Andy Delort seul absent pour le déplacement de Montpellier à Reims    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    L'avocat de Blida libéré hier    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition muselée
Boycott de la présidentielle
Publié dans El Watan le 13 - 03 - 2014

Les leaders des cinq partis politiques et les personnalités nationales, ayant organisé le sit-in contre la présidentielle du 17 avril prochain, ont vivement condamné la répression policière qui s'est abattue sur eux.
Les cinq leaders de formations politiques, notamment Abderrazak Makri du MSP, Mohcine Belabbas du RCD, Mohamed Douibi d'Ennahda, auxquels se sont joints le FJD de Abdallah Djaballah, Soufiane Djilali de Jil Jadid, Ahmed Benbitour ainsi que Mohand-Tahar Yala, qui se sont retirés de la course à la présidentielle, ont déploré, hier dans un communiqué rendu public à l'issue du rassemblement empêché, «le jeu malsain du pouvoir et le recours à la force pour empêcher les citoyens de s'exprimer librement». Ils ont qualifié le traitement qui leur a été réservés de «honteux» et de «scandaleux». «Pour cette première action, nous avons décidé de la limiter aux directions et à quelques cadres des partis, nous n'avons pas appelé à un rassemblement et nous avons informé les pouvoirs publics de notre action.
Nous ne comprenons pas alors pourquoi autant de policiers. Le pouvoir veut-il rendre visible notre manifestation», se demandent les représentants de la coordination. «Le pouvoir veut tuer dans l'œuf toute volonté d'expression, pourtant garantie par la Constitution. La notion de fermeture et de blocage est apparemment ancrée dans les mentalités de nos dirigeants», dénoncent les initiateurs de cette action en faveur du boycott. La coordination nationale pour le boycott refuse d'abdiquer. Elle envisage de tenir d'autres rassemblements pour briser le mur de la peur.
«Par cette action, nous avons réussi à pousser le régime à se dévoiler et nous avons trouvé que les forces politiques peuvent se mettre en action dans l'union et l'action pour discréditer et disqualifier la mascarade en cours», soutiennent les initiateurs du boycott qui continueront à dire «non au coup d'Etat» des partisans du 4e mandat. La coordination, qui s'est réunie hier, a en effet décidé d'occuper le terrain de manière pacifique. Elle maintient ainsi le meeting du 21 mars à la salle Harcha. «Nous attendons une autorisation des autorités, si on ne nous l'accorde pas, nous déciderons alors de la démarche à suivre», lit-on dans le communiqué. Les boycotteurs renouvellent, encore une fois, leur appel aux candidats en lice à se retirer de cette «farce électorale» dont le résultat est connu d'avance au vu du parti pris de l'administration et des différentes institutions en faveur du Président-candidat.
Pour la coordination, la participation à ce scrutin n'est qu'«une caution à un processus porteur d'un danger imminent pour les intérêts et la stabilité du pays». Les boycotteurs du scrutin présidentiel comptent tracer «une feuille de route pour une campagne à travers toutes les wilayas du pays afin d'appeler le peuple à boycotter massivement ces élections qui consacrent la médiocrité, la fraude et la corruption» et à contribuer «activement» à un changement pacifique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.