"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les six revendiquent l'indépendance de la justice
LE THÈME DU JOUR
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2004

Une justice indépendante, colonne vertébrale d'un Etat de droit, occupe le premier plan dans les préoccupations des six candidats.
Ainsi, Benflis déclare, d'emblée, que «l'indépendance du juge sera renforcée par une modification du statut de la magistrature» en conférant aux magistrats le droit de l'inamovibilité et une sécurisation de la carrière. Dans la même perspective, l'ex-chef de gouvernement recommande que «le Conseil supérieur de la magistrature devra être pleinement autonome sur le plan financier et fonctionnel». D'autre part, le statut des avocats sera révisé dans le sens «d'un renforcement de l'indépendance de la profession, et de la pleine consécration des droits de la défense». En outre, le statut du notariat sera, également, refondu afin de «renforcer le rôle des notaires dans les transactions, et d'assurer leur protection». Sur un autre volet, l'ex-bâtonnier d'Alger promet des tribunaux administratifs qui seront mis en place et que «l'organisation judiciaire administrative sera rendue effective». S'agissant de la réforme du secteur, Benflis ambitionne la modernisation de la gestion des juridictions par al'introduction des techniques modernes de l'information et de la communication. Bouteflika, quant à lui, souligne que «la réhabilitation de l'autorité de l'Etat et le rétablissement de la primauté de la loi seront promus avec l'adhésion de toute la société». Dans cet ordre d'idées, la réforme de la justice sera, indique le candidat, axée sur «la poursuite de la modernisation des juridictions dans leurs moyens de travail et dans leur spécialisation, la finalisation de la révision et de l'harmonisation de la législation afin de l'adapter aux mutations du pays ainsi qu'à l'évolution du droit universel». Dans ce sillage, Bouteflika projette «la valorisation du statut social des juges et personnels de la justice, de sorte à les mettre à l'abri de toute influence mais aussi de toute perversion qui ne saurait être tolérées». Concernant l'encadrement humain, le président sortant envisage «l'accroissement des effectifs des juges et des auxiliaires de justice dont les avocats, notaires et huissiers, appuyé par une formation améliorée, y compris la spécialisation». Traduisant son projet par des chiffres, Bouteflika table sur une augmentation de 50% du nombre des juges. Djaballah, pour sa part, estime que la réforme de la justice constitue un élément moteur dans la réforme globale du système politique. Ainsi, le candidat islamiste recommande «la réforme du système judiciaire en vue de garantir l'indépendance et l'efficacité de la justice». Dans la même optique, ce licencié en sciences juridiques appelle à «décréter le droit de juger sur l'inconstitutionnalité des lois devant les tribunaux». Pour Hanoune, la seule voie salvatrice reste «l'élection d'une Assemblée constituante souveraine détentrice de tous les pouvoirs, qui désigne un gouvernement responsable devant elle, élabore une Constitution qui consacre la souveraineté du peuple». Mettant en garde contre toute ingérence étrangère, la candidate du PT relève que «c'est aux Algériens et à eux seuls d'établir entre eux les règles consacrant le respect des libertés démocratiques, le multipartisme, l'indépendance de la justice, l'égalité en droit, la liberté de presse, d'opinion et d'organisation». Rebaïne, lui, plaide pour «une justice indépendante de toute ingérence directe ou indirecte d'ordre politique». Concrètement parlant, le candidat de AHD 54 envisage l'institution d'un statut particulier des magistrats ainsi qu'une organisation syndicale composée de touts les acteurs de la justice. Quant à Sadi, il juge que la réforme de la justice est une «priorité» en revendiquant, au passage, une justice indépendante et impartiale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.