La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Début de campagne acerbe entre Capriles et Maduro
Venezuela
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 03 - 2013

"Menteur" contre "fasciste", la bataille pour la succession de Hugo Chavez au Venezuela le 14 avril a donné lieu dimanche à des premiers échanges acerbes entre le candidat confirmé de l'opposition Henrique Capriles et le président par intérim Nicolas Maduro.
A peine le gouverneur Capriles a-t-il confirmé dimanche soir sa candidature lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il a notamment accusé le pouvoir d'"utiliser le corps du président (Hugo Chavez) pour faire campagne" que M. Maduro est intervenu à la télévision officielle pour l'accuser de "chercher la violence".
Aujourd'hui, "nous avons vu le visage nauséabond de fasciste que tu es", a lancé le président par intérim, critiquant une intervention "misérable", "déplorable", "irresponsable", ou encore "infâme".
Garantissant au "candidat perdant" de la présidentielle du 7 octobre une nouvelle "déroute le 14 avril", Nicolas Maduro lui a en outre reproché d'être au service de l'"oligarchie" et de fomenter des troubles dans le pays afin de justifier "une intervention étrangère".
Quelques minutes auparavant, Henrique Capriles avait assuré qu'il allait "lutter" pour la présidentielle, afin de "ne pas laisser la voie libre" au candidat du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), M. Maduro, intronisé dauphin officiel par le président Chavez début décembre.
Déjà candidat de la principale coalition d'opposition du pays le 7 octobre face à M. Chavez - il avait recueilli 44% des voix - le gouverneur de l'Etat de Miranda a aussi accusé le pouvoir d'avoir cherché à "gagner du temps" en mentant sur le réel état de santé du président malade.
"Tout a été minutieusement calculé" pour assurer la succession du dirigeant charismatique décédé mardi des suites d'un cancer après 14 années à la tête de l'Etat, a-t-il poursuivi.
"Nicolas, tu as menti à ce pays", a-t-il martelé, prenant soin de toujours désigner son futur adversaire par son prénom. "Qui sait quand est mort le président Chavez?", a-t-il même demandé.
Exposée dans le salon d'honneur de l'Académie militaire de Caracas depuis mercredi, la dépouille de Hugo Chavez a été saluée par des centaines de milliers de Vénézuéliens faisant la queue nuit et jour pour lui rendre un dernier hommage.
Embaumés, les restes de l'ancien président seront transférés vendredi dans l'ancienne caserne d'où M. Chavez a lancé en février 1992 un coup d'Etat manqué contre le président Carlos Andres Perez, située dans le quartier déshérité du 23 de Enero à l'ouest de la capitale, a également déclaré dimanche M. Maduro.
Dans la foulée, le président par intérim a annoncé l'adoption mardi prochain par l'Assemblée nationale d'un "amendement constitutionnel" puis la convocation d'un référendum autorisant l'entrée de Hugo Chavez au Panthéon national, au côté du libérateur Simon Bolivar, ultime étape d'un culte de la personnalité exacerbé depuis la disparition du "Comandante".
A la mi-journée, Nicolas Maduro, recevant l'appui du Parti communiste vénézuélien, avait aussi appelé ses partisans à l"'unité" au risque de perdre "tout" le legs de Hugo Chavez.
Il s'était également à nouveau appliqué à invoquer les mannes de l'ancien dirigeant charismatique: "Aujourd'hui je suis président conformément à la Constitution, mais surtout parce que c'est lui qui l'a demandé", avait-il assuré. "Je vais être candidat présidentiel, je vais être président et commandant en chef des forces armées parce qu'il me l'a ordonné", avait-il ajouté.
Avec un curriculum politique déjà bien fourni malgré sa jeunesse (40 ans), Henrique Capriles avait réussi en 2012 une campagne dynamique l'ayant mené aux quatre coins de ce riche pays pétrolier, multipliant les déplacements et les rassemblements publics, de plus en plus importants au fil des mois.
Nicolas Maduro, un ancien conducteur d'autobus et dirigeant syndical âgé de 50 ans, a lui gravi peu à peu tous les échelons du pouvoir sous la houlette de M. Chavez, de simple député à la présidence par intérim.
Il y a trois semaines, l'institut de sondage vénézuélien Hinterlaces indiquait que Nicolas Maduro battrait Henrique Capriles de 14 points.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.