La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Foot 1 - Politique 0
MAROC-ALGERIE
Publié dans L'Expression le 04 - 06 - 2011


Une belle preuve de fraternité
La crise politique entre l'Algérie et le Maroc n'a pas droit de cité. Place au football...
Le choc Maroc-Algérie a réussi à cristalliser l´attention des supporters autour de la balle ronde. Il a extirpé leur attention de toute interprétation politique de ce big match. Cela constitue, déjà, une grande victoire pour le football maghrébin.
«C´est un match qui se déroule entre deux pays dont la réputation est établie sur la scène footballistique africaine. L´essentiel pour moi est la victoire de nos Fennecs. Le reste n´est que littérature», déclare Djamel, un jeune commerçant de Kouba, qui affiche un sourire plein d´espoir. Cet espoir répand les rayons doux du soleil, en ce début du mois de juin, sur les artères d´Alger. La mer est calme. Ses vagues reprennent comme un hymne à la fraternité les propos de Wahid, un jeune employé de banque, au printemps de ses rêves.
«Le fair-play qui entoure cette rencontre est une grande victoire pour le sport. La fraternité entre les deux peuples algérien et marocain transcende les différends politiques», soutient-il. Ces propos renseignent sur une chose: la crise politique entre l´Algérie et le Maroc n´a pas droit au chapitre. Seul compte le résultat de la confrontation entre les Fennecs et les Lions de l´Atlas.
L´ambiance est à mille lieues du conflit politico-économique, entre l´Algérie et l´Egypte, généré par la double confrontation du Caire et de Oum Dormane, qui a eu lieu en novembre de l´année dernière. Cette fois-ci, la hache de guerre politique est enterrée, place au football. «Que les frontières soient fermées, cette question est du domaine exclusif des hommes politiques des deux pays. Ce qui m´intéresse, se sont les débats sur le rectangle vert», assure Mourad, un jeune rencontré dans un café à Bab El Oued, en compagnie de trois autres personnes. Ils s´adonnent au jeu de dominos. «Les nôtres vont gagner. Benchikha est un grand stratège», clame Fouad.
Le sélectionneur national semble avoir les faveurs des Chnaoua, les supporters du Mouloudia d´Alger.
Entre le général et le doyen des clubs algériens, c´est toute une histoire de passion et d´amour du football qui continue de s´écrire. Ce soir, les yeux seront braqués sur le petit écran. Les spéculations autour du match sont à leur paroxysme. Seulement, elles restent dans le cadre sportif.
Aucune allusion n´est faite à la crise entre les deux pays, au dossier du Sahara occidental et à toutes les questions qui fâchent entre l´Etat algérien et le Royaume chérifien. Pourtant, la rencontre prévue au stade Harti de Marrakech est en tête d´affiche de la 4e journée des qualifications de la Coupe d´Afrique des nations (CAN 2012). La défaite est interdite pour les deux sélections qui évoluent dans un groupe D où toutes les équipes sont à égalité de points (4). En plus de l´Algérie et du Maroc, ce groupe comprend la République centrafricaine et la Tanzanie. Rien n´est encore joué. Le résultat de ce soir scellera l´avenir des deux coachs, l´Algérien Abdelhak Benchikha et le Belge Eric Gerets, à la tête de chacune des deux sélections.
Les deux sélectionneurs ne jurent que par la victoire. L´enjeu est tel que la vente des billets a pris fin, mercredi, selon les échos parvenus de Marrakech. Le match se jouera à guichets fermés. Il passionne tout le monde...ou presque.
«Le football ne m´intéresse pas du tout. Il y a des réalités sociales nationales qu´il ne faut oublier sous aucun prétexte», souligne Samir, un jeune chômeur. Cela dit, ce dernier insiste sur un point: la politique n´a pas de place dans les confrontations footballistiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.