Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nippones n'ont pas la cote en Chine
INTERNATIONAL
Publié dans L'Expression le 11 - 11 - 2012

Alors que les japonaises marquent le pas, les allemandes progressent remarquablement sur le marché chinois.
Les ventes d'automobiles japonaises en Chine, premier marché mondial du secteur, ont chuté de 59,4% sur un an au mois d'octobre, dans un marché de voitures de tourisme en progression de 6,4%, a rapporté l'Association chinoise des constructeurs automobiles (Caam).
Les ventes de voitures nippones sur le premier marché mondial du secteur avaient commencé à baisser au mois de septembre dernier, à la suite de l'exacerbation d'un différend territorial autour d'îles inhabitées en mer de Chine orientale entre Pékin et Tokyo, et d'une vague de manifestations anti-japonaises en Chine. Le mois dernier, la part de marché des voitures japonaises en Chine était de 7,6%, avec 98 900 véhicules vendus, en recul de 4,6 points de pourcentage par rapport à septembre et en chute de 12,3 points de pourcentage sur un an, a précisé la même source, soit l'association proche du gouvernement. Sur les dix premiers mois de l'année, les ventes de voitures de marque japonaise ont reculé de 4,2%, tandis que celles allemandes ont progressé de 21,8%. Par rapport à septembre, les ventes de voitures japonaises en Chine, qui sont assemblées en majorité sur place, ont encore plongé de 38,2% le mois dernier. «Alors que le conflit territorial entre la Chine et le Japon ne s'aggrave pas, mais ne s'apaise pas non plus, les véhicules de marque japonaise continuent à voir leur part de marché diminuer rapidement», selon Namrita Chow, de IHS Automotive basée à Shanghai.
«Les marques sud-coréennes, nord-américaines ainsi qu'allemandes devraient récupérer des parts de marché», a-t-elle estimé dans une note d'analyse publiée cette semaine. L'ensemble du marché automobile chinois, toutes catégories confondues, a progressé de 5,3% en octobre sur un an à 1,6 million d'unités vendues, selon la Caam. Les ventes de voitures de tourisme, premier segment du marché, se sont élevées le mois dernier, à 1,3 million d'unités. L'association professionnelle a ajouté que durant les dix premiers mois de l'année, les ventes toutes catégories confondues (voitures de tourisme, bus, camions) ont progressé de 3,6% à 15,7 millions d'unités, dont 12,6 millions de voitures de tourisme, une catégorie qui a progressé de 6,9% sur un an.
En septembre, le marché automobile chinois avait baissé de 1,8% sur un an, sous l'impact des manifestations anti-japonaises. Sans surprise, la Caam a aussi constaté pour le mois dernier «une forte augmentation de la baisse de la production de voitures de marques japonaises par rapport au même mois de l'an dernier».
Plusieurs constructeurs nippons ont annoncé avoir réduit leur production en Chine et Toyota a annoncé cette semaine qu'il craignait de vendre 200 000 véhicules de moins dans ce pays entre octobre et mars à cause de la vague anti-japonaise.
Après un boom en 2009 et 2010, les ventes d'automobiles en Chine n'ont progressé que de 2,5% l'an dernier, suite à la suppression par le gouvernement de mesures incitatives à l'achat et à la restriction par certaines métropoles du nombre de véhicules en circulation, afin de limiter pollution et embouteillages.
Mais les constructeurs étrangers ont dans l'ensemble mieux résisté que leurs concurrents chinois à ce ralentissement du marché, grâce à une notoriété plus forte de leurs marques et à une réputation de qualité supérieure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.