Le spectre de l'inconnu    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Le Hirak entre l'admiration et la peur    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Pour une présidentielle dans 6 moi    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les six revendiquent l'indépendance de la justice
LE THÈME DU JOUR
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2004

Une justice indépendante, colonne vertébrale d'un Etat de droit, occupe le premier plan dans les préoccupations des six candidats.
Ainsi, Benflis déclare, d'emblée, que «l'indépendance du juge sera renforcée par une modification du statut de la magistrature» en conférant aux magistrats le droit de l'inamovibilité et une sécurisation de la carrière. Dans la même perspective, l'ex-chef de gouvernement recommande que «le Conseil supérieur de la magistrature devra être pleinement autonome sur le plan financier et fonctionnel». D'autre part, le statut des avocats sera révisé dans le sens «d'un renforcement de l'indépendance de la profession, et de la pleine consécration des droits de la défense». En outre, le statut du notariat sera, également, refondu afin de «renforcer le rôle des notaires dans les transactions, et d'assurer leur protection». Sur un autre volet, l'ex-bâtonnier d'Alger promet des tribunaux administratifs qui seront mis en place et que «l'organisation judiciaire administrative sera rendue effective». S'agissant de la réforme du secteur, Benflis ambitionne la modernisation de la gestion des juridictions par al'introduction des techniques modernes de l'information et de la communication. Bouteflika, quant à lui, souligne que «la réhabilitation de l'autorité de l'Etat et le rétablissement de la primauté de la loi seront promus avec l'adhésion de toute la société». Dans cet ordre d'idées, la réforme de la justice sera, indique le candidat, axée sur «la poursuite de la modernisation des juridictions dans leurs moyens de travail et dans leur spécialisation, la finalisation de la révision et de l'harmonisation de la législation afin de l'adapter aux mutations du pays ainsi qu'à l'évolution du droit universel». Dans ce sillage, Bouteflika projette «la valorisation du statut social des juges et personnels de la justice, de sorte à les mettre à l'abri de toute influence mais aussi de toute perversion qui ne saurait être tolérées». Concernant l'encadrement humain, le président sortant envisage «l'accroissement des effectifs des juges et des auxiliaires de justice dont les avocats, notaires et huissiers, appuyé par une formation améliorée, y compris la spécialisation». Traduisant son projet par des chiffres, Bouteflika table sur une augmentation de 50% du nombre des juges. Djaballah, pour sa part, estime que la réforme de la justice constitue un élément moteur dans la réforme globale du système politique. Ainsi, le candidat islamiste recommande «la réforme du système judiciaire en vue de garantir l'indépendance et l'efficacité de la justice». Dans la même optique, ce licencié en sciences juridiques appelle à «décréter le droit de juger sur l'inconstitutionnalité des lois devant les tribunaux». Pour Hanoune, la seule voie salvatrice reste «l'élection d'une Assemblée constituante souveraine détentrice de tous les pouvoirs, qui désigne un gouvernement responsable devant elle, élabore une Constitution qui consacre la souveraineté du peuple». Mettant en garde contre toute ingérence étrangère, la candidate du PT relève que «c'est aux Algériens et à eux seuls d'établir entre eux les règles consacrant le respect des libertés démocratiques, le multipartisme, l'indépendance de la justice, l'égalité en droit, la liberté de presse, d'opinion et d'organisation». Rebaïne, lui, plaide pour «une justice indépendante de toute ingérence directe ou indirecte d'ordre politique». Concrètement parlant, le candidat de AHD 54 envisage l'institution d'un statut particulier des magistrats ainsi qu'une organisation syndicale composée de touts les acteurs de la justice. Quant à Sadi, il juge que la réforme de la justice est une «priorité» en revendiquant, au passage, une justice indépendante et impartiale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.