Le Premier ministre inspecte la nouvelle cité 1200 logements AADL à Sid Bel Abbès    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Réserves énergétiques: le Président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    Accidents de la circulation: 2 morts et 128 blessés en 24 heures    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    La difficile mission de Belahcel    Le fabuleux déclin d'une incorrigible gaffeuse    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    Un nouveau volet dans le «dossier automobile»    Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    Nouvelle manifestation contre l'arrestation d'un gouverneur en Russie    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Plaidoyer pour une implication plus significative des EPSP dans la lutte contre Covid-19    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    On vous le dit    Ligue des champions d'Afrique : Le Cameroun refuse d'abriter le Final 4    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Identité de papier    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Crackers fromage-noix    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire, le cercle vicieux!
Publié dans L'Expression le 30 - 10 - 2016


Depuis le temps qu'on en parle, il fallait, d'une manière ou d'une autre, prendre le taureau par les cornes. Ce que l'ONU vient de faire. Il s'agit bien évidemment de l'interdiction de la dernière des cinq armes cataloguées comme «armes de destruction massive» [ADM]: le nucléaire. Dans ce contexte, la Première Commission de l'ONU (chargée du désarmement et de la sécurité internationale) a décidé, jeudi, d'organiser à partir de 2017, des négociations pour obtenir un traité interdisant les armes nucléaires. D'ores et déjà, deux séances de dialogue sont prévues (du 27 au 31 mars et du 15 juin au 7 juillet) à New York. Ce débat aura à dégager les axes permettant d'arriver rapidement à un consensus international. Ces dernières années, le monde avait avancé dans la mise hors la loi de certaines ADM pour préserver la sécurité de notre planète. C'est ainsi que, peu à peu, ont été interdites les armes biologiques (convention de 1972); les armes chimiques (convention de 1993); les mines antipersonnel (traité de 1997) et les armes à sous-munitions (convention de 2008). Cela assure, un tant soit peu, une sécurité du monde mise en porte-à-faux par l'existence incontrôlée des ADM. Quoique dangereuses, ces armes n'étaient pas pour autant les plus périlleuses au regard des armes nucléaires. Comment se fait-il alors que cette catégorie d'armes ait, jusqu'ici, échappé à son interdiction définitive? Tout simplement, parce que des pays refusent un tel traité, rejetant l'idée même de mettre cette question sur la table des discussions, comme cela a encore été démontré lors de l'Assemblée générale de l'ONU. Ainsi, ces pays ont-ils voté contre l'ouverture de négociations dans le sens que préconise l'ONU, consistant dans l'interdiction totale du nucléaire. Selon le communiqué de l'ONU, l'Assemblée générale, suivant les recommandations du Groupe de travail à composition non limitée, déciderait d'organiser, en 2017, «une conférence des Nations unies ayant pour objectif la négociation d'un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète». La résolution a été votée, jeudi, par 123 pays sur les 193 membres de l'AG/ONU, 38 ont voté contre et 16 se sont abstenus. Il est intéressant de noter que parmi les pays ayant voté contre se trouvent les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et Israël, puissances nucléaires, parmi les plus déterminées. Les Etats-Unis et la France, singulièrement, se justifièrent en arguant qu'il fallait «procéder par étapes» pour ne pas bouleverser «l'équilibre stratégique actuel» ou «mettre en péril la dissuasion». La bonne blague. Une dissuasion dont elles ont le monopole, interdisant, parallèlement, aux parties tierces ce qu'elles se permettent sans limites. Les entraves auxquelles fait face l'Iran en témoignent. Ces détenteurs de l'arme atomique, qui incitent les autres à renoncer à leur droit au nucléaire, s'attribuent en revanche l'exclusivité de la recherche, l'usage et le stockage du nucléaire. Or, dans le désarmement et l'interdiction des armes nucléaires, il y a surtout un engagement humain. Comment, Washington, Paris et Londres peuvent-ils rejeter un tel engagement, et/ou se justifier, alors que les armes nucléaires transgressent fondamentalement les principes de l'humanité? L'opposition des puissances nucléaires - et parmi elles les plus agissantes: les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et Israël - à l'interdiction des armes atomiques est moralement arbitraire et inacceptable. C'est la raison pour laquelle il faut délégitimer l'arme nucléaire comme l'ont été les autres armes de destruction massive [biologiques, chimiques, mines antipersonnel et à sous-munition]. Il est à noter, que les Etats-Unis ont incité, jeudi, leurs alliés à voter contre le projet de résolution sur l'interdiction du nucléaire. Les USA ont même prévenu, qu'une telle issue aurait «un impact direct» sur la «dissuasion renforcée» et la «possibilité» de leurs partenaires de participer à des opérations défensives conjointes. Pour la petite histoire, il faut relever que les Etats-Unis, s'ils ont signé les quatre conventions sur les ADM, n'ont en revanche paraphé aucune d'elles, à l'exclusion de la convention sur les armes biologiques. De fait, l'arme nucléaire a été utilisée par les Etats-Unis et l'ex-Urss - durant la Guerre froide - en tant qu'instrument de leur «équilibre de la terreur». Aussi, les pays qui détiennent cette arme destructrice ne sont guère intéressés par un désarmement effectif. La majorité qui s'est dégagée à l'ONU, jeudi, est prête à travailler - quitte à conclure sans eux - dans le sens d'une interdiction du nucléaire. Un processus, certes, long et ardu, mais qui garantira, à terme, la sûreté nucléaire de notre planète.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.