14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hatem Ali n'a pas su égaler le grand maître Mustapha Akkad
Publié dans L'Expression le 05 - 08 - 2012

Après quinze jours de Ramadhan, le feuilleton Omar, produit par Qatar TV et le groupe MBC commence à perdre peu à peu de l'audience. Les téléspectateurs arabes et en particulier algériens sont déçus par le traitement de l'histoire du Prophète (Qsssl) et surtout par la qualité de la réalisation. Plusieurs anomalies ont été recensées par les critiques et les professionnels exposant une grande différence entre l'histoire de l'Islam version Akkad et l'histoire de l'Islam version Hatem Ali. Contrairement à la version cinéma, la version feuilleton est très longue et certains détails posent problème. Ainsi, les téléspectateurs n'ont pas compris pourquoi le réalisateur a mis l'accent sur l'histoire de Ouahchi, (Le tueur de Hamza), devenant très bavard et surtout lui construisant une histoire d'amour avec une autre esclave noire. Le réalisateur Hatem Ali lui a consacré plus de place que Bilal qui était un peu le héros dans la version réalisée par Akkad en 1975. L'autre différence entre les deux versions, c'est la mise en vedette d'Omar (ce qui est normal puisque c'est le héros du feuilleton). Le réalisateur a totalement effacé l'Oncle du Prophète Hamza (Qsssl), qui a été le héros principal dans la version cinéma. Pour certains critiques, la mise en vedette de Hamza dans la version cinéma d'Akkad était en raison de l'impossibilité de montrer les compagnons du Prophète (Qsssl) à l'écran. Maintenant qu'on peut les montrer, on peut exclure les seconds rôles de la version feuilleton. Dans la version cinéma trois personnages principaux occupaient l'écran: Hamza, Abou Sofiane et Hind. Dans la version feuilleton, les trois principaux personnages sont: Omar, Abou Bakr et surtout Ali, qui est présenté dans les traits d'un bel homme à l'allure élégante, sûrement pour plaire surtout au Haut Conseil chiite qui a validé la production de ce feuilleton. Mais au-delà de la distribution des rôles, c'est surtout la mise en scène qui a été la grande faillite du feuilleton Omar. Contrairement à Mustapha Akkad, Hatem Ali a totalement raté la mise en scène de la bataille de Badr et de Ouhoud. Malgré les moyens colossaux dont disposait le réalisateur syrien, il n'a pas su dépasser ou même égaler la version du film Errissala de Akkad, dont les deux batailles ont été les passages clés et les plus appréciés du film. Mauvaise synchronisation des combats, pas de chute en cascades et surtout l'absence de combat individuel de haute qualité comme ce fut le cas dans la version cinéma de Akkad. Cette différence de réalisation est le résultat de la différence de formation des deux réalisateurs syriens. L'un a été formé sur les plateaux de Hollywood et l'autre sur les plateaux de Damas et d'Alep. Akkad a pour référence cinématographique le cinéma américain et le film Laurence d'Arabie de David Lean (d'ailleurs plusieurs techniciens du film et le musicien Maurice Jarre, qui avait contribué au succès de Laurence d'Arabie ont travaillé sur le film Errissala de Akkad). Alors que Hatem Ali a pour référence cinématographique le cinéma turc et iranien. C'est pour cette raison qu'il a doublé les voix de Omar et Ali enfant avec les mêmes que celles qui effectuent le doublage en arabe des films religieux iraniens. Mais le comble de la mauvaise réalisation c'est surtout le choix d'un comédien tunisien de bas de gamme pour le rôle d'Héraclius l'empereur romain, alors que Akkad avait utilisé un comédien anglais Ronald Lee Hunt. Ce qui démontre une grande différence entre le grand maître du cinéma Mustapha Akkad et le petit prince du feuilleton arabe Hatem Ali.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.