TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire, le cercle vicieux!
Publié dans L'Expression le 30 - 10 - 2016


Depuis le temps qu'on en parle, il fallait, d'une manière ou d'une autre, prendre le taureau par les cornes. Ce que l'ONU vient de faire. Il s'agit bien évidemment de l'interdiction de la dernière des cinq armes cataloguées comme «armes de destruction massive» [ADM]: le nucléaire. Dans ce contexte, la Première Commission de l'ONU (chargée du désarmement et de la sécurité internationale) a décidé, jeudi, d'organiser à partir de 2017, des négociations pour obtenir un traité interdisant les armes nucléaires. D'ores et déjà, deux séances de dialogue sont prévues (du 27 au 31 mars et du 15 juin au 7 juillet) à New York. Ce débat aura à dégager les axes permettant d'arriver rapidement à un consensus international. Ces dernières années, le monde avait avancé dans la mise hors la loi de certaines ADM pour préserver la sécurité de notre planète. C'est ainsi que, peu à peu, ont été interdites les armes biologiques (convention de 1972); les armes chimiques (convention de 1993); les mines antipersonnel (traité de 1997) et les armes à sous-munitions (convention de 2008). Cela assure, un tant soit peu, une sécurité du monde mise en porte-à-faux par l'existence incontrôlée des ADM. Quoique dangereuses, ces armes n'étaient pas pour autant les plus périlleuses au regard des armes nucléaires. Comment se fait-il alors que cette catégorie d'armes ait, jusqu'ici, échappé à son interdiction définitive? Tout simplement, parce que des pays refusent un tel traité, rejetant l'idée même de mettre cette question sur la table des discussions, comme cela a encore été démontré lors de l'Assemblée générale de l'ONU. Ainsi, ces pays ont-ils voté contre l'ouverture de négociations dans le sens que préconise l'ONU, consistant dans l'interdiction totale du nucléaire. Selon le communiqué de l'ONU, l'Assemblée générale, suivant les recommandations du Groupe de travail à composition non limitée, déciderait d'organiser, en 2017, «une conférence des Nations unies ayant pour objectif la négociation d'un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète». La résolution a été votée, jeudi, par 123 pays sur les 193 membres de l'AG/ONU, 38 ont voté contre et 16 se sont abstenus. Il est intéressant de noter que parmi les pays ayant voté contre se trouvent les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et Israël, puissances nucléaires, parmi les plus déterminées. Les Etats-Unis et la France, singulièrement, se justifièrent en arguant qu'il fallait «procéder par étapes» pour ne pas bouleverser «l'équilibre stratégique actuel» ou «mettre en péril la dissuasion». La bonne blague. Une dissuasion dont elles ont le monopole, interdisant, parallèlement, aux parties tierces ce qu'elles se permettent sans limites. Les entraves auxquelles fait face l'Iran en témoignent. Ces détenteurs de l'arme atomique, qui incitent les autres à renoncer à leur droit au nucléaire, s'attribuent en revanche l'exclusivité de la recherche, l'usage et le stockage du nucléaire. Or, dans le désarmement et l'interdiction des armes nucléaires, il y a surtout un engagement humain. Comment, Washington, Paris et Londres peuvent-ils rejeter un tel engagement, et/ou se justifier, alors que les armes nucléaires transgressent fondamentalement les principes de l'humanité? L'opposition des puissances nucléaires - et parmi elles les plus agissantes: les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et Israël - à l'interdiction des armes atomiques est moralement arbitraire et inacceptable. C'est la raison pour laquelle il faut délégitimer l'arme nucléaire comme l'ont été les autres armes de destruction massive [biologiques, chimiques, mines antipersonnel et à sous-munition]. Il est à noter, que les Etats-Unis ont incité, jeudi, leurs alliés à voter contre le projet de résolution sur l'interdiction du nucléaire. Les USA ont même prévenu, qu'une telle issue aurait «un impact direct» sur la «dissuasion renforcée» et la «possibilité» de leurs partenaires de participer à des opérations défensives conjointes. Pour la petite histoire, il faut relever que les Etats-Unis, s'ils ont signé les quatre conventions sur les ADM, n'ont en revanche paraphé aucune d'elles, à l'exclusion de la convention sur les armes biologiques. De fait, l'arme nucléaire a été utilisée par les Etats-Unis et l'ex-Urss - durant la Guerre froide - en tant qu'instrument de leur «équilibre de la terreur». Aussi, les pays qui détiennent cette arme destructrice ne sont guère intéressés par un désarmement effectif. La majorité qui s'est dégagée à l'ONU, jeudi, est prête à travailler - quitte à conclure sans eux - dans le sens d'une interdiction du nucléaire. Un processus, certes, long et ardu, mais qui garantira, à terme, la sûreté nucléaire de notre planète.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.