Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le colonel Slimane Dehilès dit «Si Sadek» n'est plus
Il fut l'un des chefs historiques de la révolution
Publié dans Le Temps d'Algérie le 07 - 11 - 2011

Le colonel Si Sadek, de son vrai nom Slimane Dehilès, un des chefs historiques de la glorieuse révolution de novembre 54, originaire des Ouadhias (sud de Tizi Ouzou) est décédé samedi dernier à Alger à l'âge de 91 ans, des suites d'une longue maladie. Depuis qu'il a quitté la vie politique en 1965, l'homme n'est que rarement apparu dans les médias ou les activités qu'organisent des associations à l'occasion des commémorations de dates historiques, encore moins dans les cérémonies officielles. Il est l'un des 5 colonels que l'ex-région mixte de Draâ El Mizan a donné pour la wilaya III en particulier, la révolution algérienne en général (en plus de Krim Belkacem, Amar Ouamrane, Ali Mellah et Mohamed Zamoum). C'est hier que le défunt Si Sadek a été accompagné à sa dernière demeure au milieu des siens, aux Ouadhias où il a été enterré.
Né le 14 novembre 1920, il devient orphelin à l'âge de 15 ans. Il n'aura ainsi plus d'autre choix que de quitter l'école en allant gagner sa vie et subvenir ainsi aux besoins de la famille. Très jeune, il est sensibilisé aux luttes.
Il adhère au PPA/MTLD au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à laquelle il a pris part entant que soldat français. En 1953, Slimane est arrêté et écope de 8 mois d'emprisonnement et 70 000 FF d'amende et frappé d'interdiction pendant 5 ans en Algérie pour avoir distribué des tracts hostiles à la colonisation française.
Mais, une année après, il parvient à rentrer clandestinement. Dès novembre 1954, il rentre clandestinement à son village en Kabylie, et fut l'un des premiers à rejoindre les rangs de l'ALN (Armée de libération nationale). La jeune révolution algérienne qui avait tant besoin de s'armer a poussé les chefs de la wilaya III sous la direction de Krim Belkacem, réunis à Beni Douala en juin 1955 (ont pris part à la réunion :
Krim Belkacem, Amirouche Aït Hamouda, Mohamedi Saïd, Yazourène, Abderrahmane Mira, et Slimane Dehilès), à agir en conséquence et organiser une des plus grandes offensives contre l'armée française. Au cours de l'opération, une quantité de 1200 armes, 627 millions en argent liquide et 12 millions de cartouches a été récupérée. En 1957, il est désigné par Abane Ramdane pour organiser la Wilaya IV (Algérois) après le départ d'Amar Ouamrane à Tunis. A ce titre, il devient membre du Conseil national de la révolution algérienne de 1957 jusqu'en 1962.
En 1959, il participe à une réunion ayant regroupé à Tunis 10 colonels, et dont l'objectif était de remanier les organismes extérieurs du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne) et du GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne), pour tenter de résoudre le différend existant entre l'état-major et le GPRA.
Après l'indépendance, il est élu de la wilaya de Tizi Ouzou à l'Assemblée nationale, avant de rejoindre les rangs du FFS et ses maquis contre Ben Bella. Dans l'un de ses entretiens, il dit avoir lui-même signé la paix et exigé la réhabilitation de tous les insurgés et la libération des prisonniers dont Hocine Aït Ahmed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.