Zeghmati insiste sur le rapatriement de l'argent détourné    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Elan de solidarité avec Khaled Drareni    Bouffée d'oxygène    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Cérémonie de remise du trophée    Approbation des propositions des ligues régionales    10 décès et 492 nouveaux cas en 24 heures    38 commerces fermés à Tizi Ouzou    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Bouira: Une voiture dérape sur l'autoroute : mort d'un bébé et ses parents blessés    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Début de campagne acerbe entre Capriles et Maduro
Venezuela
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 03 - 2013

"Menteur" contre "fasciste", la bataille pour la succession de Hugo Chavez au Venezuela le 14 avril a donné lieu dimanche à des premiers échanges acerbes entre le candidat confirmé de l'opposition Henrique Capriles et le président par intérim Nicolas Maduro.
A peine le gouverneur Capriles a-t-il confirmé dimanche soir sa candidature lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il a notamment accusé le pouvoir d'"utiliser le corps du président (Hugo Chavez) pour faire campagne" que M. Maduro est intervenu à la télévision officielle pour l'accuser de "chercher la violence".
Aujourd'hui, "nous avons vu le visage nauséabond de fasciste que tu es", a lancé le président par intérim, critiquant une intervention "misérable", "déplorable", "irresponsable", ou encore "infâme".
Garantissant au "candidat perdant" de la présidentielle du 7 octobre une nouvelle "déroute le 14 avril", Nicolas Maduro lui a en outre reproché d'être au service de l'"oligarchie" et de fomenter des troubles dans le pays afin de justifier "une intervention étrangère".
Quelques minutes auparavant, Henrique Capriles avait assuré qu'il allait "lutter" pour la présidentielle, afin de "ne pas laisser la voie libre" au candidat du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), M. Maduro, intronisé dauphin officiel par le président Chavez début décembre.
Déjà candidat de la principale coalition d'opposition du pays le 7 octobre face à M. Chavez - il avait recueilli 44% des voix - le gouverneur de l'Etat de Miranda a aussi accusé le pouvoir d'avoir cherché à "gagner du temps" en mentant sur le réel état de santé du président malade.
"Tout a été minutieusement calculé" pour assurer la succession du dirigeant charismatique décédé mardi des suites d'un cancer après 14 années à la tête de l'Etat, a-t-il poursuivi.
"Nicolas, tu as menti à ce pays", a-t-il martelé, prenant soin de toujours désigner son futur adversaire par son prénom. "Qui sait quand est mort le président Chavez?", a-t-il même demandé.
Exposée dans le salon d'honneur de l'Académie militaire de Caracas depuis mercredi, la dépouille de Hugo Chavez a été saluée par des centaines de milliers de Vénézuéliens faisant la queue nuit et jour pour lui rendre un dernier hommage.
Embaumés, les restes de l'ancien président seront transférés vendredi dans l'ancienne caserne d'où M. Chavez a lancé en février 1992 un coup d'Etat manqué contre le président Carlos Andres Perez, située dans le quartier déshérité du 23 de Enero à l'ouest de la capitale, a également déclaré dimanche M. Maduro.
Dans la foulée, le président par intérim a annoncé l'adoption mardi prochain par l'Assemblée nationale d'un "amendement constitutionnel" puis la convocation d'un référendum autorisant l'entrée de Hugo Chavez au Panthéon national, au côté du libérateur Simon Bolivar, ultime étape d'un culte de la personnalité exacerbé depuis la disparition du "Comandante".
A la mi-journée, Nicolas Maduro, recevant l'appui du Parti communiste vénézuélien, avait aussi appelé ses partisans à l"'unité" au risque de perdre "tout" le legs de Hugo Chavez.
Il s'était également à nouveau appliqué à invoquer les mannes de l'ancien dirigeant charismatique: "Aujourd'hui je suis président conformément à la Constitution, mais surtout parce que c'est lui qui l'a demandé", avait-il assuré. "Je vais être candidat présidentiel, je vais être président et commandant en chef des forces armées parce qu'il me l'a ordonné", avait-il ajouté.
Avec un curriculum politique déjà bien fourni malgré sa jeunesse (40 ans), Henrique Capriles avait réussi en 2012 une campagne dynamique l'ayant mené aux quatre coins de ce riche pays pétrolier, multipliant les déplacements et les rassemblements publics, de plus en plus importants au fil des mois.
Nicolas Maduro, un ancien conducteur d'autobus et dirigeant syndical âgé de 50 ans, a lui gravi peu à peu tous les échelons du pouvoir sous la houlette de M. Chavez, de simple député à la présidence par intérim.
Il y a trois semaines, l'institut de sondage vénézuélien Hinterlaces indiquait que Nicolas Maduro battrait Henrique Capriles de 14 points.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.