Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    D'importants dégâts matériels enregistrés    L'alimentation en eau potable perturbée    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Réouverture de la promenade des Sabelettes : Campagne de désinfection    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix pétroliers vont rester sous les 50 dollars
LA DEGRINGOLADE VA SE POURSUIVRE
Publié dans L'Expression le 25 - 08 - 2015

Loin de ce qui avait pu être affirmé il y a quelques mois, les prix pétroliers ne tendront pas vers les 200 dollars le baril, mais vont rester sous les 50.
Gérard Vespierre, associé fondateur de Strategic Conseils et chercheur associé à la Fondation pour l'étude du Moyen-Orient (Femo) constate dans La Tribune que le monde assiste depuis le 6 juillet à une nouvelle baisse spectaculaire du prix du baril de pétrole et le baril de Brent, référence européenne, qui est passé de 61 à 49 dollars, une baisse de 20% en un mois. «Nous nous retrouvons presque au niveau des prix les plus bas du mois de janvier, après la chute du dernier trimestre 2014, et le rebond à 65 dollars au printemps même si les prévisions établies par les organismes internationaux tablaient sur un prix du baril à 60 dollars en moyenne sur l'année.
Que se passe-t-il? s'interroge le spécialiste. Selon lui, «nous arrivons à un carrefour, où les routes qui s'appellent évolution de la production, tendance de la consommation, niveau de stock, convergent pour prendre un tournant que l'on voulait ne pas voir venir». Après la spectaculaire chute des prix, nombreux étaient les commentaires expliquant que ce nouveau niveau de prix allait conduire les Etats-Unis à réduire leur production de pétrole de schiste car leur coût d'extraction élevé, autour de 60 dollars, les ferait produire à perte. Les indications montrent clairement que sur les six premiers mois de 2015 la production américaine a continué de progresser. Les perspectives des six prochains mois sont à la décélération, avec une projection de production de 9,2 millions de barils par jour en décembre. «Néanmoins cela donnera une production moyenne de 2015 autour de 9,3 mb/j, soit 10% de plus que la production moyenne de 2014», est-il indiqué. Les Etats-Unis ne sont pas seuls dans la situation d'augmenter leur production, mais il y a aussi le Canada qui continue également sur la même voie. Et pour le futur, les regards se tournent vers l'Iran qui aura certainement dans les temps à venir comme objectif d'augmenter ses recettes pétrolières.
«Dans le carrefour du pétrole 2015, nous sommes donc dans une trajectoire de production toujours à la hausse», est-il ajouté. Pour la demande et la tendance de la consommation, l'analyste souligne que si l'on considère dans un premier temps les tendances macro-économiques, et la croissance des grands pays industriels, il convient de dire que l'année 2015 est en ralentissement par rapport soit aux prévisions soit aux taux de croissance 2014.
La Chine ralentit, et sa hausse de consommation de pétrole en 2015 se situerait à 0,3 mb/j seulement. Il y a cinq ans à peine, la hausse de la consommation chinoise se situait autour de 1 mbj et le ralentissement est spectaculaire.
Aux Etats-Unis, la croissance économique se profile à 1% de moins que prévu. La consommation de brut 2015 ne devrait donc pas être au rendez-vous des projections et se limiter à 0,2 - 0,3 mb/j. «Nous sommes donc aux Etats-Unis aussi dans un processus de ralentissement de la demande de pétrole brut», est-il souligné.
L'Europe continue aussi sa diminution-stagnation de consommation de pétrole, sous le cumul des effets d'une croissance faible, du développement des énergies renouvelables et des progrès techniques conduisant à la réduction de la consommation industrielle et automobile.
«L'excédent de production ne sera pas absorbé par une augmentation naturelle de la demande, mais par une réduction volontaire de la production.....
La prochaine réunion de l'Opep sera intéressante... Réduire la production au lieu de l'augmenter! 2015 est un grand carrefour», est-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.