Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A chacun sa «clim»
ALGER SOUS LA CANICULE
Publié dans L'Expression le 26 - 08 - 2004

Les occupants des chalets restent les plus vulnérables.
Il pleut la chaleur. Alger suffoque. Bien qu'habitués à des températures plus ou moins élevées, on fait comme on peut, pour s'acclimater à la canicule qui sévit depuis trois jours.
De la place Maurice Audin, située au coeur d'Alger à la rue Larbi Ben M'hidi, le va-et-vient habituel a pris un sérieux coup de fouet. Brasseries, cafés, tavernes et autres lieux «rafraîchissants» sont pris d'assaut par les citoyens. «Plus qu'avant, les gens achètent de l'eau minérale, en petites et grandes bouteilles, les boissons gazeuses, les jus...» jubile un cafetier de la rue de Tanger, heureux sans doute, de voir ses ventes ainsi accrues.
Plus loin, un marchand de glaces, le front dans le «frigo», s'affaire tant bien que mal à satisfaire les dizaines de personnes, femmes et enfants agglutinées autour de son magasin. «J'ai dû renforcer les stocks pour faire face à la demande croissante, notamment durant ces deux jours» explique-t-il. D'autres encore - ils sont plus nombreux ceux-là - n'ont pas vu mieux que d'aller «éteindre le brasier» dans les plages qui entourent, d'est en ouest, la capitale. Les plus audacieux occupent les lieux balnéaires jusqu'à une heure tardive de la soirée s'offrant le plaisir d'un dîner au bord de l'eau, bercés par le bruit des vagues. Surpris, lundi soir, par le bulletin «alerte» des services météorologiques annonçant, via les médias, des pics de chaleur pouvant atteindre 46 degrés à l'ombre, les habitants d'Alger, comme ceux des autres villes du pays, ont été pris de court. Alors que d'aucuns avaient misé sur une fin de saison plus clémente et un retour progressif aux normes saisonnières, la nature, elle, n'entend pas les choses de la même oreille. Durant trois jours, lundi, mardi et mercredi, ce qu'on redoutait tant est arrivé, Alger est devenue un étouffoir.
Quant aux moyens, notamment les climatiseurs, leurs prix restent, en dépit de la diversité du produit et la concurrence sur le marché, hors de portée des bourses modestes. Les coûts varient entre 30.000 et 80.000 DA selon la particularité de chaque produit. A défaut donc d'une aération «sophistiquée», on se rabat sur les ventilateurs classiques que les marchands proposent à des prix largement plus accessibles, allant de 3000 à 6000 DA. C'est ainsi que même la qualité de l'aération diffère d'une famille à une autre. «On étouffe! Midi passé, je prends ma femme et mon bambin pour élire domicile, jusqu'en début de soirée, dans la plage avoisinante» raconte, Ahmed Z. 42 ans, comptable à la Snvi, qui, sinistré du séisme du 21 mai dernier, occupe, à ce jour, un chalet situé à la sortie ouest de la ville d'Aïn-Taya, à une trentaine de kilomètres à l'est d'Alger. Si partout ailleurs les pics caniculaires «records» se font lourdement sentir, à l'intérieur des chalets, la vague de chaleur est doublement suffocante. Car le bois, explique Ahmed, est l'une des matières qui retiennent le plus la chaleur. A l'intérieur du site, où sont logés, depuis l'automne dernier, une centaine de familles venant de nombreuses communes et autres régions limitrophes, Réghaïa, Bordj El Bahri, Belcourt, Bourouba mais aussi Aïn Taya, la vie est soumise à un rythme difficile, depuis que la canicule s'est abattue sur le pays telle une chape de plomb.
Hormis la plage, qu'envahissent en nombre les occupants des chalets, aucune autre destination n'est à même de soulager leur «souffrance». Souffrance traduite aussi par l'apparition sporadique de certaines maladies. Ainsi, ont été constatés aussi chez quelques personnes, des cas d'insolation, des difficultés respiratoires chez les asthmatiques. Quoi qu'il en soit, parmi les effets et les lourdes conséquences engendrées par cette vague de chaleur qui «calcine» depuis trois jours, de nombreuses régions du pays dont la capitale, apparaît la disparité souvent «injuste» entre les modes de vie, celui des riches et celui misérable, des pauvres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.