Dans les starting-blocks    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Avec 280 000 places pédagogiques pour la rentrée de février : Engouement croissant pour la formation professionnelle    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Gouvernance vertueuse    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Je suis un cinéaste libre et indépendant..."
MOHAMED MALAS, PRESIDENT DE LA SECTION LONG METRAGE AU FIOFA 2016, À L'EXPRESSION
Publié dans L'Expression le 01 - 08 - 2016

Mohamed Malas est né à Quneîtra, en Syrie, en 1945. Après un diplôme à l'Ecole normale de Damas, il enseigne dans un lycée de 1965 à 1968. En 1974, il part à Moscou suivre des cours de cinéma et commence à travailler à la télévision syrienne, comme réalisateur de documentaires, la même année et y collaborera jusqu'en 1989. En 1980, il a réalisé son premier long métrage de fiction, «Les Rêves de la ville». En 1987, il signe un documentaire, «Le Rêve», et en 1992, son second long métrage de fiction, «La Nuit», «Passion», en 2004 et «La porte orientale» en 2012. Discret, mais imposant, nous avons interviewé le réalisateur syrien le jour de la clôture avant de connaître le palmarès. Il nous donne notamment ses impressions sur le festival et les films...
L'Expression: J'imagine que c'est la première fois que vous venez en Algérie, quelle impression avez -vous de ce festival?
Mohamed Malas: Oui c'est la première fois que je viens à Oran. Je pense que ce festival est important pour le film arabe car il tente de véritablement exprimer et découvrir les énergies présentes, aujourd'hui, dans les pays arabes. En étant pour la première ici je me sens bien et j'ai de bonnes impressions sur le festival. Il me semble qu'il est devenu l'un des principaux festivals dans le monde, particulièrement car il n'existe pas beaucoup de films qui se consa-crent entièrement au film arabe.
Etre président d'un jury c'est une lourde responsabilité j'imagine...
Oui, c'est une responsabilité bien évidemment. Le choix des films sélectionnés était varié dans la réalisation et dans la diversité des pays. On a pu voir des films en provenance d' Irak, de Syrie, Liban, Palestine, Egypte. Sinon, les films ne sont pas tous d'une seule facture, mais en général, ils abordent toutes les situations actuelles qui prévalent dans le Monde arabe.
En tant que réalisateur syrien comment voyez-vous la situation cinématographique en Syrie?
Naturellement, il existe pas mal de films qui sont produits en Syrie en nombre, quant à leur qualité, aujourd'hui le secteur public produit jusqu'à cinq films par an. Ce n'est pas normal car c'est dû à la crise politique. Mais la production continue et augmente et cela est dû à la volonté de l'Etat qui veut voir plus de films qui donne sa vision des choses et point de vue. L'Etat a besoin de films de propagande pour lui-même.
C'est ce qu'on a vu au courant de cette section avec des films nationalistes à souhait...
Oui...il y en avait.
En tant qu'artiste comment vivez-vous la guerre?
Je vis à Damas, une des villes qui n'a pas été touchée par la guerre. Il y a effectivement des soucis sur le plan sécurité, mais la vie continue, elle ne peut pas s'arrêter. Elle n'est pas normale, mais on avance, ajoutés à cela des problèmes d'ordre social, économique ou sécuritaire. Moi, personnellement je ne produis pas de film avec l'aide de l'Etat, il faut le savoir. Je suis un réalisateur indépendant. Je fais des films basés sur des budgets modestes et sur des normes et l'aide de jeunes qui sont plus bénévoles et amoureux du cinéma. Je ne travaille pas avec ce qu'on appelle les stars. J'essaye toujours de travailler avec les moyens du bord, grâce aux fonds internationaux d'aide aux films arabes. N'importe quel fonds qui aide le cinéma dans le monde.
Quel regard portez-vous sur Bachar El Assad?
Je ne veux pas répondre à cette question, car cela fait 40 ans que j'essaye de réaliser des films basés beaucoup plus et exclusivement sur ma vision personnelle du réel, ses problèmes et ses préoccupations quant à son évolution. De ce fait, je n'ai jamais eu de relation avec un quiconque pouvoir politique ou autre. Par conséquent je me considère comme un cinéaste libre et je travaille selon ma propre liberté et ma vision des choses. Mes films m'appartiennent. Je réalise des films d'auteur. En Syrie il y a effectivement des difficultés à faire un film, mais pas des problèmes. si tu veux faire un film tu dois te confronter et suivre un comité de censure qui lit nos scénarios mais moi je considère que le cinéma est une grande force, qui même si on la surveille, on ne pourra jamais la lire de façon juste. Et si tu arrives à dépasser ces limites que l'on t'impose, tu pourras réaliser ton film avec plus de liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.