Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le colonel Slimane Dehilès dit «Si Sadek» n'est plus
Il fut l'un des chefs historiques de la révolution
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 11 - 2011

Le colonel Si Sadek, de son vrai nom Slimane Dehilès, un des chefs historiques de la glorieuse révolution de novembre 54, originaire des Ouadhias (sud de Tizi Ouzou) est décédé samedi dernier à Alger à l'âge de 91 ans, des suites d'une longue maladie. Depuis qu'il a quitté la vie politique en 1965, l'homme n'est que rarement apparu dans les médias ou les activités qu'organisent des associations à l'occasion des commémorations de dates historiques, encore moins dans les cérémonies officielles. Il est l'un des 5 colonels que l'ex-région mixte de Draâ El Mizan a donné pour la wilaya III en particulier, la révolution algérienne en général (en plus de Krim Belkacem, Amar Ouamrane, Ali Mellah et Mohamed Zamoum). C'est hier que le défunt Si Sadek a été accompagné à sa dernière demeure au milieu des siens, aux Ouadhias où il a été enterré.
Né le 14 novembre 1920, il devient orphelin à l'âge de 15 ans. Il n'aura ainsi plus d'autre choix que de quitter l'école en allant gagner sa vie et subvenir ainsi aux besoins de la famille. Très jeune, il est sensibilisé aux luttes.
Il adhère au PPA/MTLD au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à laquelle il a pris part entant que soldat français. En 1953, Slimane est arrêté et écope de 8 mois d'emprisonnement et 70 000 FF d'amende et frappé d'interdiction pendant 5 ans en Algérie pour avoir distribué des tracts hostiles à la colonisation française.
Mais, une année après, il parvient à rentrer clandestinement. Dès novembre 1954, il rentre clandestinement à son village en Kabylie, et fut l'un des premiers à rejoindre les rangs de l'ALN (Armée de libération nationale). La jeune révolution algérienne qui avait tant besoin de s'armer a poussé les chefs de la wilaya III sous la direction de Krim Belkacem, réunis à Beni Douala en juin 1955 (ont pris part à la réunion :
Krim Belkacem, Amirouche Aït Hamouda, Mohamedi Saïd, Yazourène, Abderrahmane Mira, et Slimane Dehilès), à agir en conséquence et organiser une des plus grandes offensives contre l'armée française. Au cours de l'opération, une quantité de 1200 armes, 627 millions en argent liquide et 12 millions de cartouches a été récupérée. En 1957, il est désigné par Abane Ramdane pour organiser la Wilaya IV (Algérois) après le départ d'Amar Ouamrane à Tunis. A ce titre, il devient membre du Conseil national de la révolution algérienne de 1957 jusqu'en 1962.
En 1959, il participe à une réunion ayant regroupé à Tunis 10 colonels, et dont l'objectif était de remanier les organismes extérieurs du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne) et du GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne), pour tenter de résoudre le différend existant entre l'état-major et le GPRA.
Après l'indépendance, il est élu de la wilaya de Tizi Ouzou à l'Assemblée nationale, avant de rejoindre les rangs du FFS et ses maquis contre Ben Bella. Dans l'un de ses entretiens, il dit avoir lui-même signé la paix et exigé la réhabilitation de tous les insurgés et la libération des prisonniers dont Hocine Aït Ahmed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.