L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La neutralité de l'Armée en question
19 généraux promus ELECTION PRESIDENTIELLE 2004
Publié dans L'Expression le 05 - 07 - 2003

C'est une génération d'officiers performants et diplômés qui attend son heure.
Dix minutes avant l'entrée, dans la grande salle des conférences du MDN, du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et Mohamed Lamari, général de corps d'armée et patron de l'ANP, les généraux-majors Mohamed Touati, conseiller aux affaires de défense auprès du Président de la République, Mohamed Mediene «Toufik», directeur des services de renseignement, et Gaïd Salah, commandant des forces terres-tres, se tenaient droits et attendaient le début des cérémonies de remise de grades et de médailles.
Touati, plus décontracté, se permettait de s'accouder et de lancer des mots vers Toufik, qui se tenait à sa gauche. Celui-ci, personnage quasi secret jusqu'à une date récente, se tenait droit, imperturbable. Ses larges lunettes de vue laissaient voir des yeux grands ouverts qui embrassaient toute la salle.
Au milieu des deux généraux-majors, il donnait l'air de vouloir entretenir le secret autour de son personnage: aucun photographe de la presse privée n'était autorisé à pénétrer dans la salle. A sa gauche, Gaïd Salah bouge, s'agite et lui lance des bouts de phrases.
A 11h 15, le Président de la République et le général de corps d'armée pénètrent dans la salle et entament immédiatement la cérémonie. Cinq nouveaux généraux-majors (Ali Benbachir, Mohamed Ali, Ali Djoudi, Mohamed Chibani et Saïd Chengriha), quatorze nouveaux généraux (Sadek Nefoussi, Ahmed Benlala, Abdelghani Malti, Saïd Zaoui, Mohamed Tirèche, Hadji Zerhouni, Amar Sfandji, Mohamed Ben Abdellah, Kaddour Bendjemil, Cherif Zerrad, Lakhdar Ksentini, Abdelhamid Ghris et Ali Ghdiri) et cinq nouveaux colonels (Mohamed Touati, Ahmed Ouchiha, Athmane Adjroud, etc.) ont bénéficié de promotions. Le général Athmane Tartag a été honoré de la médaille du mérite militaire, tout comme d'autres officiers et un personnel civil assimilé. Lors de la remise de grade au nouveau colonel Mohamed Touati, le général-major et conseiller aux affaires de défense, Mohamed Touati, fait semblant de s'avancer pour recevoir son nouveau grade et décontracte, par ce geste facétieux, la lourde atmosphère de la solennité du jour. Lamari lance à Bouteflika : «Rien à voir avec notre Mohamed Touati !»
11h 50, le Président de la République entame son discours dans lequel, au bout de douze pages dans un arabe recherché, il fait le tour des questions politiques et économiques qui lui tenaient à coeur et encense l'Armée algérienne avec les formules les plus appuyées.
Tous les chefs d'état-major étaient présents : les généraux-majors responsables des divers corps d'armée (gendarmerie, marine et forces aériennes) et commandants des Régions militaires (hormis le général-major Fodhil Cherif Brahim, commandant de la 1re Région militaire, retenu pour des festivités à Blida) ainsi que les responsables du ministère de la Défense nationale.
L'état-major de l'armée semble vouloir «exporter» deux messages par le biais de ce «marketing d'images». Le premier est que l'armée reste un bloc monolithique structuré et discipliné sur lequel l'Etat et le Président peuvent encore compter.
Le tremblement de terre du 21 mai dernier, lequel a permis aux unités de l'ANP d'occuper le terrain et d'être les premiers à venir en aide organisée aux sinistrés, avait déjà donné la pleine mesure d'une armée superorganisée au détriment d'une société civile déchirée par les enjeux politiques. Le deuxième message véhiculé par l'armée est le «sang neuf», injecté dans ses veines. On l'a vu déjà au cours de la cérémonie de mardi dernier, organisée à l'Académie de Cherchell, beaucoup de jeunes officiers sont promus à des postes de responsabilité, jusque-là réservés à la vieille nomenklatura militaire.
Ces jeunes officiers, bardés de diplômes et de potentialités techniques, sont la relève des actuels patrons de l'armée, et attendent leur heure pour s'exprimer.
En attendant, le général de corps d'armée Mohamed Lamari assure la cohésion de l'institution, l'impératif de la lutte antiterroriste et la professionnalisation des effectifs de l'active qui permettent de lisser les aspérités et d'orienter les soucis vers un commun objectif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.