Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Bahia se met à l'oeuvre
Publié dans L'Expression le 09 - 01 - 2016

Plusieurs conférences sont au programme de cette manifestation dans cette édition placée sous le thème de Yennayer symbole du renouveau amazigh et une histoire à revisiter.
C'est parti. Les rituelles activités culturelles célébrant l'avènement du Nouvel An amazigh ont commencé dès jeudi dans la deuxième capitale du pays, El Bahia-Wahrane. La 11e édition du Festival culturel de Yennnayer, qui est organisée par l'association Numidya, s'étalera du 7 au 15 janvier à Oran. Donnant le coup d'envoi au festival, le président de l'Association Numidia, Saïd Zamouche, est, dans son discours, revenu sur les différentes étapes historiques qui ont été à l'origine de l'instauration du Nouvel An amazigh. Le Festival culturel de Yennayer comprend un riche programme impliquant des conférences, spectacles et visites guidées sur des sites historiques comme le palais du Bey et le fort de Santa Cruz.
Le palais du Bey est situé dans le centre-ville d'Oran tandis que le deuxième est situé sur les hauteurs du mont Murdjadjo. Plusieurs conférences sont au programme de cette manifestation dans cette édition placée sous le thème de «Yennayer symbole du renouveau amazigh et une histoire à revisiter». Les organisateurs de cette rencontre culturelle mettent également le paquet sur la nécessité de la préservation de la protection de l'identité algérienne dans toutes ses composantes et ses repères. C'est d'ailleurs ce qui se traduit en faisant la lecture du large programme concocté cette année comme «Yennnayer, une fête, une culture et un patrimoine à sauvegarder et Yennnayer, segment identitaire, pour une journée chômée et payée. Un tel objectif constitue la principale revendication des défenseurs de l'identité amazighe, décréter officiellement la journée du Nouvel An amazigh en tant que fête nationale. Pour les organisateurs de la festivité, le ton est, comme à l'accoutumée, à l'intensification des activités faisant «l'apologie», plaidant au profit de l'identité amazighe. Sur le plan création artistique et littéraire, les comédiens et poètes de l'Association Numidia seront présents à cette occasion au Théâtre régional Abdelkader Alloula en présentant plusieurs pièces de théâtre. Idem pour les poètes affiliés à la même association. Ces artistes déclameront leurs poèmes. D'autres activités sont, par ailleurs, au programme dont un défilé d'habits traditionnels, un spectacle de danse. Si les activités principales sont organisées dans la médiathèque d'Oran, plusieurs autres sont domiciliées dans le théâtre régional Abdelkader-Alloula d'Oran, à la salle Es-Saâda (ex-Colisée), à l'université d'Oran et à l'auberge de la localité de Belgaïd. Le Festival culturel de Yennayer sera bouclé en beauté puisqu'un grand couscous à la recette amazighe sera préparé dans la soirée du jeudi, tel qu'édicté par la tradition ancestrale stipulant la réunion de la population offert le lendemain (vendredi) et un plat cuisiné à partir des ingrédients céréaliers. Aussi, le même festival sera encore une fois une occasion pour pérenniser davantage le célèbre carnaval de «Ayrad» (le lion). Cette activité est annuellement célébrée dans la wilaya de Tlemcen, très précisément dans la région des Béni Snous. En immortalisant un tel rite, l'Association Numidia a vu juste en produisant une telle tradition dans la salle Es-Saâda d'Oran par la troupe Idhebbalen-karkabou. Yennayer est le premier jour de l'année amazighe, célébré depuis l'Antiquité en Afrique du Nord. Il est témoin de l'ancienneté de l'histoire des hommes libres qui date de plus de 5 000 ans lorsque le roi Chachenak a détrôné le pharaon dans l'oasis de Siwa. Yennnayer marque également le premier jour du très sûr et précis calendrier agraire. Tamazight sera, à l'occasion de la future Constitution, langue officielle. Les responsables de l'Association Numidia, ayant oeuvré pour le développement de la langue et de l'identité amazighes bien avant l'ouverture du champ politique, s'inscrivent au diapason avec toutes les mutations venant au profit de cette culture. C'est d'ailleurs ce qu'ont indiqué plus d'un en déclarant que «nous poursuivrons notre oeuvre, développer la langue amazighe en l'enseignant dans les locaux de l'association.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.