Lui aussi affirme que «l'essentiel du cheptel détenu par les éleveurs algériens se trouve au Niger où les conditions de pâturage sont meilleures qu'au Hoggar». Toutefois, indique l'élu de l'APW, «si l'Etat n'aide pas ces gens pour écouler leur cheptel en Algérie, c'est le dépérissement certain de leur activité».
Mohamed T., qui approvisionne en viande son établissement à partir du marché de Tamanrasset, reconnaît qu'il n'est pas facile d'introduire le bétail des pays limitrophes en Algérie. Il explique que «les commerçants doivent faire avec le coût élevé du transport et affronter les autres aléas, les accidents, voire les mauvaises rencontres sur la route».
Membre d'une tribu influente de l'Ahaggar, T. M., qui dit avoir des parents nomades de l'autre côté de la frontière, les éleveurs algériens au Niger et au Mali vivent dans l'incertitude. «A cause de la sécheresse qui y sévit et de la dégradation des conditions sécuritaires, les prix du bétail ont chuté de manière dramatique», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.