Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les surprises de la télé
Andalou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 08 - 2010

Vendredi matin, avant 7h, la troisième chaîne de télévision nous a encore surpris en programmant l'association andalouse El Djazira. De jolies filles et des voix douces donnaient la réplique à celles du professeur Bachir Mazouni et du violoniste Kamel Belkhodja. Le groupe El Djazira, créé en 1993, a vite marqué son entrée par l'innovation en devenant le premier orchestre andalou à se produire sans percussion.
C'est à dire sans derbouka ni tar. Avec cette innovation, on sent vraiment mieux la douceur de la musique. Il faut dire que cela n'a pas fait encore d'émules, car il faut avoir d'excellents musiciens pour se priver de percussion.
Le pari est quand même bien gagné par le professeur Bachir Mazouni, fils de feu Mohamed Mazouni, lui-même professeur, chanteur et maître de la musique andalouse. Pour arriver à ce stade de maîtrise de la voix et des instruments (il joue du piano, luth, saxophone, mandoline, violon, etc.). Bachir Mazouni est passé par de grandes écoles, notamment celles des frères Fekhardji et de son père.
Il est parmi les rares musiciens algériens sur lesquels on peut compter pour l'écriture solfiée des morceaux andalous. Virtuose du oud, Mazouni a donné la réplique à des musiciens de niveau mondial, et il est l'un des artistes les plus complets de la musique andalouse puisqu'il joue pratiquement de tous les instruments, il possède une voix mielleuse et maîtrise le solfège. Tout comme son père, il a fait pendant plusieurs décennies les beaux jours du service culturel de Sonatrach.
Actuellement, il donne des cours au conservatoire de Kouba et continue à se produire pour l'association El Djazira dont il est l'un des fondateurs. Il est également membre fondateur de l'association El Inchirah que dirige Smain Hini. Ce vendredi, on a remarqué également la présence du virtuose du violon Kamel Belkhodja, qui nous a donné l'occasion que sa voix vibre aussi bien que son violon.
Enfin, la troisième chaîne de télévision algérienne nous a offert, ce vendredi, deux surprises, l'une bonne et l'autre mauvaise. La bonne est le fait d'avoir diffusé de la bonne musique andalouse, et la mauvaise est la coupure en plein chant de Kamel Belkhodja à cause du journal télévisé de 7h. Les programmateurs auraient dû mieux calculer, ou encore mieux programmer un tel groupe après le journal de 20h. Cette musique mérite plus de respect.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.