Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tradition est de retour
YENNAYER 2962: ORAN
Publié dans L'Expression le 12 - 01 - 2012

Un imposant programme culturel est proposé aux Oranais
Le péjoratif «Kabyle d'Oran» ou encore le vocable «Zouaoui» sont définitivement bannis des débats locaux laissant place à la cohabitation des cultures et des traditions ancestrales.
Dans une véritable prise de conscience culturelle et identitaire, la ville des deux lions, «Ihrane (Wahrane)» célèbre ces dernières années le Nouvel An amazigh. Se reconnaissant en tant qu'Amazighs d'Algérie, les Oranais et à l'instar de leurs concitoyens du reste du pays, jubilent, pendant toute une semaine, du fait que cette tradition, qui a quelque peu disparu durant les années 1960 et 1970, soit revenue et célébrée en grande pompe le 12 janvier de chaque année et ce, durant les deux dernières décennies.
L'honneur revient à l'association Numidia qui a bravé tous les interdits en déterrant une tradition ancestrale tandis que le Haut Commissariat à l'amazighité est venu en appoint donnant une dimension internationale à une événement international puisque celui-ci est rentré en vigueur 50 ans avant Jésus-Christ lorsque le roi Chachnak avait siégé en tant que patron des Oasis égyptiens de Siwa.
L'événement est plus que culturel puisque celui-ci porte dans ses dimensions la valorisation du patrimoine historique dont regorge cette terre à la civilisation enracinée.
Le péjoratif «Kabyle d'Oran» ou encore le vocable «Zouaoui» sont définitivement bannis des débats locaux laissant place à la cohabitation des cultures et des traditions ancestrales. Nombreux sont ces Oranais qui n'hésitent pas à venir prendre part à une festivité fièrement célébrée.
Un riche programme est à cet effet concocté.
Ce dernier, qui s'étalera du 10 au 14 du mois en cours, aura pour cadre la médiathèque, le Théâtre régional(TRO), ainsi que dans certains centres culturels d'El Bahia.
Près de 200 personnes prendront part aux festivités.
Le programme proposé est très riche et certaines activités sont d'une grande originalité tel le défilé-déguisement qui a eu lieu hier à la place «El Kahina».
Aussi, les handicapés et les pensionnaires du centre des personnes âgées auront à déguster un dîner préparé dans les traditions de l'ouest du pays.
D'autres populations célèbrent collectivement le Nouvel An amazigh et ce, dans leurs villages et domiciles. C'est le cas de la localité de Béni Senous dans la wilaya de Tlemcen.
En effet, sur les hauteurs des montagnes de Lakhmis, les populations sortent au crépuscule pour fêter Yennayer dans un climat digne du carnaval à haute symbolique.
Des jeunes, le visage masqué avec de petites peaux en cuir, sillonnent les artères du village en souhaitant une année fertile et fructueuse aux populations locales. Lors de cette sortie, les jeunes accèdent à l'intérieur de toutes les habitations du village sans qu'un refus ou une opposition ne leur soit signifiés.
A Mascara, la célébration du Nouvel An berbère est entrée dans les moeurs et les traditions de la région de Béni Chougrane.
La journée du 12 janvier est célébrée en famille de différentes manières. La grand -mère, prépare un mélange appelé localement El Midouna ou El Mkhalat qu'elle offre à ses petits-enfants.
Le lendemain, les voisins s'échangent des mets traditionnels comme le berkoukès aux abats de mouton soigneusement conservés depuis l'Aïd El-Adha.
Des familles, gratifiées par une nouvelle naissance masculine le jour du Nouvel An, coupent les cheveux du nouveau-né pour la première fois et ce, dans une cérémonie à laquelle prendront part le maximum d'invités, la finalité étant de partager les joies de la fête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.