Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    «La pensée libre» à la barre    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    LDC : Mendy libère le Real Madrid face à l'Atalanta    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mesures d'urgences du gouvernement
REDUCTION DES BUDGETS, RESTRICTION DES IMPORTATIONS, MISE EN STAND-BY DE CERTAINS PROJETS, FIN REELLE DE L'INFORMEL...
Publié dans L'Expression le 18 - 12 - 2014

Le gouvernement pourrait même donner l'exemple en concédant une baisse des salaires des ministres, députés et autres fonctionnaires de l'Etat.
Le faste train de vie de l'Etat, c'est du passé! Fini l'époque où il dépensait sans compter. Face à la baisse du prix du pétrole, le gouvernement est appelé à serrer la ceinture. Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a déjà tiré la sonnette d'alarme en organisant deux conseils interministériels pour étudier les options qui permettront de faire face au crash pétrolier actuel. Les principales mesures retenues sont de mettre en stand-by certains projets et rationaliser les dépenses de certains ministères. Les départements dits «budgétivores» comme l'énergie, l'industrie, l'habitat, les travaux publics et l'enseignement, sont les premiers concernés. C'est ainsi qu'on apprend que des projets qui ne sont pas considérés comme vitaux seront reportés jusqu'à ce que le pétrole retrouve son cours normal. Des arbitrages vont être faits de sorte à ne pas toucher des projets stratégiques structurant. Nos sources citent l'exemple de la réalisation de lignes de tramway dans certaines wilayas du Sud, renvoyée aux calandes grecques. Tout comme l'autoroute des Haut-Plateaux qui si elle est maintenue, devra trouver d'autres sources de financement que le budget de l'Etat. Le budget équipement, dont la consommation n'excède pas habituellement les 50%, sera également réduit.
Néanmoins, face à l'importance stratégique des secteurs cités, la rationalisation devrait toucher plus les «petits» ministères. Les Sports, la Culture et les Moudjahidine seraient les premiers concernés, tout comme le Tourisme et l'Artisanat, la Pêche et des Ressources halieutiques, l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, la Poste et des Technologies de l'information et de la communication et les Affaires religieuses et des Wakfs. Le Sport et particulièrement la Culture qui ont englouti des milliards ces dernières années seront appelés à réduire leurs dépenses au strict minimum. Les dépenses seront sévèrement contrôlées. Toute anomalie sera durement sanctionnée.
Mais avant d'entamer ces restrictions budgétaires, les ministres seraient appelés à montrer l'exemple en réduisant leurs salaires. Ils devraient être suivis par les walis et les autres hauts fonctionnaires de l'Etat. Les députés et leurs 30 millions, qui ont eu l'indécence de réclamer des augmentations salariales, pourraient être obligés de consentir les mêmes sacrifices. Ce qui serait tout à fait normal au vu du scandale que suscitent leurs mirobolants salaires dans la société. Cependant, la restriction n'est pas la seule option retenue par le gouvernement pour faire face à la crise. Une action plus vigoureuse pour faire entrer le secteur informel dans la légalité sera entamée dans les plus brefs délais. Il est aussi question de recouvrement des dettes que certains privés doivent à l'Etat, ses institutions et ses entreprises. Le transfert illicite de devise et la politique du tout-importé sont aussi dans la ligne de mire du gouvernement. D'ailleurs, il a pris des mesures pour interdire l'importation des produits qu'on trouve localement. Le Premier ministre a donné instruction à tout le secteur public de consommer «made in Algeria». Ils devront éviter aux maximum de s'approvisionner à l'étranger, sauf en cas de nécessité. C'est-à-dire lorsque ces produits ne sont pas fabriqués localement. Aucun produit local ne doit être concurrencé par un autre importé. Pour ce qui est des produits de gourmandise et autres de luxe, facultatifs pour l'Algérien moyen, ils sont carrément interdits d'importation. Il est vrai que l'Etat ne peut plus continuer à dépenser ses devises en fruits exotiques, shampoings, vêtements...En fait, à la lecture de ces premières mesures on se rend compte que le gouvernement va tout simplement mettre fin à l'anarchie pour revenir à un fonctionnement «normal». Finalement, la chute du prix de ce malheureux baril n'est pas aussi mauvaise que cela...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.