Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le feuilleton algérien, de Mustapha Badie à Messaoud Laïb
Publié dans L'Expression le 01 - 09 - 2010

«Ecrire un feuilleton consiste à faire des boucles sur une calvitie.»
Karl Kraus
Le feuilleton algérien se porte-t-il bien? C´est en tout cas ce qu´affirme le héros du feuilleton Le Dernier souvenir de Messaoud Laïb, de Azzedine Boureghda. Un feuilleton dramatique, qui malgré l´absence d´une maîtrise dans la réalisation, a réussi à capter l´intérêt des Algériens, même à une heure tardive. Tout le monde s´accorde à dire que le scénario de Fatma Ouazène, productrice et femme du réalisateur, a réussi son pari d´offrir un bon texte, mais Messaoud Laïb, qui enseigne déjà l´audiovisuel à l´Itfc, n´a pas excellé dans la création d´un style nouveau de feuilleton, se limitant à des plans de coupe et des champ contre-champ. Aucun mouvement de caméra ni montage parallèle n´offre la possibilité aux téléspectateurs de voyager à travers le film. On est bien loin de la mise en scène «Anzour» dans Dakirat El djassed. Laïb, qui n´est pas issu du monde du cinéma, n´a pas innové dans la mise en scène pour faire sortir le téléspectateur du style archaïque et standard des feuilletons algériens de ces derniers temps. Mais à quoi est due cette déconvenue technique?
Durant plus de 30 ans, les Algériens ont vécu au rythme de la culture des moussalssalate égyptiens. C´est d´ailleurs grâce à ces feuilletons arabes que de nombreux Algériens ont adopté l´arabe classique. Mais pour le téléspectateur, le feuilleton algérien reste la meilleure référence culturelle. Mais si on évoque une histoire algérienne, impossible de s´identifier à des productions syriennes comme c´est actuellement le cas pour Dakirat El djassed, les Algériens aiment leur production nationale, quelle que soit sa qualité. Et pour évoquer le premier feuilleton algérien, il faut remonter aux années 1970 et plus précisément à l´année 1971 quand Mustapha Badie, réalisateur, venu du cinéma, réalisa un feuilleton qui restera un grand succès pour la Télévision algérienne. Il s´agit d´El Harik (l´Incendie) adapté de l´oeuvre de Mohamed Dib. A l´époque, on ne connaissait pas les noms de famille des comédiennes vedettes qui ont été découvertes par le public algérien: les Yakouta, Aïda et une certaine Biyouna, qui n´avait à l´époque que dix-sept ans. Filmé en 16 mm noir et blanc et diffusé en 1974, le feuilleton était composé de 10 épisodes pour une durée globale de 10 heures et 20 minutes. Ce qui était à l´époque un exploit technique en raison de la complexité d´une production de ce genre. Après ce succès, la télévision avait donné son accord pour la réalisation d´un autre feuilleton, 8 années après. Zina, version algérienne des aventures de Antar et Abla, est un feuilleton de 15 épisodes réalisé par Bachir Belhadj. Un feuilleton tourné dans le Sahara et qui met en scène l´antagonisme entre deux tribus bédouines. Il fera surtout découvrir deux nouvelles vedettes du petit écran, Nawel Zaâtar et Abdenour Chelouch. Ces deux comédiens se partageront d´ailleurs la composition dans les deux feuilletons-phares de ce Ramadhan. Depuis, plusieurs réalisateurs se disputent le créneau de Ramadhan pour faire des feuilletons. C´est le cas notamment de Bouchouchi, Baya El Hachemi, Belkacem Hadjadj, Boualem Aïssaoui ou encore Messaoud Laïb.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.