Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Radeau de la Méduse
Publié dans L'Expression le 15 - 09 - 2004

C´est un tableau inévitable qui figure dans tous les ouvrages qui parlent un peu ou beaucoup de peinture. Il est incontournable quand il s´agit d´énumérer les principales oeuvres du XIXe siècle. Il est aussi célèbre que la Joconde de Leonard de Vinci. Il symbolise à lui seul l´école romantique française. Ce tableau phare, c´est le Radeau de la Méduse, exécuté par le célèbre peintre normand Géricault. Il représente un radeau qui dérive sur une mer verdâtre. Sur cette planche d´infortune s´entassent des naufragés moribonds dont les visages trahissent les affres de la faim, de la soif, de la lente agonie des gens désespérés. Les membres tordus, les traits crispés par la douleur, ces victimes implorent un ciel sourd à leurs appels...
Ce n´est qu´après avoir fait un long stage dans les hôpitaux parisiens que le célèbre peintre s´est attaqué à cette oeuvre majeure, pour mieux restituer la proportion des membres, la couleur des chairs nécrosées et la forme des muscles. Car dans la première décennie, l´odyssée du navire la Méduse défraya la chronique dans toute la France de la Restauration. C´est cette tragédie qu´a tenté de restituer le film diffusé par Paris Première, film dont les tons blafards restituent l´ambiance du tableau. Après la défaite de Waterloo, la monarchie française et sa cohorte d´émigrés rentrent à Paris dans les fourgons des armées européennes liguées contre Napoléon (comme actuellement le gouvernement fantoche irakien est installé par les Américains). C´est alors pour les émigrés une course effrénée vers des postes de responsabilité, postes qui sont généreusement octroyés par un roi sevré par deux décennies d´exil. Les critères de compétence pour ces postes ne sont pas prioritaires : seuls comptaient l´allégeance au roi et le statut d´exilé. Ainsi, un ancien commandant de la marine qui n´a jamais dirigé un navire se voit confier une frégate baptisée la Méduse. Ignorant toutes les règles de navigation, s´adonnant plus à des mondanités à bord de la nef qu´à un exercice de navigation, le malheureux commandant va faire échouer le navire sur un haut fond. Pendant que les personnalités vont prendre les chaloupes de sauvetage gréées les simples marins vont être jetés sur un radeau et vont connaître le calvaire de la mort lente.
C´est un peu la parabole d´un pays qui, au lendemain de l´indépendance, va écarter toutes les énergies compétentes pour privilégier les petits copains des services des frontières...
C´est un clin d´oeil aux fondateurs d´El-Manchar, qui en première page du 1er numéro de ce journal satirique, ont exécuté une caricature de ce tableau: sur un radeau de fortune, des hommes politiques observent le bateau Algérie qui sombre. Les affairistes eux, sont déjà loin. Ils ont pris depuis longtemps leurs «canots de sauvetage».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.