Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Je suis un cinéaste libre et indépendant..."
MOHAMED MALAS, PRESIDENT DE LA SECTION LONG METRAGE AU FIOFA 2016, À L'EXPRESSION
Publié dans L'Expression le 01 - 08 - 2016

Mohamed Malas est né à Quneîtra, en Syrie, en 1945. Après un diplôme à l'Ecole normale de Damas, il enseigne dans un lycée de 1965 à 1968. En 1974, il part à Moscou suivre des cours de cinéma et commence à travailler à la télévision syrienne, comme réalisateur de documentaires, la même année et y collaborera jusqu'en 1989. En 1980, il a réalisé son premier long métrage de fiction, «Les Rêves de la ville». En 1987, il signe un documentaire, «Le Rêve», et en 1992, son second long métrage de fiction, «La Nuit», «Passion», en 2004 et «La porte orientale» en 2012. Discret, mais imposant, nous avons interviewé le réalisateur syrien le jour de la clôture avant de connaître le palmarès. Il nous donne notamment ses impressions sur le festival et les films...
L'Expression: J'imagine que c'est la première fois que vous venez en Algérie, quelle impression avez -vous de ce festival?
Mohamed Malas: Oui c'est la première fois que je viens à Oran. Je pense que ce festival est important pour le film arabe car il tente de véritablement exprimer et découvrir les énergies présentes, aujourd'hui, dans les pays arabes. En étant pour la première ici je me sens bien et j'ai de bonnes impressions sur le festival. Il me semble qu'il est devenu l'un des principaux festivals dans le monde, particulièrement car il n'existe pas beaucoup de films qui se consa-crent entièrement au film arabe.
Etre président d'un jury c'est une lourde responsabilité j'imagine...
Oui, c'est une responsabilité bien évidemment. Le choix des films sélectionnés était varié dans la réalisation et dans la diversité des pays. On a pu voir des films en provenance d' Irak, de Syrie, Liban, Palestine, Egypte. Sinon, les films ne sont pas tous d'une seule facture, mais en général, ils abordent toutes les situations actuelles qui prévalent dans le Monde arabe.
En tant que réalisateur syrien comment voyez-vous la situation cinématographique en Syrie?
Naturellement, il existe pas mal de films qui sont produits en Syrie en nombre, quant à leur qualité, aujourd'hui le secteur public produit jusqu'à cinq films par an. Ce n'est pas normal car c'est dû à la crise politique. Mais la production continue et augmente et cela est dû à la volonté de l'Etat qui veut voir plus de films qui donne sa vision des choses et point de vue. L'Etat a besoin de films de propagande pour lui-même.
C'est ce qu'on a vu au courant de cette section avec des films nationalistes à souhait...
Oui...il y en avait.
En tant qu'artiste comment vivez-vous la guerre?
Je vis à Damas, une des villes qui n'a pas été touchée par la guerre. Il y a effectivement des soucis sur le plan sécurité, mais la vie continue, elle ne peut pas s'arrêter. Elle n'est pas normale, mais on avance, ajoutés à cela des problèmes d'ordre social, économique ou sécuritaire. Moi, personnellement je ne produis pas de film avec l'aide de l'Etat, il faut le savoir. Je suis un réalisateur indépendant. Je fais des films basés sur des budgets modestes et sur des normes et l'aide de jeunes qui sont plus bénévoles et amoureux du cinéma. Je ne travaille pas avec ce qu'on appelle les stars. J'essaye toujours de travailler avec les moyens du bord, grâce aux fonds internationaux d'aide aux films arabes. N'importe quel fonds qui aide le cinéma dans le monde.
Quel regard portez-vous sur Bachar El Assad?
Je ne veux pas répondre à cette question, car cela fait 40 ans que j'essaye de réaliser des films basés beaucoup plus et exclusivement sur ma vision personnelle du réel, ses problèmes et ses préoccupations quant à son évolution. De ce fait, je n'ai jamais eu de relation avec un quiconque pouvoir politique ou autre. Par conséquent je me considère comme un cinéaste libre et je travaille selon ma propre liberté et ma vision des choses. Mes films m'appartiennent. Je réalise des films d'auteur. En Syrie il y a effectivement des difficultés à faire un film, mais pas des problèmes. si tu veux faire un film tu dois te confronter et suivre un comité de censure qui lit nos scénarios mais moi je considère que le cinéma est une grande force, qui même si on la surveille, on ne pourra jamais la lire de façon juste. Et si tu arrives à dépasser ces limites que l'on t'impose, tu pourras réaliser ton film avec plus de liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.